Identification

La Guerre des salamandres, Karel Čapek

Ecrit par Marc Ossorguine 20.03.14 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Pays de l'Est, Roman, Science-fiction, Cambourakis

La Guerre des salamandres, traduit du tchèque par Claudia Ancelot, 384 pages, 11 €

Ecrivain(s): Karel Čapek Edition: Cambourakis

La Guerre des salamandres, Karel Čapek

 

La littérature tchèque n’est sans doute pas la plus connue et la plus lue, sauf peut-être à Prague. Même si à Montpellier, Bordeaux, Paris ou Etretat, on lit sans doute Milan Kundera, mais un auteur comme Karel Čapek (prononcer « Tchapek ») ne compte pas a priori parmi les best-sellers (les mieux renseignés savent sans doute qu’on lui attribue la création du mot « robot »). D’autant plus que celui-ci est mort depuis un moment déjà, à la veille de la 2ème guerre mondiale. C’est peut-être ce qui rend ce roman – pour autant que l’on puisse qualifier La guerre des salamandres de roman – si étonnant.

Grand récit de politique fiction, d’histoire fiction, de science fiction, d’économie fiction, de zoologie fiction…? Un peu tout cela à la fois. Et peut-être au bout du compte pas tant fiction que ça tant cela nous parle de notre monde d’aujourd’hui et de ses pires dérives. On est d’une certaine façon dans la veine de 1984, mais avec une fantaisie et un humour qu’on ne trouve guère chez Orwell.

De quoi s’agit-il ? Au commencement étaient les salamandres, cachées des hommes dans une discrète lagune. Des salamandres un peu étranges, presque aussi grandes que des humains, qui vivaient sous l’eau, à proximité des côtes, où elles développaient tranquillement leur monde, bâtissant digues et barrières les protégeant des fureurs des océans. Leurs seuls ennemis étaient les requins qui venaient régulièrement en boulotter quelques-unes. Découvertes par un capitaine désabusé qui se prit d’intérêt pour elles, elles devinrent des pêcheuses de perles auxquelles on fournit des armes pour se protéger des requins… A partir de là, le peuple des salamandres s’est développé, mais pas que librement : leur exploitation « industrielle » est devenue petit à petit une question internationale, dans une économie mondialisée… Jusqu’à changer radicalement la géographie de la planète terre… Mais tout cela se finira bien… mal.

Au travers d’un récit éclaté où diverses voix se mêlent, où les coupures de presse et les archives historiques sont régulièrement convoquées (toutes totalement fictives et souvent d’une drôlerie inquiétante), nous suivons l’épopée folle et absurde des salamandres et des hommes jusqu’à leurs chutes réciproques.

Karel Čapek, qui était aussi journaliste, fait preuve d’un pessimisme radical mais il l’affiche avec une ironie joyeuse qui ne se dément jamais. L’écriture y est aussi surprenante, combinant récit classique et montage documentaire préfigurant ce qu’on peut aujourd’hui faire avec internet et les liens hypertextes. Le chapitre qui clôt le livre, que nous vous laissons découvrir, est un petit sommet d’humour et d’ironie à lui tout seul.

Publié pour la première fois en 1935, La guerre des salamandres risque de rester encore longtemps d’une étonnante actualité.

Nous recommandons aussi du même auteur un texte de théâtre, La maladie blanche (Ed. La Différence), qui s’en prend à l’absurdité des enjeux d’argent et de pouvoir de la pharmacie (dans un ton qui peut évoquer Ionesco) ou Hordubal (Ed. L’âge d’homme), un roman noir et paysan qui finit sur des couleurs de polar cynique.

 

Marc Ossorguine

 

Blog Fils de lectures


  • Vu : 3041

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Karel Čapek

 

Karel Čapek, né le 9 janvier 1890 à Malé Svatoňovice (région de Hradec Králové (Bohême)), et mort à Prague le 25 décembre 1938, est l'un des plus importants écrivains tchécoslovaques du xxe siècle. Le mot robot, qui apparaît pour la première fois dans sa pièce de théâtre de science-fiction R. U. R. (Rossum's Universal Robots), sous-titre en anglais du titre tchèque "Rossumovi univerzální roboti", a été inventé par son frère Josef à partir de mot tchèque "robota" qui signifie "travail" ou "servage".

Dans une autre de ses œuvres, La Guerre des salamandres, Čapek peint avec un humour noir et joyeux la géopolitique de son temps, et tourne notamment en dérision le national-socialisme.

 

A propos du rédacteur

Marc Ossorguine

 

Lire tous les articles de Marc Ossorguine

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature espagnole (et hispanophone, notamment Argentine) et catalane, littératures d'Europe centrale (surtout tchèque et hongroise), Suisse, littératures caraïbéennes, littératures scandinaves et parfois extrême orient (Japon, Corée, Chine) - en général les littératures non-francophone (avec exception pour la Suisse)

Genres et/ou formes : roman, poésie, théâtre, nouvelles, noir et polar... et les inclassables!

Maisons d'édition plus particulièrement suivies : La Contre Allée, Quidam, Métailié, Agone, L'Age d'homme, Zulma, Viviane Hamy - dans l'ensemble, très curieux du travail des "petits" éditeurs

 

Né la même année que la Ve République, et impliqué depuis plus de vingt ans dans le travail social et la formation, j'écris assez régulièrement pour des revues professionnelles mais je n'ai jamais renié mes passions premières, la musique (classique et jazz surtout) et les livres et la langue, les langues. Les livres envahissent ma maison chaque jour un peu plus et le monde entier y est bienvenu, que ce soit sous la forme de romans, de poésies, de théâtre, d'essais, de BD… traduits ou en V.O., en français, en anglais, en espagnol ou en catalan… Mon plaisir depuis quelques temps, est de les partager au travers de blogs et de groupes de lecture.

Blog : filsdelectures.fr