Identification

Le soleil à mes pieds, Delphine Bertholon

Ecrit par Patryck Froissart 06.09.13 dans La Une Livres, La rentrée littéraire, Les Livres, Recensions, Roman, Jean-Claude Lattès

Le soleil à mes pieds, 21 août 2013, 187 pages, 16 €

Ecrivain(s): Delphine Bertholon Edition: Jean-Claude Lattès

Le soleil à mes pieds, Delphine Bertholon

 

Deux sœurs, la grande et la petite…

Aujourd’hui, la petite est la plus grande des deux. Grande, très grande. […]. La grande, elle, est minuscule.

Elles ont grandi ensemble, comme des sœurs normales.

Elles ont vécu ensemble, mais cela n’était plus dans la normalité, des jours et des jours durant, près du cadavre de leur mère, cloîtrées dans leur appartement, et puis, une fois découverte l’horreur de cette macabre situation, ont été placées dans le même foyer jusqu’à leur majorité.

La majeure partie du roman, à l’exception de retours ponctuels sur le passé, se déroule alors que la petite vient d’avoir 22 ans.

La grande et la petite sont névrotiques.

La grande, secouriste, éprouve un plaisir morbide à regarder mourir les personnes à qui elle doit donner les premiers soins. La grande aime le désordre, l’entassement, les vieilles choses inutiles, la vaisselle sale dans l’évier, met les pieds sur la table, et jette son chewing-gum sur le parquet.

La grande se réveille quand les ténèbres tombent et rentre se coucher dès que l’aube survient. Elle travaille au Samu – les urgences nocturnes.

La grande n’a pas pour vocation de sauver les gens : ce qu’elle aime, c’est les voir morts. Elle aime que le véhicule de secours arrive trop tard. Quelquefois, raconte-t-elle à la petite, elle pompe l’essence à la bouche dans le réservoir en l’aspirant avec un tuyau. Sabote le matériel, crève les pneus…

La petite, a contrario, est obsédée par la propreté et l’ordre. Son appartement brille par sa nudité. Elle range, frotte, brique, lave et se lave sans cesse, et occupe toujours la même place au café.

L’eau chaude et la buée dissolvent le monde. Le carrelage bleu immaculé. Les parfums ambrés des gels douche. La peau lisse, blanche, parfaite, et puis les os saillants. Les poils disparaissent sous la lame du rasoir, partout. Redevenir un enfant, un fœtus, une graine, retourner à ce néant qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Se laver, c’est un peu s’effacer, s’annuler, se supprimer…

La petite est sous l’emprise de la grande, emprise oppressante dont elle souhaite, sans oser l’exprimer, se défaire. Vœu pieux en effet : la petite est velléitaire, incapable de prendre quelque décision que ce soit.

La petite espère intimement la mort de la grande.

Sombre histoire ! Destins sordides… et néanmoins plausibles, voire, terriblement, potentiellement réels.

Le roman est centré sur la petite, sur sa relation avec la grande, sur son rapport avec les quelques rares personnes qu’elle croise, et, plus rarement encore, avec celles à qui elle accepte d’adresser la parole.

L’auteure nous fait voir le monde tel que le perçoit ce personnage faible, fragile, quasi autiste, quelque peu anorexique, qui se recroqueville dans la chambre de bonne dont la grande paie le loyer.

Son angoisse permanente, paranoïaque, est communicative, conformément au dessein de la romancière : le lecteur, en proie à une étrange fascination, vit le mal-être de la petite, est lui-même mal à l’aise tout au long de sa lecture, et referme le livre avec de la nausée à l’âme.

Voilà un roman qu’on ne risque pas d’oublier trois jours après l’avoir lu.

 

Patryck Froissart

 


  • Vu : 2452

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Delphine Bertholon

 

Delphine Bertholon, née en 1976 à Lyon, est scénariste et écrivaine. Elle vit à Paris. Outre Le soleil à mes pieds, elle a publié Cabine Commune (roman), éd. J.-C. Lattès, 2007, 152 pages ; Twist, éd. J.-C. Lattès, 2008, Le journal d’une jeune fille kidnappée ; L’Effet Larsen, éd. J.-C. Lattès, 2010 ; Ma vie en noir et blanc, Je Bouquine, 2011 ; Grâce (roman), éd. J-C Lattès, 2012.

 


A propos du rédacteur

Patryck Froissart

 

Tous les articles et textes de Patryck Froissart


Patryck Froissart, originaire du Borinage, a enseigné les Lettres dans le Nord de la France, dans le Cantal, dans l’Aude, au Maroc, à La Réunion, à Mayotte, avant de devenir Inspecteur, puis proviseur, et de diriger divers établissements à La Réunion et à Maurice. Longtemps membre du Cercle Jehan Froissart de Recherches Poétiques de Valenciennes, il a collaboré à plusieurs revues de poésie et a reçu en 1971 le prix des Poètes au service de la Paix. Il est membre de la SGDL, de la SPAF, de la SAPF.

Il a publié : en 2011 La Mise à Nu, un roman (Mon Petit Editeur); en août 2013, Les bienheureux, un recueil de nouvelles (Ipagination Editions), Prix Spécial Fondcombe 2014 ; en janvier 2015, La divine mascarade, un recueil de poèmes (Editions iPagination); en septembre 2016, Le feu d'Orphée, un conte poétique (Editions iPagination), troisième Prix Wilfrid Lucas 2017 de poésie décerné par la SPAF; en février 2018, La More dans l'âme, un roman (Ipagination Editions); en mars 2018, Frères sans le savoir, Bracia bez wiedzy, Brothers without knowing it, un récit trilingue (Editions CIPP); en avril 2019, Sans interdit (Ipagination Editions), recueil de poésie finaliste du Grand Prix de Poésie Max-Firmin Leclerc.