Identification

Kannjawou, Lyonel Trouillot

Ecrit par Stéphane Bret 16.02.16 dans La Une Livres, Actes Sud, Les Livres, Critiques, Roman

Kannjawou, janvier 2016, 208 pages, 18 €

Ecrivain(s): Lyonel Trouillot Edition: Actes Sud

Kannjawou, Lyonel Trouillot

 

Le vocable « Kannjawou » signifie dans la culture populaire d’Haïti le partage, la fête, à l’occasion de réjouissances. Dans le roman de Lyonel Trouillot intitulé ainsi, ce dernier met en scène cinq jeunes gens, qui à la veille de leur entrée dans l’âge adulte, osent encore rêver de leurs avenirs : ils se nomment Sophonie, jeune serveuse au Kannjawou, nom d’un bar du quartier de l’Enterrement à Port-au-Prince, Wodné, Joëlle, Popol. Leur soutien quotidien, c’est man Jeanne, mère de substitution un brin protectrice, qui tente de sauvegarder des règles d’humanité et prodigue des conseils à ces cinq adolescents, peut-être déjà en danger de perdition. Un autre personnage, le « petit professeur », tente grâce à sa vaste bibliothèque de leur inculquer des bribes de connaissances, de l’éducation.

Mais comment cela est-il réalisable dans ce pays, Haïti, dont l’auteur nous rappelle, très opportunément, qu’il a été occupé une première fois par les Américains, de 1915 à 1934, et qu’il est occupé une seconde fois par les ONG, les organisations non gouvernementales, depuis le récent tremblement de terre de 2010. Ce que met en relief Lyonel Trouillot, c’est le décalage entre les bonne intentions de ces occupants, et la réalité haïtienne :

« On entend même dix ans trop tard des voix qui dénoncent l’occupant. Tout le monde parle (…) ça s’appelle la démocratie. Tu mens et tout le monde t’écoute. Tu dis la vérité et plus personne n’écoute. Et on te répond par la voix très douce d’une jolie porte-parole au teint hâlé que c’est bien que tu t’exprimes. Mais les fusils restent. Et les chars Et le malheur ».

Pourtant, ces adolescents tentent à maintes occasions de barrer la route au malheur et à la fatalité : ils s’entraident, tentent de créer un centre pour gamins, une source éducative pour enfants en mal de repères, souvent dénués de parents ou d’attaches affectives solides. Le constat est terrible : l’un des membres de la bande des cinq se résigne à l’échec, à l’impossibilité de s’en sortir vraiment : « Les quatre autres, nous devenons au fil des jours, sans trop vouloir le reconnaître, les plus riches parmi les pauvres, ou les pauvres les mieux lotis. Il leur manque les mots, les connexions. Ou, s’ils bougent, c’est sur un bateau dont ils ignorent la vraie destination ».

Prégnance du malheur, victoire de ce dernier ? En tout état de cause, Lyonel Trouillot pour sa part donne une réponse par la bouche de l’un de ses personnages : « Et notre absence ne changera rien au vaste cours des choses. Le tout est de meubler ce presque cherchant la juste mesure. Aujourd’hui, pour meubler ce rien je ne pardonne pas au malheur ».

 

Stéphane Bret

 


  • Vu : 2800

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Lyonel Trouillot

Lyonel Trouillot est un romancier (et poète) haïtien. Il est né en 1956 à Port-au-Prince, où il vit toujours aujourd’hui. Il écrit en français et en créole. Il est aussi journaliste, professeur de littérature, participe activement à l’association Étonnants Voyageurs Haïti… Il écrit même des paroles pour plusieurs chanteurs haïtiens. C’est un écrivain engagé dans le présent, tout simplement.

Plusieurs de ses romans sont disponibles chez Actes SUD (dans la collection Babel) : Rue des Pas-Perdus, Les Enfants des héros, Yanvalou pour Charlie…

Lyonel TROUILLOT s’est vu décerner en 2009 le prix Wepler, pour son roman Yanvalou pour Charlie. La même année, Dany Laferrière – autre grande plume haïtienne – recevait le Médicis pour L’énigme du retour.

 


A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS