Identification

Hymne, Lydie Salvayre

Ecrit par Guy Donikian 18.10.11 dans La Une Livres, La rentrée littéraire, Les Livres, Recensions, Récits, Seuil

Hymne, aout 2011, 240 pages, 18 euros

Ecrivain(s): Lydie Salvayre Edition: Seuil

Hymne, Lydie Salvayre


Woodstock, 18 aout 1969, 9 heures du matin. Ils sont vingt mille, fatigués, endormis, là depuis trois jours, trois jours de fête, de musique. Ils sont vingt mille, sur les quatre cent cinquante mille, qui auront attendu. C’est la presque fin du festival, le premier du genre, trois jours dans la boue, les images qui existent l’attestent, trois jours  de  musique, Bob Dylan, Carlos Santana, les Who, bien d’autres encore. Jimi Hendrix entame, ce matin, ce qui restera un cri d’amour et de désespoir, The Star Spangled Banner, l’hymne national américain, et vingt mille personnes seront abasourdies par la puissance du cri, l’énormité du son, et la solitude du musicien.

C’est là l’origine du beau texte de Lydie Salvayre, ce matin duquel personne ne sera sorti indemne, texte écrit comme la musique de Hendrix, une respiration haletante, aux syncopes magistrales, aux harmonies rugueuses. Lydie Salvayre écrit sous la dictée de cette musique dont elle dit qu’elle fut « un cri insoutenable, insoutenablement beau, et paradoxalement libérateur ». Pour elle, ces trois minutes et quelque quarante secondes concentrent les blessures du musicien et « tous les refus d’une jeunesse que l’avidité, la brutalité et le prosaïsme de la société d’alors révulsaient jusqu’à la nausée ».

Ce sont donc aussi les blessures de l’homme, qui perd sa mère très jeune, dont la timidité maladive est sans doute la traduction, qui se donnent à entendre dans cet hymne. Jimi Hendrix traversera sa brève existence en s’excusant, parce que perclus de doutes mais qui cependant n’était pas dupe d’une époque qui croyait que « le pouvoir des fleurs désarmerait les mains les plus militaires ». C’est un homme seul qui fait jaillir de sa guitare des sons sursaturés, des cris, des plaintes, qui disent la solitude mais aussi la désespérante beauté du monde.

Lydie Salvayre a dû écouter bien souvent (et visionner tout autant) ce moment qui marque la fin d’une époque, qui sonne le glas des utopies dont nous manquons cruellement pour adopter ce ton ou plutôt cette écriture musicale qui retrace plus sa vision du musicien génial qu’une fidèle trajectoire. Pourtant, si tous les faits relatés sont réels, ce sont les sentiments induits qui font la trame de ce beau texte qui ne s’adresse ni aux puristes, ni adorateurs inconsolables. Lydie Salvayre nous livre donc une pure création littéraire, esthétique, qu’il faut apprécier en tant que telle.


Guy Donikian


  • Vu : 3762

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Lydie Salvayre

 

Lydie Salvayre est née en 1948, en France, d’un couple de républicains espagnols exilés dans le sud de la France depuis la fin de la guerre civile espagnole. Son père est andalou, sa mère catalane. Elle passe son enfance à Auterive, près de Toulouse, où vit déjà une colonie de réfugiés espagnols. Dès le collège, elle se passionne pour la lecture. Après son baccalauréat, elle suit des études de Lettres à l’Université de Toulouse, où elle obtient une licence de Lettres modernes, avant de s’inscrire en 1969 à la Faculté de Médecine. Son diplôme de médecine en poche, elle part se spécialiser en psychiatrie à Marseille où elle exerce plusieurs années comme psychiatre à la clinique de Bouc-Bel-Air. Elle vit aujourd’hui à Paris. Elle commence à écrire à la fin des années 1970 et publie au départ dans des revues littéraires d’Aix-en-Provence et de Marseille au début des années 1980. Après plusieurs sélections de romans pour des prix littéraires, son œuvre La Compagnie des spectres a reçu le Prix Novembre puis a été élue « Meilleur livre de l’année » par la revue littéraire Lire en 1997. Elle a également obtenu le prix François Billetdoux pour son roman B.W. Prix Goncourt 2014. Son œuvre est traduite dans une vingtaine de langues. Devenue romancière sur le tard, elle a trouvé d’emblée son public. Mais ne renie pas pour autant son premier métier de psychiatre.

 

Bibliographie sélective :

La Déclaration, Julliard, 1990

La Vie commune, Julliard, 1991

La Médaille, Seuil, 1993

La Puissance des mouches, Seuil, 1995

La Compagnie des spectres, Seuil, 1997

Quelques conseils aux élèves huissiers, Verticales, 1997

La Conférence de Cintegabelle, Seuil, 1999

Les Belles âmes, Seuil, 2000

Le Vif du vivant, Cercle d’art, 2001

Et que les vers mangent le bœuf mort, Verticales, 2002

Contre + CD audio avec Serge Teyssot-Gay et Marc Sens, Verticales, 2002

Passage à l’ennemie, Seuil, 2003

La méthode Mila, Seuil, 2005

Dis pas ça + CD audio avec Serge Teyssot-Gay, Marc Sens et Jean-Paul Roy, Verticales, 2006

Lumières sur la CCAS. Les activités sociales des salariés de l’énergie, collectif, Cercle d’art, 2006

Portrait de l’écrivain en animal domestique, Seuil, 2007

Petit traité d’éducation lubrique, Cadex, 2008

BW, Seuil, 2009

Hymne, Seuil, 2011

7 femmes. Emily Brontë, Marina Tsvetaeva, Virginia Woolf, Colette, Sylvia Plath, Ingeborg Bachmann, Djuna Barnes, Librairie académique Perrin, 2013

Pas pleurer, Seuil, 2014

Préfaces :

Préface à Femmes dans la guerre, collectif, éditions du félin, 2004

Préface à Les Madones du trottoir : évocation de Sylvain Fourcassié, Cadex, 2010

Théâtre :

La Puissance des mouches, mise en scène d’Yvon Chaix, Théâtre Jean Vilar, 2005 ; mise en scène de Gérard Lorcy, La Minoterie, Marseille, 2005

La Compagnie des spectres, mise en scène de Mónica Espina, Théâtre national de Chaillot, 2002 ; mise en scène de Mónica Espina, Théâtre Jean Vilar, 2003 ; mise en scène de Gérard Lorcy, Villers-Saint-Paul, Salle Henri Salvador, 2006 ; mise en scène Zabou Breitman, Théâtre de la commune Aubervilliers, 2011

La conférence de Cintagabelle, mise en scène Jean-Yves Lazennec, Théâtre de la Commune, 2005

Les Belles âmes, mise en scène et adaptation de Laurence Février, Théâtre national de Chaillot, 2008

Quelques conseils aux élèves huissiers, 2011 au théâtre, mise en scène Jeanne Mathis avec Frédéric Andrau

A propos du rédacteur

Guy Donikian

Lire tous les articles de Guy Donikian

 

Rédacteur


Auteur de nouvelles