Identification

Le Retour d’Arsène Lupin ; Le Noël d’Arsène Lupin ; Frédéric Lenormand (par Jean-Jacques Bretou)

Ecrit par Jean-Jacques Bretou 19.05.20 dans Le Masque (Lattès), La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman

Le Retour d’Arsène Lupin ; Le Noël d’Arsène Lupin ; Frédéric Lenormand, novembre 2019, 272 et 256 pages, 8,50 €

Edition: Le Masque (Lattès)

Le Retour d’Arsène Lupin ; Le Noël d’Arsène Lupin ; Frédéric Lenormand (par Jean-Jacques Bretou)

Le personnage du gentleman cambrioleur a toujours eu beaucoup de succès en France où l’on peut trouver de nombreux lupiniens, lupinologues et autres lupinophiles. Pourtant Maurice Leblanc, l’inventeur du héros fantastique, publié en ses débuts dans le mensuel Je sais tout, a toujours souffert d’être relégué à la place de Conan Doyle français et de ne pas être reconnu par ses confrères à celle qu’il prétendait d’écrivain « à part entière » tels les Flaubert, Maupassant, Daudet, Renard.

L’œuvre de Maurice Leblanc est tombée dans le domaine public en janvier 2012 laissant la possibilité à de nouveaux auteurs de reprendre le fameux personnage de Lupin. C’est ainsi qu’est né sous la plume de Frédérique Lenormand ce Retour d’Arsène Lupin. À noter, pour les lupinophiles qu’un Retour d’Arsène Lupin, sous la forme d’une pièce de théâtre d’une cinquantaine de pages a été écrite par Leblanc lui-même et Francis de Croisset en 1920 et qu’elle fût publiée dans les numéros 177 et 178 de Je sais tout. Qu’a été porté au cinéma en 1938 par George Fitzmaurice, avec Melvyn Douglas en Lupin, un film, et que la télévision avec Jacques Nahum derrière la caméra en a tourné un autre en 1989, François Dunoyer jouant le rôle du gentleman cambrioleur.

Dans ce nouveau Retour d’Arsène Lupin, Lenormand a décidé de faire renaître L’Agence Barnett et Cie, déjà rencontré chez Leblanc, et surtout L’inspecteur de la Sûreté Théodore Béchoux présent chez Leblanc dans La Barre-y-vaL’Agence Barnett et Cie et La Demeure mystérieuse. Lupin a décidé d’entreprendre, chose rare en 1908, une thérapie avec le Dr Amédée Kloucke afin de se soigner de son addiction pour le vol. Il rouvre l’Agence Barnett, et il aura pour première cliente la richissime Mme Bovaroff qui vient lui demander de retrouver un tableau de Delacroix qu’on lui aurait volé, un autoportrait L’Homme au gilet vert. Ce sera l’occasion pour le lecteur de croiser à plusieurs reprises l’ensorcelante Mata Hari qui n’était pas à cette époque l’espionne que l’on connaît mais déjà une terrible créature, et le non moins célèbre Picasso dont la mondiale renommée n’est plus à faire.

Ce livre est jubilatoire. Cette réécriture de Lupin par Lenormand est une réussite. On continue de tomber sous le charme d’Arsène et des « créatures » vénéneuses qu’il croise. Il semblerait que Leblanc ait trouvé un digne successeur.

Le Noël d’Arsène Lupin, paru en même temps, aurait pu être de la même veine. Alors que la Seine déborde, le psychologiste d’Arsène Lupin, Amédée Kloucke, lui propose de se faire un ami, un vrai. Le défi est intéressant et il va mener notre Arsène dans le Paris de 1910 lors de la crue de la Seine à la recherche de l’inestimable Joconde qui s’est échappée du Louvre. Le style est vif. Lupin plein d’entrain retrouve Béchoux et un personnage qui était apparu dans le deuxième épisode de la série télévisée de 1989, le chef de la Sûreté, Lenormand, homonyme de l’auteur de ce livre qui a dû s’en amuser. Quelques péchés véniels peut-être, les jeux de mots sont très nombreux et relèvent parfois du calembour, la fin est peut-être un peu bâclée, enfin le vrai vol de la Joconde a eu lieu en août 1911 et autre « bricolage », malgré le titre rien ne se passe à Noël.

Péché plus grave, le jeu de mot avec les noms propres, Frédéric Lenormand appelle une famille soi-disant riche, prêtant à sourire : les Balcanoc’h.

 

Jean-Jacques Bretou

 

Frédéric Lenormand, né le 5 septembre 1964 à Paris IVe, est un écrivain français prolifique, auteur notamment de romans policiers historiques (la série des Voltaire mène l’enquête), ou ceux se déroulant sous La Terreur, ou bien dans la Chine ancienne (la série des Nouvelles enquêtes du juge Ti, suite des romans de Van Gulik), et de multiples ouvrages de littérature d’enfance et de jeunesse.

  • Vu : 659

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Jean-Jacques Bretou

 

Lire les articles de Jean-Jacques Bretou

 

Rédacteur

Jean-Jacques BRETOU est traducteur.