Identification

Les Destinées sentimentales, Jacques Chardonne (par Stéphane Bret)

Ecrit par Stéphane Bret 31.01.19 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Le Livre de Poche

Les Destinées sentimentales

Ecrivain(s): Jacques Chardonne Edition: Le Livre de Poche

Les Destinées sentimentales, Jacques Chardonne (par Stéphane Bret)

 

Ce roman, en trois parties, apparaît a priori comme le portrait d’un monde déjà éloigné, historiquement : celui de la bourgeoisie charentaise et limousine protestante de la fin du XIXe siècle.

M. Pommerel est un fabricant de cognac, très croyant. Il n’éprouve pas de contradiction entre l’exercice de sa foi et le commerce des spiritueux. Il y voit une sorte de confirmation : « Il retrouvait dans les affaires de multiples prescriptions, des coutumes sacrées, des défenses et des permissions, des frontières précises entre le bien et le mal ».

Cet homme assiste justement à la fin d’un sermon prononcé par Jean Barnery, pasteur. L’épouse de Pommerel, disparue, était la fille de David Barnery, fondateur de la fabrique de porcelaine de Limoges. Jean Barnery est apparenté à cette famille et conserve des intérêts dans la fabrique.

Pauline est la fille de son frère Lucien. Après le décès de ce dernier, Pommerel offre à Pauline de venir habiter chez lui à Barbazac.

Jean Barnery, pour sa part, a vu son épouse Nathalie quitter le domicile conjugal.

Ce pourrait donc être un univers clos, replié sur lui-même que nous décrirait Jacques Chardonne. Il n’est est rien. Bien au contraire, tous ces personnages sont traversés, habités, déchirés par des interrogations humaines essentielles : le sens du travail, sa place dans la société, la conception de l’entrepreneur dans une société déjà un peu mondialisée. Barbazac, lieu imaginaire dans lequel on reconnaît Barbezieux, n’est pas coupé du monde : « Les rapports étaient fréquents entre Barbazac et l’étranger. Des hommes voyageaient en Amérique, en Suède, en Russie ; au retour, ils trouvaient leurs femmes à Paris ».

Pauline s’accoutume à ce monde, empreint de convenances, de restrictions, de conservatisme, de froideur, sans vraiment l’accepter. Attirée par Jean Barnery, ce pasteur un peu désincarné, qu’elle ne parvient pas à appeler par son prénom, elle s’insinue néanmoins dans sa vie. Celle-ci, cruelle à l’origine – Jean Barnery n’ayant pas connu ses parents – va être structurée par la religion d’une part, l’éthique des affaires d’autre part. Et c’est là que ce roman est remarquable. Jacques Chardonne dépeint un homme d’affaires, plongé dans les nécessités des restructurations, industrielles, des calculs de coût, des choix de la clientèle, qui ne renonce pas à la dimension morale de son activité, qui justifie son rôle par des considérations autres que purement matérielles : « Je ne veux pas jouir de ma fortune dans une société qui accorde trop d’avantages à ceux qui sont bien nés et qui augmente l’injustice naturelle. Je crois à un monde spirituel, tout à fait opposé aux trésors de la terre. Pour m’y préparer et m’en rapprocher, je veux vivre dans des conditions matérielles salutaires ». Ces conditions salutaires, Pauline, jeune fille intérieurement rebelle, va les trouver à l’occasion de la Grande Guerre. Elle devient infirmière, joue un nouveau rôle social, comme beaucoup de femmes de cette époque.

Démobilisé, Jean Barnery fait une mauvaise chute à la Fabrique, qui peine à retrouver sa prospérité de naguère. Tout au long de ce roman, Pauline s’insinue dans la vie de Jean Barnery, partage ses combats, polémique avec lui, ouvre moult controverses, l’interroge sur le bien-fondé de sa conduite. Et c’est à une merveilleuse conclusion que se livre Jacques Chardonne, qui réussit magnifiquement à illustrer l’importance de l’amour dans une vie humaine, par la bouche de Jean Barnery : « Il n’y a pas de vie perdue quand on a aimé (…) L’amour… il n’y a rien d’autre dans la vie… rien ».

 

Stéphane Bret

 


  • Vu : 328

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jacques Chardonne

 

Jacques Chardonne, de son vrai nom Jacques Boutelleau, né à Barbezieux le 2 janvier 1884 et mort à La Frette-sur-Seine le 29 mai 1968, est un écrivain français. Aîné charentais de l’écrivain Pierre-Henri Simon, il fait partie du Groupe de Barbezieux avec Geneviève Fauconnier, Henri Fauconnier, Maurice Delamain, Jacques Delamain, Germaine Boutelleau, sans que ce groupe « géographique » partage les mêmes vues. Collaborationniste pendant la guerre, considéré comme un auteur d’extrême droite, il est avec Paul Morand un des pères spirituels de ceux qu’on a appelés « Les Hussards », les écrivains Roger Nimier, Jacques Laurent, Antoine Blondin et Michel Déon. Grand prix du roman de l’Académie française (1932) pour Claire, il est l’auteur de Les Destinées sentimentales (1934-1936), L’Amour, c’est beaucoup plus que l’amour (1937).

 

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS