Identification

Le Quartier chinois, OH Jung-hi

Ecrit par Stéphane Bret 09.10.14 dans La Une Livres, La rentrée littéraire, Critiques, Les Livres, Asie, Nouvelles, Serge Safran éditeur

Le Quartier chinois, traduit du coréen par Jeong Eun-jin et Jacques Batilliot, septembre 2014, 216 p. 17,50 €

Ecrivain(s): OH Jung-hi Edition: Serge Safran éditeur

Le Quartier chinois, OH Jung-hi

 

OH Jung-hi nous décrit une Corée peu familière : celle de l’après-guerre, un pays encore en proie à un conflit, celui entre le nord et le sud, l’un des épisodes marquants de la Guerre froide. Le texte se compose de trois nouvelles distinctes en apparence, mais s’attachant à décrire la difficulté de grandir et de vivre.

Dans la première nouvelle intitulée Le Quartier chinois, une fillette de neuf ans quitte la campagne pour une ville portuaire. Le nom de quartier chinois est assimilé à un repère géographique : il est près du port. C’est aussi un lieu de perdition, de débauche. Evoquant la présence de Chinois, la petite fille les décrit ainsi :

« Pour nous, ils étaient contrebandiers opiomanes, coolies cachant de l’or sous chaque point des coutures de leurs guenilles, brigands martelant la terre gelée au galop de leurs chevaux barbares (…) Ce qui se trouvait derrière les portes fermées (…) était-ce de l’or ? de l’opium ? ou de la méfiance ? ».

Cette fillette découvre la vie, sa cruauté, sa dureté. Elle évoque les déplacements de sa mère, ses fréquentes rentrées tardives à la maison. Au moment où sa mère accouche, elle découvre ses menstruations :

« Puis je glissai la main sous mon vêtement à la rencontre de cette chaleur accablante qui m’engluait tout le corps comme une toile d’araignée, à la recherche de son origine. Mes premières règles ».

Dans la deuxième nouvelle, La Cour de l’enfance, c’est l’absence du père qui est à l’origine du traumatisme de l’enfance, et aussi la violence familiale engendrée par le frère de la narratrice, substitut haineux à l’autorité parentale. L’auteure évoque également une interrogation sur la question de savoir que faire en cas d’absence du père. Cette question est soulevée par Yôngjo, jeune enfant en proie à de douloureuses rêveries :

« Et cet enfant qui demande : qui est mon père ? (…) Quand leur père est malade, ils fabriquent un remède avec la chair qu’ils prélèvent sur leur propre cuisse ; quand le pays est en danger, ils accourent sur le champ de bataille, prêts au sacrifice ».

Dans la troisième nouvelle, Le Feu d’artifice, c’est le rapport à l’histoire qui est évoqué, le rôle des vielles croyances superstitieuses. Ebi, une sorte de croquemitaine, est évoqué par l’un des personnages. L’histoire n’est jamais bien loin, celle de la guerre de Corée, toute proche, l’envahissement du pays par les soldats chinois, et plus près de nous les années de la dictature militaire en Corée du Sud. Elle se termine sur une interrogation éternelle, exprimée par le grand-père d’un des personnages, Kwanhi :« Que peut-on faire dans un monde pareil ? (…) Mettez vos connaissances au service de causes justes ».

Le récit mêle l’histoire récente de la Corée, sa modernisation, ses vieilles croyances à travers les descriptions des vies des personnages contenues dans les trois nouvelles : ils souffrent, mûrissent, parviennent, ou non, à trouver des issues. En cela, le récit de OH-Jung-hi atteint à l’universel.

 

Stéphane Bret

 


  • Vu : 2958

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

OH Jung-hi

 

OH Jung-hi, née à Séoul en 1947, est considérée en Corée du Sud comme une des meilleures plumes d’un demi-siècle de littérature nationale – et à ce titre récompensée par les prix les plus prestigieux. En France, ont paru plusieurs recueils de nouvelles et romans. L’Oiseau (Le Seuil, 2005), traduit en une dizaine de langues, a reçu le prix Liberatur en Allemagne.

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS