Identification

Et maintenant il ne faut plus pleurer, Linn Ullmann

Ecrit par Marc Ossorguine 27.05.14 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Pays nordiques, Actes Sud

Et maintenant il ne faut plus pleurer, traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier, mai 2014, 416 pages, 23,00 €

Ecrivain(s): Linn Ullmann Edition: Actes Sud

Et maintenant il ne faut plus pleurer, Linn Ullmann

 

Cela s’ouvre avec un titre qui semble annoncer une certaine légèreté, sauf que c’est la traduction française qui induit cela. Il semblerait en effet que « la précieuse » ou « le trésor » serait une traduction plus fidèle au titre original. La traduction américaine, The Cold Song, n’est pas plus fidèle mais cela n’a apparemment pas empêché le titre de compter parmi les best-sellers outre-atlantique.

Au départ cela ressemble à une dramatique ou à une grande série télé pour l’été, avec une famille plutôt aisée qui se retrouve dans la maison de campagne familiale où vit Jenny, la grand-mère au caractère bien trempé, comme l’on dit. Complétons le tableau avec Siri, la fille unique qui a réussi (elle possède deux restaurants) mais qui entretient des relations plutôt tendues avec sa mère. Il y a bien sûr aussi son mari, Jon, écrivain en panne sur le troisième tome de sa trilogie depuis des mois. Ils ont aussi deux filles, dont l’aînée, Alma, commence à poser quelques problèmes somme toute relativement « normaux » pour ses 12 ou 13 ans, seuil de l’adolescence.

Cette dernière est en train de devenir un réel problème, accumulant les comportements « anti-sociaux » et ne se sentant acceptée et prise au sérieux que par sa grand-mère, aussi peu convenable et « socialement correcte » qu’il se peut. Il y a aussi la gouvernante, une géante indéfectiblement fidèle à la grand-mère et qui est comme un membre de la famille, exerçant sans complexe son autorité sur tous, surtout sur Siri. Voilà pour l’essentiel. Mais en cet été, Siri, la mère, a choisi de faire appel à une jeune fille pour s’occuper des enfants. Ce sera Mille, dont le style se démarque assez nettement des autres, avec sa beauté « lunaire » et son indépendance.

Au cours de la fête d’anniversaire pour les 75 ans de Jenny, que sa fille a imposée envers et contre tous, un drame inattendu va se produire. Sans faire plus d’éclat, sans être amplifié ou dramatisé à l’excès par la narration, il va opérer comme révélateur de tous les non-dits, de toutes les tensions qui habitent cette famille bourgeoise et si « comme-il-faut ». Les silences convenus et décents peuvent alors être lourds de conséquences, les malentendus et non-dits, les regards détournés et silences peuvent s’avérer bien plus dévastateurs et violents que les passions brutales. Les vieilles blessures s’ouvrent une à une, libérant leurs miasmes et leurs douleurs.

On peut estimer que ce regard sur une famille empêtrée dans les convenances ne constitue pas un objet littéraire bien puissant ni bien original, on peut aussi trouver que l’auteur sait jouer avec habileté avec les demi-teintes et le registre du suggestif, dans un rythme et un tempo mesurés avec soin, jusqu’au final discret et apaisé qui saura peut-être apaiser les blessures du silence.

 

Marc Ossorguine

 


  • Vu : 2138

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Linn Ullmann

 

Linn Ullmann, née le 9 août 1966 (47 ans) à Oslo, est une critique et romancière norvégienne.

 

A propos du rédacteur

Marc Ossorguine

 

Lire tous les articles de Marc Ossorguine

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature espagnole (et hispanophone, notamment Argentine) et catalane, littératures d'Europe centrale (surtout tchèque et hongroise), Suisse, littératures caraïbéennes, littératures scandinaves et parfois extrême orient (Japon, Corée, Chine) - en général les littératures non-francophone (avec exception pour la Suisse)

Genres et/ou formes : roman, poésie, théâtre, nouvelles, noir et polar... et les inclassables!

Maisons d'édition plus particulièrement suivies : La Contre Allée, Quidam, Métailié, Agone, L'Age d'homme, Zulma, Viviane Hamy - dans l'ensemble, très curieux du travail des "petits" éditeurs

 

Né la même année que la Ve République, et impliqué depuis plus de vingt ans dans le travail social et la formation, j'écris assez régulièrement pour des revues professionnelles mais je n'ai jamais renié mes passions premières, la musique (classique et jazz surtout) et les livres et la langue, les langues. Les livres envahissent ma maison chaque jour un peu plus et le monde entier y est bienvenu, que ce soit sous la forme de romans, de poésies, de théâtre, d'essais, de BD… traduits ou en V.O., en français, en anglais, en espagnol ou en catalan… Mon plaisir depuis quelques temps, est de les partager au travers de blogs et de groupes de lecture.

Blog : filsdelectures.fr