Identification

Il n'y a qu'une façon d'aimer, Monique Barbey

Ecrit par Stéphane Bret 06.06.13 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Alma Editeur, Roman

Il n’y a qu’une façon d’aimer, 6 juin 2013, 432 pages, 22 €

Ecrivain(s): Monique Barbey Edition: Alma Editeur

Il n'y a qu'une façon d'aimer, Monique Barbey

Il existe toujours un danger élevé en littérature, c’est de décrire un amour impossible sans tomber insensiblement dans les pires clichés ou les caricatures les plus outrancières. Cet écueil, Monique Barbey l’évite, pour le plus grand bonheur des lecteurs de son récit intitulé Il n’y a qu’une façon d’aimer. Monique Bierens de Haan, née Barbey, est suisse ; elle a épousé un Hollandais dont elle aura cinq enfants. C’est une Genevoise, élevée dans les traditions, dans le culte de la culpabilité, du rigorisme du protestantisme calviniste qui a marqué de son empreinte la vie de cette cité. Cette femme est conquérante, souffre de la tutelle exercée par sa famille, à tel point que cette dernière lui impose d’épouser Barthold Bierens de Haan, son actuel époux. Le récit n’est pas un roman, c’est l’exposition d’un journal tenu par Monique Barbey entre 1943 et 1948, découvert par son fils et édité par les soins de ce dernier.

En 1942, Monique Bierens de Haan s’engage dans l’Armée néerlandaise en exil aux côtés de son époux. Elle rencontre à Londres le général Koenig, héros de la France Libre et vainqueur de la bataille de Bir-Hakeim. Elle en tombe amoureuse et expose cette situation dans les lignes datées du 20 juillet 1944 : « C’est la foudre qui m’a frappée. Je suis clouée sur ce banc et mon cœur s’arrête de battre. Je ne bouge plus et retiens mon souffle, craignant d’avoir compris. Personne ne m’avait jamais dit ainsi qu’il m’aimait ».

L’embarras est grand pour Monique, le dilemme moral est à son comble. Tout est alors susceptible de contrarier la réalisation de cet amour fou, insensé : aimer un général, en pleine guerre, au cœur des cercles diplomatique et militaire, dans lesquels Monique et Pierre Koenig évoluent quotidiennement. Consciente de ces obstacles, Monique se console : elle n’est pas seule et y voit une confirmation de ses convictions : « Pourquoi nous sommes-nous rencontrés puisque nous devrions ne plus nous revoir ? Pourquoi ? Pour nous redonner à tous deux du courage et de la foi. J’en suis sûre. Foi en Dieu, foi en nous-mêmes, courage chaque jour renouvelé puisque nous ne sommes plus seuls ».

Le récit fourmille d’épisodes heureux, décevants, tragiques ; se peuvent être des rendez-vous secrets dans les hôtels de Londres ou de Paris, des doutes sur leur relation – on n’ose parler de liaison tant le terme apparaît impropre –, des rebonds et fluctuations sur l’intensité de leurs espérances respectives. C’est pourtant le réalisme qui l’emporte. Au nom de la morale, de la fidélité, à cause des impératifs d’une guerre, d’un pays à servir, la France, et d’une certaine idée de la morale chrétienne : « La solution, elle se trouve en nous, ou plutôt hors de nous, en Dieu. C’est la foi aveugle et l’espoir qui doivent nous guérir de nos pires détresses ».

Cette vision des choses véhiculée par la narratrice peut paraître désuète, irréaliste aux yeux d’un lecteur contemporain, habitué à plus de permissivité, de complaisance vis-à-vis d’une liberté de mœurs ; elle ne nous séduit pas moins à cause de la sincérité du ton, de la pertinence des interrogations et doutes évoqués dans ce journal décidément inclassable.

 

Stéphane Bret

 


  • Vu : 4052

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Monique Barbey

 

Née en 1910, élevée à Genève, onzième enfant d’une importante famille vaudoise, Monique Barbey se passionne dès l’adolescence pour l’écriture et le théâtre. Marquée par son engagement actif à Londres puis en Hollande contre l’Allemagne nazie, elle a tenu toute sa vie un journal intime. Après sa mort en 1994, sa famille retrouve quelque quatre-vingts carnets. Le choix des extraits et leur présentation sont l’œuvre de son fils Barthold Bierens de Haan.

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS