Identification

Une boîte de nuit à Calcutta, Nicolas Idier, Makenzy Orcel (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché 05.07.19 dans La Une Livres, Critiques, Cette semaine, Les Livres, Roman, Robert Laffont

Une boîte de nuit à Calcutta, mai 2019, 306 pages, 20 €

Ecrivain(s): Nicolas Idier Makenzy Orcel Edition: Robert Laffont

Une boîte de nuit à Calcutta, Nicolas Idier, Makenzy Orcel (par Philippe Chauché)

 

« … Calcutta m’a regardé, et j’ai baissé les yeux. Je n’aurais pas dû les baisser. J’ai vu s’allonger à même le sol cette Nouvelle jeunesse (1) qui se cherche, cherche une sortie, à travers une foule aussi compacte que les murs des palais vides, dans les ordures, le regard éteint des dieux » (Makenzy Orcel).

« … Quand un écrivain écrit, ce n’est pas seulement le monde qui entre dans son rythme, c’est la création d’un rythme du monde. Un mélange de bénédiction et de malédiction. Car il faut prendre sur nous tant de poids, traverser tant de strates de pierre sèche encombrée de mots et d’espoirs avortés… » (Nicolas Idier).

Une boîte de nuit à Calcutta est le roman épistolaire de deux écrivains, deux voyageurs, entre Pékin, Paris et Calcutta, deux amis qui se livrent et livrent ce qu’ils voient, pensent, sentent, et lisent. Deux écrivains armés d’un sismographe qu’ils maîtrisent à merveille : la littérature. Le roman est une arme qui fait voir le réel, même lorsqu’il semble s’en détourner, et Une boîte de nuit à Calcutta en est au centre.

Nicolas Idier et Makenzy Orel s’approprient ce que Jean-Claude Charles (2) nomme l’enracinerrance, ce que l’errance tient des racines et ce que les racines ouvrent comme horizons, tant ils savent que pour partir, il convient de savoir d’où l’on vient, quelle est sa terre et ses résonnances que l’on perçoit en terres lointaines. Il y a une terre, des odeurs, des parfums et des couleurs, des escapades, et des rêves partagés, des visions échangées, des esquisses de romans – une bouche qui apparaît dans la main d’un narrateur – les aventures ubuesques du Chef des chefs –, des portraits d’amis, les souvenirs précis d’un père, des histoires minuscules inventées au jour le jour, partagées, dans un roman mouvant et émouvant, un roman voltigeur qui donne le vertige.

« (En revanche) il revendique le droit de l’auteur de rester loin du bruit, de la pollution des lumières des salons, du strip-tease commercial… “Quand vous lâchez votre machine à écrire, vous lâchez votre fusil automatique, et les rats rappliquent aussitôt”, disait Bukowski » (Makenzy Orcel).

« L’ami Bukowski a touché en plein dans le mille, une fois encore : il faut travailler, dur, à la mine. En ce qui me concerne, j’ai travaillé pendant huit ans à la promotion des auteurs et des livres français en Chine et en Inde, et c’est vrai qu’à plusieurs moments, le découragement m’a pris. Tout se répète »(Nicolas Idier).

Nicolas Idier et Makenzy Orcel sont deux écrivains aux nerfs à vif et à la plume aiguisée, il s’agit, et le pari est risqué, de se dévoiler en dévoilant un pan du monde que l’on voit et que l’on devine derrière son masque. Nous sommes à Port-au-Prince, au milieu d’une foule de malheureux, de crasseux, de loques humaines, un homme au pénis ensanglanté hurle – C’est à peine si ces gens avaient un regard pour l’homme ensanglanté et la femme ligotée –, la folie gagne, et Makenzy Orcel la décrit en quelques lignes, un carnaval de douleur et de folie qu’il livre à son ami. Plus loin, nous voici en Chine – Quand l’avion s’approchait, j’ai vécu une expérience étonnante : j’ai senti la ville, tout Pékin. Je n’avais plus à atterrir : il me suffisait de fermer les yeux pour voir des détails très précis, la circulation, les gens, les immeubles qui montent dans le ciel en contre-jour de l’aube. – En quelques phrases, Nicolas Idier invite des écrivains complices et attentifs à s’assoir à sa table – Depuis que j’ai quinze ans, les écrivains sont mes amis – Présents ou lointains, ils irisent le roman : Charles Bukowski, Simon Leys, Marcelin Pleynet – D’instinct, j’admire cet homme-pierre, passionné de musique, de Rimbaud et de Venise – Philippe Sollers – Ce porte-cigarette ressemble à un stylo. Un stylo qui fume. L’encre de Chine est faîte de suie de pin et de cendre. L’écriture et la fumée sont liées – L’écriture est également la belle occupation de Makenzy Orcel, entre deux avions, deux rencontres, deux soirées arrosées et enfumées, l’écriture et la lecture de livres complices : L’homme derrière le livre est un oiseau rare, heureux. Il parle en brassant l’air avec ses bras, comme pour bourrader toutes forces invisibles qui se tiendraient au travers de ses mots (à propos de Belle merveille de son compatriote James Noël).

