Identification

Le Yark, Bertrand Santini & Laurent Gapaillard (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi le 16.12.21 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres, Jeunesse, Grasset

Le Yark, Bertrand Santini & Laurent Gapaillard, Grasset Jeunesse, octobre 2021, 80 pages, 17 €

Le Yark, Bertrand Santini & Laurent Gapaillard (par Yasmina Mahdi)

 

Fabuleuse bestiole

La légende du Yark écrite par Bertrand Santini, illustrée par Laurent Gapaillard a déjà dix ans d’existence, et a été traduite en quinze langues. Ce nouvel album magique est doté d’une jaquette et agrémenté d’une planche tirée à part. Les titres typographiés en rouge basque tranchent sur le noir et blanc de l’ensemble. De suite, l’exergue de John Locke à propos de la malignité des enfants, nous met sur la piste du registre de l’épouvante et du merveilleux. Le texte de B. Santini rime joliment tout en présentant le terrifiant Yark tel un monstre « immense comme une lune noire », mais qui souffre parfois, même en commettant le pire ! À mi-chemin entre l’ogre du Petit Poucet, King Kong et la gigantesque créature extraterrestre Cthulhu, Yark en possède quelques caractéristiques, notamment le pouvoir d’évoluer dans la stratosphère et d’être toujours affamé.

Yark apparaît comme une espèce rare, un être imaginaire, chimérique et burlesque, voire la coquecigrue de Rabelais. Yark raffole des enfants sages, et redoute les « gredins ». Sur le ton de la fable et de la boutade, B. Santini ose parler d’humeurs gluantes ou nauséabondes avec un humour noir, invente des situations cocasses, et fait se catapulter des êtres aux antipodes. Le monstre poilu et denté est plutôt un individu nocturne et solitaire et c’est au cours de virées dans des grandes villes ou des villages, quand tout le monde dort, que certaines de ses aventures nous sont contées… Des rencontres brutales, d’autres plus émouvantes, vont émailler les errances du Yark, et la bonté va triompher de la méchanceté. Par ailleurs, l’univers tel qu’il est campé dans cette fable ressemble quelquefois à celui du philosophe Hobbes – sceptique quant à la nature humaine. Donc, avis à toutes et à tous, cherchez le monstre (la mauvaise bête) pas seulement à l’extérieur mais tapi en soi. Ainsi, certaines tendances de la nature sont révélées – la gourmandise, la prédation, la soif de possession, la brutalité mais également la gentillesse, la tendresse et l’amitié.

La première lettre qui ouvre chaque début de chapitre est une enluminure figurant un paysage ou un détail morphologique. La trentaine de dessins, touffus et complexes, de Laurent Gapaillard, ornent les pages de l’ouvrage de 26 x 20,7 cm. La densité du dessin est formulée par l’encre, la pointe noire du feutre, de la plume ou du rotring, le raccourci, le gros plan ou la contre-plongée, renforcée par les modulations de la lumière et des ombres. Ces modulations de luminosité qu’on appelle valeurs sont obtenues par traits successifs, par remplissage avec variation de la pression selon l’intensité souhaitée, formant hachures, lignes courtes, parallèles, obliques ou courbes, espacées jusqu’au blanc et au vide, ou très denses tirant vers le noir profond. L. Gapaillard a élaboré ses scènes oniriques, ses vues en perspective et architecturales de façon fougueuse et précise, stylisée. Cela n’est pas sans évoquer une filiation avec Gustave Doré ou encore Albert Robida. Yark a parfois l’aspect et les attitudes proches de l’imaginaire occulte asiatique, par exemple ceux des fantômes des défunts, à l’apparence d’un grand singe sombre aux yeux rouges et phosphorescents, d’Apichatpong Weerasethakul.

Ce conte contemporain, une pépite de jais, est un chef-d’œuvre qui brille autant par son audace textuelle que par sa talentueuse forme plastique. Notons que l’œil est partout, témoin, grand ouvert, endormi, effrayé, ému, œil-fleur, œil-poisson, œil-nid.

Appréhendable dès l’âge de 8 ans et pour tous publics.

 

Yasmina Mahdi

 

Bertrand Santini, graphiste d’affiches de cinéma, scénariste et réalisateur, est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages pour la jeunesse. Le Yark a remporté de nombreux prix, été traduit dans une dizaine de langues et adapté au théâtre.

Laurent Gapaillard, né en 1980, a étudié à l’École Met de Penninghen et à l’École du Louvre. Il a créé des décors de films.

  • Vu: 1086

A propos du rédacteur

Yasmina Mahdi

 

Lire tous les articles de Yasmina Mahdi

 

rédactrice

domaines : français, maghrébin, africain et asiatique

genres : littérature et arts, histoire de l'art, roman, cinéma, bd

maison d'édition : toutes sont bienvenues

période : contemporaine

 

Yasmina Mahdi, née à Paris 16ème, de mère française et de père algérien.

DNSAP Beaux-Arts de Paris (atelier Férit Iscan/Boltanski). Master d'Etudes Féminines de Paris 8 (Esthétique et Cinéma) : sujet de thèse La représentation du féminin dans le cinéma de Duras, Marker, Varda et Eustache.

Co-directrice de la revue L'Hôte.

Diverses expositions en centres d'art, institutions et espaces privés.

Rédactrice d'articles critiques pour des revues en ligne.