Identification

Chamber Music suivi de Pomes Penyeach, James Joyce

Ecrit par France Burghelle Rey 30.06.17 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Iles britanniques, Poésie, Editions de la Différence

Chamber Music suivi de Pomes Penyeach, juin 2017, trad. Pierre Trouillier, 130 pages, 8 €

Ecrivain(s): James Joyce Edition: Editions de la Différence

Chamber Music suivi de Pomes Penyeach, James Joyce

 

« Pour comprendre comment Joyce devint Joyce, il faut en passer par ces deux recueils » (le premier publié en 1907, le second en 1927) a écrit Pierre Trouillier. En effet, la poésie a été pour l’auteur d’Ulysse la première expérience littéraire d’où l’intérêt majeur de la réunion en une édition bilingue de ces textes tombés, comme l’ensemble de l’œuvre, en 2012 dans le domaine public. Il s’agit, de plus, d’une véritable édition critique en raison de l’établissement scrupuleux du texte d’après les éditions originales, enrichie par les variantes des éditions ultérieures.

Le traducteur fait ici le choix de la versification et de la rime pour faire « partager en français une expérience rythmique et musicale proche de celle en anglais » qui ajoute sa beauté à la variété des mètres et des strophes.

Chamber music comprend 36 textes et fut rédigé par Joyce avant son départ volontaire d’Irlande en 1904. C’est au frère de celui-ci, Stanislaus, que l’on doit la conception finale du recueil qui « réorganisé et augmenté devait décrire le cheminement de l’âme du poète… jusqu’à son exil » sans suivre l’objectif initial qui consistait à suggérer la naissance et la mort d’un amour pour une dame, parcours hérité de la tradition courtoise.

Dès le poème I, le lecteur retrouve le charme de la poésie de Verlaine que l’auteur a traduit et qu’il connaissait par cœur. Thomas Kettle, nous dit la préface, a écrit en juin 1907 pour le Freeman’s Journal : « C’est clair, délicat, jeu distingué qui ressemble à des harpes, des oiseaux des bois et Paul Verlaine ».

 

STRINGS  in the earth and air

Make music sweet ;

Strings by the river where

The willows meet.

There’s music along the river

For Love wanders there,

Pale flowers on his mantle,

Dark leaves on his hair.

All softly playing,

With head to the music bent,

And fingers straying

Upon an instrument

Des cordes dans la terre et l’air

Jouent un air tendre ensemble ;

Des cordes près de la rivière

Où les saules s’assemblent.

 

Le long de l’eau joue de la musique :

Amour erre en ces lieux,

Des fleurs pâles sur son manteau,

Des feuilles aux cheveux

 

Tout doucement il joue,

Vers la musique se penchant,

Ses doigts courent partout

Sur le manche d’un instrument.

 

Par son charme, le recueil ne rappelle pas seulement la délicatesse courtoise mais s’inscrit dans la ligne précieuse que René Bray a su définir à travers le temps, « à travers la Provence des troubadours… l’Italie de Pétrarque, la Pléiade… le gongorisme ». Périodes auxquelles il faut ajouter celle, en Angleterre, des poètes élisabéthains, caractérisée par le bel esprit euphuiste de la fin du XVIe siècle.

Une véritable esthétique du chant amoureux imprime la poésie lyrique de Joyce comme au texte V :

 

LEAN out the window,

Godenhair,

I heard your singing

A merry air…

I have left my book,

I have left my room,

For I heard your singing

Through the gloom…

 

Penche-toi par la fenêtre,

Ô cheveux d’or,

Toi que j’entendis chanter

De gais accords…

 

J’ai délaissé mon ouvrage,

J’ai délaissé mon réduit,

Car je t’entendis chanter

En pleine nuit…

 

La nature est ici le principal adjuvant de l’amour. Son lieu. Celui, en effet, des questionnements. Texte VIII :

 

Who goes amid the green wood

To make it merrier ?

 

Qui va par le plaisant bois vert

Et le rend plus plaisant ?

 

Ainsi les interrogations et les exclamations donnent-elles leur rythme à un texte déjà très musical par ses rimes et ses assonances.

Mais c’est bien d’une déploration qu’il faut parler à propos de certains vers de la seconde moitié où le ton se fait véritablement élégiaque pour exprimer la souffrance provoquée par l’amour malheureux. Un amour qui vit « but a day » / « un seul jour ».

Avec l’oxymore « The malice of thy tenderness » / « La malignité qui fait ta tendresse » se manifeste la torture de l’amant qui atteint son acmé au texte XXVIII dans une injonction funèbre à la dame :

 

Sing about the long deep sleep

Of lovers that are dead, and how

In the grave all love shall sleep :

Love is aweary now.

 

Chante le long, profond sommeil

Des amants qui sont morts, chante comment

Au tombeau tout amour sommeille :

L’amour est si las à présent.

 

Cette torture se traduit ensuite par l’expression du doute le plus profond : « DEAR heart, why will use me so ? » / « Cher cœur, pourquoi me traiter comme ça ? » et par l’aveu définitif que « Love is past » / « l’Amour n’est plus ».

Il arrive alors que le sentiment amoureux appartienne à l’ordre du sublime quand l’Amour tient lieu d’amour.

 

HE who hath glory lost, nor hath

Found any soul to fellow his…

His love is his companion.

 

Lui dont la gloire est morte et qui n’a pas trouvé

D’âme qu’il puisse accorder à la sienne…

C’est son amour qui lui tient lieu de compagnie.

 

En fin de compte nul chagrin ; seuls restent les souvenirs, le bruit des eaux et des vents et la réparation, malgré les rêves, par le sommeil.

Pomes Penyeach est un recueil de treize poèmes publiés en 1927 par Shakespeare and Co à Paris, cinq ans après Ulysse qui a fait la renommée de Joyce. Treize textes versifiés qui suivent une métrique beaucoup plus libre que Chamber music. Poèmes ou pommes, selon le choix étymologique, dont chaque unité compte un penny, c’est-à-dire un douzième de shilling, le premier texte étant offert comme un treizième gratuit à la façon des commerçants irlandais.

Pierre Trouillier insiste, dans sa préface, sur le fait que la mention du lieu et de la date suit chaque texte formant pour l’ensemble « Dublin-Trieste-Paris / 1904-1924 ». Au cœur de la poésie comme du roman : Dublin. Au cœur de la vie de Joyce : la poésie.

Récit du voyage d’un bouvier, éloge de la rose – on pense à Ronsard –, ou plainte encore amoureuse, les textes sont indépendants les uns des autres et réservent à chaque page une surprise au lecteur. La virtuosité – lexique et rythme – d’« Un nocturne » n’est pas sans rappeler celle de Debussy une quinzaine d’années auparavant.

 

Seraphim,

The lost hosts awaken

To service till

In moonless gloom each lapses muted, dim

Raises when she has and shaken

Her thurible.

 

And long and loud

To night ‘s nave upsoaring,

A starknell tolls

As the bleak in(c)ense surges, cloud on cloud,

Voiward from adoring

Waste of souls.

 

Des séraphins

Les armées perdues se réveillent

Pour servir jusqu’à ce que

Dans le noir sans lune ils tombent, muets, ternes,

Quand elle aura levé puis balancé

Son encensoir.

 

Et longtemps et bruyamment,

Montant vers la nef de la nuit,

Un glas stellaire sonne,

Comme le pâle encens s’élève par nuages

Vers le vide depuis l’adorant

Désert des âmes.

 

De la préciosité au symbolisme jusqu’à la mélancolie fin de siècle qui marque certains des derniers poèmes, l’écriture de Joyce a su à la fois s’imprégner de ses influences et s’en démarquer pour une poétique résolument personnelle.

 

France Burghelle Rey

 


  • Vu : 1229

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

James Joyce

 

James Joyce (James Augustine Aloysius Joyce, 2 février 1882 à Dublin - 13 janvier 1941 à Zurich) est un romancier et poète irlandais expatrié, considéré comme l'un des écrivains les plus influents du XXe siècle. Ses œuvres majeures sont un recueil de nouvelles, intitulé Les Gens de Dublin (1914), et des romans tels que Portrait de l'artiste en jeune homme (1916), Ulysse (1922), et Finnegans Wake (1939).

Bien qu'il ait passé la majeure partie de sa vie en dehors de son pays natal, l'expérience irlandaise de Joyce est essentielle dans ses écrits et est la base de la plupart de ses œuvres. Son univers fictionnel est ancré à Dublin et reflète sa vie de famille, les événements, les amis (et les ennemis) des jours d'école et de collège. Ainsi, il est devenu à la fois le plus cosmopolite et le plus local des grands écrivains irlandais.

Son œuvre est marquée par sa maîtrise de la langue et l'utilisation de nouvelles formes littéraires, associées à la création de personnages qui, comme Leopold Bloom et Molly Bloom (Ulysse), constituent des individualités d'une profonde humanité.

 

A propos du rédacteur

France Burghelle Rey

Lire tous les articles de France Burghelle Rey

 

Rédactrice

Domaines de prédilection : poésie, littérature

Genres : recueils, essais, récit

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, éditeurs divers

France Burghelle Rey est née à Paris, a enseigné les lettres classiques et vit actuellement à Paris où elle écrit et pratique la critique littéraire. Elle est membre de l'Association des Amis de Jean Cocteau et du P.E.N. Club français.

Textes parus au nombre d'environ une centaine dans de nombreuses revues ainsi qu’une quarantaine de notes critiques (Place de la Sorbonne, Europe, Recours au poème, Temporel etc…).

Elle a écrit une douzaine de recueils dont Lyre en double paru aux éditions Interventions à Haute voix en 2010 puis Révolution en 2013 suivi de Comme un chapitre d'Histoire en 2014 chez La Porte. Le Chant de l'enfance a été publié aux éditions du Cygne en juillet 2015

Ces derniers textes augmentés de L'Enfant et le drapeau, naissance rédemptrice d'un " ange " dans un monde en désolation, sont, avec les recueils qui suivent, l'expression d'une nécessaire présence au monde en souffrance.

http://france.burghellerey.over-blog.com/# : Un blog de près de 25.000 pages de lues