Identification

Le règne du vivant, Alice Ferney

Ecrit par Marc Ossorguine 20.08.14 dans Actes Sud, La Une Livres, La rentrée littéraire, Critiques, Les Livres, Roman

Le règne du vivant, 20 août 2014, 208 pages, 19 €

Ecrivain(s): Alice Ferney Edition: Actes Sud

Le règne du vivant, Alice Ferney

 

Ce récit aurait pu commencer par « Appelez-moi Gérald », à l’image de l’ouverture du Moby Dick d’Herman Melville, « Appelez-moi Ismaël », tant le souvenir du capitaine Achab revient irrésistiblement au lecteur. Ce n’est pas seulement parce que le récit tourne autour des baleines et de leurs chasseurs, mais aussi par la puissance du personnage central du récit, le capitaine Magnus Wallace. Celui-ci est par contre un chasseur de chasseur qui navigue de par le monde pour harceler non les baleines, mais les industriels qui arment de gigantesques navires usines qui tuent les grands cétacés au mépris le plus total des accords internationaux, avec la plus totale passivité, quand ce n’est pas avec la complicité, des autorités nationales.

Gérald Asmussen est un journaliste norvégien qui fait le choix de suivre dans ses expéditions l’activiste écologiste radical qu’est le capitaine Wallace. Un capitaine militant qui dérange avec ses méthodes qui ressemblent beaucoup à celles adoptées par les activistes de Greenpeace : radicale mais fondamentalement non-violente, ou plutôt contraignant leurs adversaires à faire état de leur violence quotidienne.

On peut trouver d’autre parallèles entre Le règne du vivant et le grand œuvre de Melville, notamment le détour par un narrateur embarqué, le mystère et la légende qui entourent le capitaine et son apparition soigneusement préparée, par son comportement et son destin hors normes dont l’origine s’ancre dans son histoire autant que dans celle d’une époque. On y retrouve la dimension héroïque et l’absence de concession qui relève d’une sorte mystique de l’engagement.

Mais l’écriture et le récit restent ceux d’Alice Fernay, avec un rythme qui lui est propre, une richesse lyrique et un discours résolument tourné vers l’écologie (et non vers l’aventure et la métaphysique, comme son aîné). On peut même être un peu surpris par ce roman, à la fois relativement court mais pas forcément modeste dont le ton n’est pas vraiment celui de l’argumentation écologique militante et plus ou moins raisonnable, l’auteure semblant avoir embrassé la passion et la résolution de ses personnages. Un livre un peu à contre courant dans le PLF (paysage littéraire français), qui navigue quelque part sur les grands fonds du goût américain des grands espaces, ici ceux des océans, et abandonne résolument les histoires d’égo nombrilistes et leurs pseudos subtilités socio-psychologiques. On ne boude pas son plaisir et l’on ne peut rester complètement indifférent aux questions soulevées et qui nous sont posées sans détours.

 

Marc Ossorguine

 


  • Vu : 4473

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Alice Ferney

 

Remarquée à la sortie de Grâce et dénuement qui obtient le prix Culture et Bibliothèque pour tous en 1997, Alice Ferney s’est imposée sur la scène littéraire française dans les années 2000. Diplômée d’une école de commerce et docteur en économie, cette mère de famille partage son temps entre l’écriture et l’enseignement à l’université d’Orléans. Ses ouvrages, de facture souvent classique, interrogent la féminité, l’amour et les relations entre hommes et femmes, comme dans La Conversation amoureuse ou Les Autres.

 

A propos du rédacteur

Marc Ossorguine

 

Lire tous les articles de Marc Ossorguine

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature espagnole (et hispanophone, notamment Argentine) et catalane, littératures d'Europe centrale (surtout tchèque et hongroise), Suisse, littératures caraïbéennes, littératures scandinaves et parfois extrême orient (Japon, Corée, Chine) - en général les littératures non-francophone (avec exception pour la Suisse)

Genres et/ou formes : roman, poésie, théâtre, nouvelles, noir et polar... et les inclassables!

Maisons d'édition plus particulièrement suivies : La Contre Allée, Quidam, Métailié, Agone, L'Age d'homme, Zulma, Viviane Hamy - dans l'ensemble, très curieux du travail des "petits" éditeurs

 

Né la même année que la Ve République, et impliqué depuis plus de vingt ans dans le travail social et la formation, j'écris assez régulièrement pour des revues professionnelles mais je n'ai jamais renié mes passions premières, la musique (classique et jazz surtout) et les livres et la langue, les langues. Les livres envahissent ma maison chaque jour un peu plus et le monde entier y est bienvenu, que ce soit sous la forme de romans, de poésies, de théâtre, d'essais, de BD… traduits ou en V.O., en français, en anglais, en espagnol ou en catalan… Mon plaisir depuis quelques temps, est de les partager au travers de blogs et de groupes de lecture.

Blog : filsdelectures.fr