Identification

Au-dessus de la mêlée, Romain Rolland

Ecrit par Stéphane Bret 11.05.13 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Petite bibliothèque Payot, Essais

Au-dessus de la mêlée, 215 pages, 8,15 €

Ecrivain(s): Romain Rolland Edition: Petite bibliothèque Payot

Au-dessus de la mêlée, Romain Rolland

 

Qui est Romain Rolland ? Un écrivain du début de ce vingtième siècle, auteur de nombreuses biographies, ami de Charles Péguy et de Stefan Zweig. Il était aussi, pour notre plus grand bonheur, un pacifiste acharné, et un amoureux de la civilisation. Dans cet ouvrage intitulé Au-dessus de la mêlée, titre de l’un des articles et manifestes parus durant les années 1914 et 1915 dans la presse suisse, Romain Rolland nous invite à accomplir des démarches périlleuses, à emprunter des voies difficiles et étroites. Que nous dit ce polémiste, au bon sens du terme ? Qu’une guerre, loin d’être la résurrection appelée de leurs vœux par tous les bellicistes, est un désastre pour tous les belligérants : Romain Rolland se fait l’écho de la prise de position de Stefan Zweig : « Le désastre de la France serait aussi un désastre pour les penseurs libres d’Allemagne ».

Cette volonté de se situer, dès les débuts de la Grande Guerre, au-dessus de la mêlée, incite Romain Rolland à la formulation de diagnostics précurseurs à plus d’un titre : ainsi, le nationalisme exacerbé est-il stigmatisé quelle que soit son origine, sa justification ultime : « Chaque peuple a, plus ou moins son impérialisme (…) Il est la pieuvre qui suce le meilleur sang de l’Europe. Contre lui, reprenons, hommes libres de tous les pays, dès que la guerre sera finie, la devise de Voltaire : Ecrasons l’infâme ! »

Ce manifeste, dans la grande tradition du J’accuse de Zola, s’engage pour la construction de relations internationales, pour la pratique de la coopération entre nations. Ces principes préfigurent la Société des Nations, ancêtre malheureux des Nations Unies actuelles. Romain Rolland, et c’est là que ses écrits atteignent un mérite immense, débusque aussi le rôle de la haine de l’autre, de l’étranger dans les prises de positions : « A qui souffle la haine, la haine lui rejaillit à la face et le brûle ». Il y a aussi un hymne à la fraternité humaine, à l’entretien d’un patrimoine commun à l’humanité entière par le rappel de la définition de l’humanité : « L’humanité est une symphonie de grandes âmes collectives ; qui n’est capable de la comprendre et de l’aimer qu’en détruisant une partie de ses éléments, montre qu’il est un barbare (…) ». On le voit, l’actualité de ce pamphlet est intacte ; il n’a rien perdu de son actualité, de sa pertinence morale. Sa (re)lecture sera un outil précieux pour ceux que la générosité ou la hauteur de vue ne rebutent pas.

 

Stéphane Bret

 


  • Vu : 5477

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Romain Rolland

 

Romain Rolland, né le 29 janvier 1866 à Clamecy (Nièvre) et mort le 30 décembre 1944 à Vézelay, est un écrivain français, lauréat du Prix Nobel de littérature en 1915.

D’une culture sculptée par la passion de l’art et de la musique (opéra, Michel-Ange, Scarlatti, Lully, Beethoven, amitié avec Richard Strauss) et le culte des héros, il rechercha sa vie durant un moyen de communion entre les hommes. Son exigence de justice le poussa à rechercher la paix « au-dessus de la mêlée » pendant et après la Première Guerre mondiale. Tenaillé par son idéal humaniste et sa quête d’un monde non violent, par son admiration pour Léon Tolstoï, grande figure de la non-violence, par les philosophies de l’Inde (conversations avec Rabîndranâth Tagore et Gandhi), l’enseignement de Râmakrishna et Vivekananda, par sa fascination pour ʿAbd-al-Bahāʾ (il lui fait référence dans « Clérambault »), puis par le monde nouveau que voulait construire initialement l’Union soviétique, il n’atteint la transcendance que dans l’écriture de son œuvre.

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS