Identification

La sagesse dans le sang, Flannery O'Connor

Ecrit par Léon-Marc Levy 22.01.13 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, USA, Gallimard

La sagesse dans le sang (Wise blood 1949). Trad. USA Maurice-Edouard Coindreau. Edition présente septembre 2012. 245 p. 7,50 €

Ecrivain(s): Flannery O'Connor Edition: Gallimard

La sagesse dans le sang, Flannery O'Connor

 

 

Ce livre est une bourrasque, une tornade littéraire !

A commencer par la préface de 1959 – à ne surtout pas manquer – signée par la plume acerbe et saignante de Maurice-Edgar Coindreau, également brillant traducteur de cette œuvre. Il s’en donne à cœur-joie à propos des évangélistes qui ont toujours pullulé aux Etats-Unis :

« Il est à remarquer que, chez les femmes évangélistes tout spécialement, le démon de la chair s’éveille de bonne heure, non sans parfois troubler leur système nerveux. Mary Baker Eddy était hystérique dès son âge le plus tendre. Elle le resta jusqu’à sa mort. Crises de nerfs, convulsions, épilepsie ; catalepsie. Il fallait la calmer à grand renfort de morphine, à moins que quelque personne obligeante ne la prît dans ses bras et ne la berçât. Les bras d’homme étaient particulièrement efficaces. »

Belle entrée pour une œuvre époustouflante de nervosité, de puissance, de drôlerie et d’amertume !

Etonnante Flannery O’Connor, dont la biographie ne laisse en rien présager une écriture aussi violente et irrévérencieuse. Née dans une famille catholique de Géorgie, elle n’en a jamais bougé jusqu’à sa mort prématurée. Et pourtant c’est dans un langage des plus verts, des plus grossiers parfois, dans un style haletant et décapant qu’elle nous donne ici l’histoire assez ahurissante d’un jeune homme frustre et à moitié fou qui va s’engager – à défaut de toute autre « vocation » - dans la voie de la prédication. Il va fonder « l’Eglise sans Christ » (sic) et déverser à tous les coins de rue des cataractes d’injures blasphématoires à l’encontre de Jésus, dans un délire oratoire d’une logique improbable :

« Ecoutez-moi, vous tous, cria Hazel, partout où j’vais j’porte la vérité avec moi. J’prêcherai cette vérité n’importe où, à qui voudra l’entendre. J’prêcherai qu’il n’y a pas eu de Chute parce qu’il n’y a jamais eu d’endroit d’où on pouvait tomber, et pas de Rédemption parce qu’il n’y a jamais eu de Chute, et pas de Jugement parce qu’il n’y a jamais eu ni Chute ni Rédemption. Jésus était un menteur, y a que ça d’important. »

Hazel Motes va ainsi croiser, dans sa folie, des personnages au moins aussi fous que lui, plus grotesques les uns que les autres, peignant ainsi peu à peu, un tableau inouï des rues des villes du Sud profond, sorte de cour des miracles à l’américaine, peuplée de dingues, de malfrats, de putains et de prédicateurs à n’en pas finir.

Tout au long de cette lecture, on pense à « la nuit du chasseur » de Davis Grubb, dont Laughton a fait un film inoubliable avec le grand Mitchum incarnant un prédicateur évangéliste psychotique et dangereux. Car les personnages de Flannery O’Connor ne se contentent pas de délire verbal. Ils vont jusqu’aux violences physiques, jusqu’aux meurtres sanglants, jusqu’aux mutilations les plus abominables.

C’est un monde marginal et inquiétant que celui de Flannery O’Connor, où la déviance, le mal, l’idiotie, la folie sont à chaque coin de page. En cela, elle ne déroge pas à la littérature du sud des Etats-Unis, qui a toujours plongé ses histoires dans des univers glauques et poisseux, et elle fait figure de digne contemporaine de Faulkner, de Carson McCullers, ou de Tennessee Williams. Avec, derrière le tableau des monstres, la même quête obsessionnelle du sens de la vie, de la rédemption, du salut. Comme un rêve de lumière au bout du tunnel interminable du monde des hommes.

« Elle était là, assise, les yeux clos, regardant, plongeant ses regards au fond de ses yeux vides, et il lui sembla qu’enfin elle arrivait tout au début de quelque chose qu’elle ne pouvait pas commencer, et elle vit Hazel Motes s’éloigner plus loin, toujours plus loin, plus loin, plus loin encore, jusque dans les ténèbres où il finit par devenir le minuscule point lumineux. »

On sort de la lecture de « la sagesse dans le sang » avec le sentiment d’avoir traversé un monde de gargouilles en tout genre, derrière lesquelles se cachaient, quand même, des êtres humains.

 

Leon-Marc Levy

 

VL4

 

NB : Vous verrez souvent apparaître une cotation de Valeur Littéraire des livres critiqués. Il ne s’agit en aucun cas d’une notation de qualité ou d’intérêt du livre mais de l’évaluation de sa position au regard de l’histoire de la littérature.

Cette cotation est attribuée par le rédacteur / la rédactrice de la critique ou par le comité de rédaction.

Notre cotation :

VL1 : faible Valeur Littéraire

VL2 : modeste VL

VL3 : assez haute VL

VL4 : haute VL

VL5 : très haute VL

VL6 : Classiques éternels (anciens ou actuels)


  • Vu : 3691

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Flannery O'Connor

 

Enfant unique d'une famille catholique, Flannery O'Connor grandit dans le 'Bible-belt' du sud des Etats-Unis. A six ans, elle écrit et illustre des textes. Son père, agent immobilier, l'encourage. Atteint d'une forme grave de lupus, il décède en 1941. Elle obtient son diplôme en anglais et sociologie de Georgia State College for Women en 1942, avant d'être acceptée dans le prestigieux Iowa Writer's Workshop en 1946. En 1950, séjournant dans le Connecticut, on lui diagnostique un grave lupus, et elle retourne à la ferme familiale Andalusia à Milledgeville. Fascinée par les oiseaux, elle en élève de tous genres, surtout des paons. La foi catholique a joué un rôle prépondérant dans sa vie et dans son oeuvre. Elle ne se mariera jamais, et vivra aux côtés de sa mère jusqu'à ce que le lupus l'emporte. Dans sa brève vie, elle a publié deux romans, 'Wise Blood' (1952), histoire d'une quête spirituelle, et 'The Violent Bear It Away' (1960). Elle est surtout reconnue pour ses nouvelles, publiés dans deux recueils, 'A Good Man Is Hard To Find and Other Stories' (1955) et 'Everything that Rises Must Converge' (publié à titre posthume en 1965). Dans un mélange de dialecte du Sud, de comique, de tragique et de brutalité, Flannery O'Connor explore des thèmes religieux et des problèmes raciaux à travers des situations absurdes et des personnages grotesques à l'extrême. En 1969 sort 'Mystery and Manners' (essais et conférences) et en 1979 'The Habit of Being : Letters', sa correspondance.

 

A propos du rédacteur

Léon-Marc Levy

 

Lire tous les articles de Léon-Marc Levy


Directeur du Magazine

Agrégé de Lettres Modernes

Maître en philosophie

Auteur de "USA 1" aux éditions de Londres

Domaines : anglo-saxon, italien, israélien

Genres : romans, nouvelles, essais

Maisons d’édition préférées : La Pléiade Gallimard / Folio Gallimard / Le Livre de poche / Zulma / Points / Actes Sud /