Identification

Je voudrais leur demander pardon, mais ils ne sont plus là, Mikolaj Grynberg (par Stéphane Bret)

Ecrit par Stéphane Bret 01.12.23 dans La Une Livres, Actes Sud, Les Livres, Critiques, Récits

Je voudrais leur demander pardon, mais ils ne sont plus là, Mikolaj Grynberg, Actes Sud, septembre 2023, trad. polonais, Margot Carlier, 175 pages, 19,50 €

Edition: Actes Sud

Je voudrais leur demander pardon, mais ils ne sont plus là, Mikolaj Grynberg (par Stéphane Bret)

 

Mikolaj Grynberg est l’auteur de plusieurs livres consacrés à l’héritage de la Shoah dans l’histoire polonaise et européenne, mais ils n’ont malheureusement pas été traduits en français. La traduction éditée par Actes Sud, de l’ouvrage intitulé Je voudrais leur demander pardon mais ils ne sont plus là, vient combler cette lacune. Le récit s’organise autour de témoignages confiés à l’auteur par des amis : ils ont tous en commun d’être juifs et relatent leurs expériences passées et présentes de leur vie en Pologne. Le mode d’expression générale employé est laconique, dénué de la moindre emphase. On pense parfois à la déposition à la barre d’un procès imaginaire d’une série de témoins. Chaque témoignage porte un titre, souvent très court, et ne dépasse jamais trois ou quatre pages. Ainsi, dans LE BAZAR, évoque-t-on la question d’être juif ou ne pas l’être. Après avoir passé en revue le poids des préjugés antisémites, l’impossibilité d’échapper à ses origines aux yeux des autres, l’auteur conclut avec une grande amertume : « Je pense que mieux vaut ne pas être juif. D’ailleurs, vous voyez bien que personne ne se presse pour le devenir. Non, il n’y a pas de file d’attente ».

Dans un autre témoignage, une description d’un enterrement familial, une jeune fille prend conscience de ses origines, de son devoir de fidélité à ces dernières : « Je me trouvais enfin devant la tombe de mes grands-parents. Avant même de réaliser que ma mère était juive, je me suis entendu dire que moi aussi je l’étais. Mais pourquoi as-tu voulu attendre jusqu’à ta retraite ? – Une fois à la retraite, on est en sécurité ma fille ».

Tous les témoignages contenus dans ce livre sont de la même veine ; ils sont forts, éloquents, nous émeuvent par leur concision. C’est, en dépit de ce dépouillement voulu par l’auteur, une radiographie des relations des survivants de la Shoah en Pologne, une restitution de leurs expériences de vie : la persistance de l’antisémitisme dans une Pologne où les Juifs ne sont plus qu’une poignée de survivants. Dans l’un des témoignages, peut-être le plus émouvant de l’ouvrage, MES CINQ JUIFS, l’auteur y décrit la vie de cinq juifs, qui l’incitent à confirmer ses préjugés à leur égard. Il prend conscience de son erreur, bien plus tard, alors qu’ils ont tous été exterminés : « Peut-être ai-je porté des accusations contre des innocents ? J’aimerais leur demander pardon mais ils ne sont plus là ».

Voilà un livre précieux dont la pertinence de parution est dramatiquement illustrée par les récents évènements du Moyen-Orient, qui ont vu des Juifs, des civils, exterminés parce qu’ils étaient Juifs.

A lire de toute urgence.

 

Stéphane Bret

 

Psychologue de formation, photographe et écrivain, Mikolaj Grynberg, né en 1966, est l’auteur de plusieurs livres dont la plupart explorent le triste héritage de la Shoah. Le présent ouvrage est le premier traduit en français.

 

  • Vu : 611

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS