Identification

Les corps brisés, Elsa Marpeau

Ecrit par Sylvie Ferrando 08.09.17 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Série Noire (Gallimard), Roman, Polars

Les corps brisés, mai 2017, 240 pages, 19 €

Ecrivain(s): Elsa Marpeau Edition: Série Noire (Gallimard)

Les corps brisés, Elsa Marpeau

 

C’est un roman au ton incisif, nerveux à l’image de l’héroïne Sarah, ancienne coureuse automobile qui, au faîte de sa carrière, subit un grave accident au cours d’un rallye et devient paraplégique. Bloquée dans son élan de vie, dans son dynamisme et son parcours professionnel, Sarah est hospitalisée à « L’Herbe bleue », un centre de rééducation isolé en haute montagne et dirigé par Virgile Debonneuil, surnommé le « docteur Lune ». Celui-ci est entouré de son équipe – infirmière, psychologue, aide-soignant, kinésithérapeute, facilitateur de réinsertion professionnelle, etc. Le rendez-vous des « corps brisés » est ici programmé, accepté, scénographié. On pense au sanatorium de Davos si bien décrit par Thomas Mann dans La Montagne magique, dont un extrait figure en exergue : « Il y a deux routes qui mènent à la vie. L’une est la route ordinaire, directe et honnête. L’autre est dangereuse, elle prend le chemin de la mort, et c’est la route géniale ». Nous sommes ici, clairement, dans un roman de survie, de survivance. Qu’il soit inspiré de faits réels importe finalement assez peu car c’est l’intériorité du personnage blessé qui est ici retransmise et donne sa coloration au roman : le monde de la performance est brutalement confronté à l’anormalité, au handicap, à la différence, sans concession. Et le déni fait place, peu à peu, par des voies détournées, à l’acceptation.

« Sarah voudrait ne pas entrer dans leur vie, ne pas entrer dans le centre. Elle n’est pas des leurs. Pas d’ici ». Et, plus loin : « A l’instar de ses bras, son cerveau s’est mis en marche depuis que ses jambes ne le peuvent plus. Sa mémoire, ses réflexions, sa capacité à imaginer ».

Les corps brisés est également un roman policier sans policier puisque c’est Sarah, livrée à elle-même, cédant à des tendances dépressives et un peu paranoïaques, qui mène une enquête hasardeuse après la disparition inexpliquée de sa voisine de lit, une jeune femme artiste-peintre mère d’un petit Mathieu. Le rythme, ralenti par nécessité, de l’histoire s’accélère alors tandis que l’on découvre la noirceur de l’âme humaine confrontée à la volonté désespérée de sauver sa peau de Sarah.

La série noire, qui depuis sa création promet au lecteur de l’« empêcher de dormir », mérite une fois encore bien son nom. Ce page-turner d’Elsa Marpeau offre des formulations saisissantes : « Sarah ouvre les yeux. Elle touche le mur, sursaute devant le contact froid, rugueux, de la pierre, ses aspérités, comme des écorchures. Son esprit occupé de visions brèves et pénibles. La tête douloureuse. Elle se rendort ». Ou bien encore : « Mais les gens, Sarah en particulier, ne sont pas faits pour être enfermés. Fracturés, immobilisés. Son organisme s’est mis en grève. Il s’est arrêté de fonctionner. Noué, bouché, pourri de l’intérieur ».

La renaissance, si elle a lieu, sera longue, lente et semée d’obstacles. C’est l’intérêt de ce livre bien construit.

 

Sylvie Ferrando

 


  • Vu : 695

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Elsa Marpeau

 

Elsa Marpeau, née en 1975, a grandi à Nantes avant de s’installer à Paris puis à Singapour. Agrégée et docteur en lettres, elle est écrivain et scénariste.

 

A propos du rédacteur

Sylvie Ferrando

Lire tous les articles de Sylvie Ferrando

 

Rédactrice

Domaines de prédilection : littérature française, littérature anglo-saxonne, littérature étrangère

Genres : romans, romans noirs, nouvelles, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Grasset, Actes Sud, Rivages, Minuit, Albin Michel, Seuil

Après avoir travaillé une dizaine d'années dans l'édition de livres, Sylvie Ferrando a enseigné de la maternelle à l'université et a été responsable de formation pour les concours enseignants de lettres au CNED. Elle est aujourd'hui professeur de lettres au collège.

Passionnée de fiction, elle écrit des nouvelles et des romans, qu'elle publie depuis 2011.

Depuis 2015, elle est rédactrice à La Cause littéraire et, depuis 2016, membre du comité de lecture de la revue.

https://www.edilivre.com/auteurs/sylvie-ferrando-6816.html