Identification

Les Rêveries du promeneur solitaire, Cartes à jouer, Jean-Jacques Rousseau (par Gilles Banderier)

Ecrit par Gilles Banderier 07.07.20 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Poésie, Classiques Garnier

Les Rêveries du promeneur solitaire, Cartes à jouer, édition d’Alain Grosrichard et François Jacob, 1156 pages, 32 €

Ecrivain(s): Jean-Jacques Rousseau Edition: Classiques Garnier

Les Rêveries du promeneur solitaire, Cartes à jouer, Jean-Jacques Rousseau (par Gilles Banderier)

 

Même si les Rêveries ne font point partie de ces œuvres qu’on estime devoir relire tous les ans, ceux – encore nombreux, on l’espère – qui les ont lues conservent le souvenir d’un petit volume. Aussi n’est-ce pas sans surprise qu’on se retrouve en possession d’un livre dépassant le millier de pages, épais de cinq centimètres. Ce n’est certes pas une édition grâce à laquelle on prendra contact pour la première fois avec le texte de Rousseau. Bien que cet ouvrage ait été imprimé au format des éditions dites « de poche », nous sommes en présence d’un monument d’érudition haut de gamme. Qualifier une édition savante de « définitive » a un arrière-goût prétentieux de publicité mal faite ; mais peut-être est-ce ici le cas. Une telle entreprise exige évidemment une introduction : celle-ci, longue de 90 pages, a été ficelée de façon bizarre, en forme de dialogue imaginaire. On doit y regretter la présence d’anglicismes à la mode (ne sait-on plus écrire sans eux ?).

Les Rêveries furent imprimées après la mort de Rousseau, sur le fond d’une concurrence acharnée entre maisons d’édition, à Genève et à Neuchâtel, concurrence qui produisit bien plus tard un débat entre spécialistes, afin de savoir quelle impression méritait au juste d’être qualifiée d’originale. Le texte de cette nouvelle édition a été établi avec une minutie d’entomologiste bénédictin sur les manuscrits autographes conservés à la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel. En regard du texte, les pages de gauche sont occupées par l’apparat critique, qui envahit parfois tout l’espace mis à sa disposition. Le lecteur est ainsi au plus près de l’auteur et suit pour ainsi dire Rousseau au fil de son écriture, de ses hésitations et de ses repentirs. Le texte est suivi de trois cents pages d’excellentes notes explicatives, certaines fort longues, parfois d’une fine ironie (ainsi, p.513, note 43 ; p.636-637, 690). Les deux savants éditeurs n’ont pas succombé à la rousseaulâtrie si fréquente chez ceux qui vouent leurs veilles à Jean-Jacques.

Cette édition n’est pas conçue pour une lecture rêveuse : il est difficile de s’abandonner au rythme de la prose lorsque, tous les quelques mots, surgit un appel de notes. Mais elle est précieuse à un autre titre encore (outre la quantité et la qualité des informations mises à la disposition des lecteurs). Depuis les années 1960, les études littéraires présentent le spectacle d’un chaos de ruines, où les modes (marxisme, structuralisme, psychanalyse, études coloniales, gay, queer, etc.) se succèdent en se contentant de plaquer sur les œuvres des grilles de lecture toutes faites (ce qui explique en partie le succès de ces modes : elles dispensent de penser et permettent de publier beaucoup). Au rebours, Alain Grosrichard et François Jacob offrent au lecteur un travail et solide et lente érudition, qui fera de toute manière date et qui montre que la notion de progrès, loin d’être réservée aux sciences « dures », peut avoir droit de cité dans les humanités.

 

Gilles Banderier

 

Alain Grosrichard est professeur honoraire de littérature française à l’université de Genève.

François Jacob dirige l’institut et musée Voltaire de Genève.

 

  • Vu : 428

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jean-Jacques Rousseau

Né le 28 juin 1712 à Genève dans une famille calviniste, Jean-Jacques Rousseau, écrivain et philosophe français, orphelin de mère, est abandonné par son père à l’âge de 10 ans et élevé par son oncle. Son éducation se fait au gré de ses fugues, de ses errances à pied, et de ses rencontres, en particulier Mme de Warens ; laquelle influencera son œuvre et s’attachera à parfaire son éducation et le contraindra à se convertir au catholicisme. En 1741, Jean-Jacques Rousseau devient précepteur des enfants de Mme de Mably à Lyon. Passionné de musique, il élabore un système de notation musicale qui ne rencontre pas le succès espéré à Paris. Après un séjour à Venise, il retourne à Paris et se lie d’amitié avec Diderot qui lui demande d’écrire des articles sur la musique pour L’Encyclopédie, ainsi que l’article Economie politique, plus généralement connu aujourd’hui sous le titre de Discours sur l’économie politique, publié dans le tome V de L’Encyclopédie en 1755. Il décède le 2 juillet 1778.

Discours sur les sciences et les arts (1750), Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755), Julie ou la Nouvelle Héloïse (1761), Émile, ou De l’éducation (1762), Du contrat social (1762), Dictionnaire de musique (1767).

Œuvres posthumes : Les Confessions ; Dialogues, Rousseau juge de Jean-Jacques, Les Rêveries du promeneur solitaire, Émile et Sophie, ou les Solitaires.

 

A propos du rédacteur

Gilles Banderier

 

Lire tous les articles de Gilles Banderier

 

Docteur ès-lettres, coéditeur de La Lyre jésuite. Anthologie de poèmes latins (préface de Marc Fumaroli, de l’Académie française), Gilles Banderier s’intéresse aux rapports entre littérature, théologie et histoire des idées. Dernier ouvrage publié : Les Vampires. Aux origines du mythe (2015).