Identification

Brigitte Fontaine, Benoît Mouchart (par Guy Donikian)

Ecrit par Guy Donikian 25.02.20 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Biographie, Le Castor Astral

« Brigitte Fontaine », Benoît Mouchart, 372 pages, 18 euros, janvier 2020.

Edition: Le Castor Astral

Brigitte Fontaine, Benoît Mouchart (par Guy Donikian)

 

Elle est une figure majeure de la scène underground française, une météore qui depuis un demi siècle fait des apparitions remarquées dans la medias chez lesquels elle a une difficile réputation en raison de ses propos  jugés provocateurs, parfois scabreux, énigmatiques ou agressifs ; elle reste cependant largement méconnue du grand public mais aussi méconnue pour la large palette de ses talents qui s’expriment certes dans la musique, mais aussi en poésie, en littérature, au théâtre…

Brigitte Fontaine est cette artiste protéiforme à laquelle Benoît Mouchart consacre ce livre. Dès les premières pages, l’auteur la compare à une pythie, qui délivre ses oracles à qui veut bien l’entendre, sans pitié, pour dénoncer, rugir, éructer ou adopter un ton plus voluptueux pour déclamer les hontes d’un monde auquel elle peut aussi trouver des charmes évidents. Brigitte Fontaine sait, ajoute-il, adopter un ton espiègle et enjôleur, pour ne pas mâcher ses mots, quitte à mettre son interlocuteur dans l’embarras, voire provoquer un malaise, et ainsi essaime-t-elle « de violents signaux d’alarme contre l’anormalité de la normalité ».

Et si on la considère parfois comme une folle, à la télévision, « c’est parce que j’y suis obligée, pour faire la promo. Alors j’essaie de m’y amuser, mais ce n’est pas toujours évident ».

Le premier chapitre dépeint l’enfance de l’artiste, à Morlaix, en mettant l’accent sur les conditions qui ont poussé l’élève à  se réfugier dans le théâtre et la lecture. Elle va privilégier la scène théâtrale à Brest où elle jouera Feydeau, Molière, à Paris ensuite pour Goldoni et Ionesco.

Elle va alors se tourner vers la chanson pour mettre en musique ses textes poétiques. On est en 1963, et elle « cherche déjà à casser l’écoute confortable du spectateur, à bouleverser ses habitudes en créant une rupture surprenante qui dévie le sens de la chanson et invite à rire. » En 1964, elle se produit à Bobino en première partie de Georges Brassens, aux côtés de Boby Lapointe et Barbara…Et simultanément, elle joue dans une pièce de Boris Vian, Lily Strasa, une transposition humoristique de Lylistrata d’Aristophane. On la voit à la télévision (ORTF !) en 1965 pour une chanson « la Déplaceuse » qui ne sera jamais gravée sur disque.

Suivront des rencontres tant musicales que théâtrales : on retient les noms de Higelin, Rufus, dans une pièce, « Maman j’ai peur », qui, avant 68, donne « le sentiment qu’il est possible de vivre les choses intensément, sans se résoudre à rentrer dans le rang ».

Interviennent les événements de mai 68 qui ne bouleverseront pas Brigitte Fontaine : « Je m’en foutais complètement, même si je trouvais que c’était la moindre des choses. » Reste qu’une chanson qu’elle a écrite et qui sera mise en musique par Jacques Higelin va marquer les moments de révolte de ce mois de mai : Cet enfant que je t’avais fait. Les arrangements sont d’un certain Jean-Claude Vannier qui va travailler avec Hallyday, Polnareff et Gainsbourg… Le texte est un « impossible dialogue entre un père éploré et sa compagne amnésique (à moins qu’il ne s’agisse tout simplement d’une conversation entre un dément et une ingénue, qui sait ?), ce duo inaugure une série de malentendus qui n’ont sans doute pas encore fini d’être dissipés ».

Il faudrait encore souligner, ce que ne manque pas de faire l’auteur, l’importance musicale et affective d’Areski, compagnon depuis de l’artiste.

Cet ouvrage mérite donc qu’on s’y attarde dès lors que l’on accorde un intérêt à la scène underground française, sans oublier cependant que Brigitte Fontaine a écrit des ouvrages qui marquent un talent indéniable.

 

Guy Donikian

 

Benoît Mouchard est l’auteur de plusieurs livres dont « Hergé intime » et «De la bande dessinée au XXIème siècle.

 

 

  • Vu : 818

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Guy Donikian

Lire tous les articles de Guy Donikian

 

Rédacteur


Auteur de nouvelles