« Le courage d’écouter, de suivre l’auteur dans l’ombre, les régions reculées de la langue, ses pérégrinations les plus rocambolesques, voilà ce qui à mon sens caractérise un lecteur, un critique, un curieux, un vrai » (Makenzy Orcel).

« Les rues de Paris ne sont plus les mêmes. Elles vibrent de la même manière que vibrait Bénarès cet après-midi doré où j’ai pris du bhang pour la première fois. Au bout de quelques pas, les façades ondulaient et se couvraient de couleurs. Bizarrement, j’ai pensé à Venise (et ce n’est pas parce que je viens de citer cette ville que j’écris cela, j’y pensais vraiment, avec délectation) » (Nicolas Idier).

Une boîte de nuit à Calcutta se poursuit une fois le livre refermé, comme si le roman continuait de nous hanter, présence d’un fantôme bienveillant, d’un songe, d’un rêve qui a pris sa source dans le Gange – Le Gange m’apaise. L’odeur de la pluie sur la montagne m’emplit de joie (Nicolas Idier) – où se mêlent la langue sauvage et rocailleuse de Makenzy Orcel et celle plus sage de Nicolas Idier, les deux écrivains n’en n’ont sans doute pas fini avec cette singulière aventure, un roman ne s’achève peut-être jamais et nous aurions tort de nous en plaindre.

 

Philippe Chauché

 

(1) Précédent roman de Nicolas Idier : http://www.lacauselitteraire.fr/nouvelle-jeunesse-nicolas-idier

(2) « Pour lui, c’est un concept (oxymorique) tenant compte à la fois de la racine et de l’errance, prenant en compte la mémoire des origines et les réalités nouvelles de la migration, à travers lequel il propose une nouvelle vision de l’im-migration (l’im-migré). En tant que créateur, je revendique le droit de n’exercer aucune police de l’identité ».

 

Nicolas Idier a vécu, travaillé, et écrit en Chine et en Inde, on lui doit notamment La Musique des pierres et Nouvelle jeunesse (Gallimard, L’Infini). Il a coordonné la réédition de La Mer dans la littérature française de Simon Leys pour la collection Bouquins (Robert Laffont) et prépare une édition d’écrits critiques de Bernard Frank dans la même collection.

Makenzy Orcel est un écrivain haïtien qui court le monde, auteur notamment de La nuit des terrasses (La Contre Allée), Le Chant des collines (Mémoire d’encrier), Maître-Minuit (Zulma).

 

  • Vu : 747

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Makenzy Orcel

 

Makenzy Orcel est né en 1983 à Port-au-Prince. Après des études de linguistique, il abandonne l’université pour se consacrer à la littérature. Il publie deux recueils de poèmes, La Douleur de l’étreinte en 2007 et Sans Ailleurs, en 2009. Un recueil traversé par les thèmes de la nuit, de l’enfermement, et de l’ailleurs. Comme des nombreux écrivains qui ont vécu le séisme de 2010, Makenzy Orcel a voulu témoigner, et mettre sa plume au service de la force et de la dignité de son peuple. C’est aux prostituées de Port-au-Prince, ces « immortelles » qu’il a rendu hommage, celles dont la voix ne s’est pas fait entendre à l’heure de la médiatisation de la catastrophe. « Je ne veux pas écrire sur ce que tout le monde voit, et ce que tout le monde aime, ça ne m’intéresse pas. Je veux être dans le sous-bassement des choses. Des lettres, de la société, de tout. Haïti, c’est un pays d’ombre, et je puise dans l’ombre » (source : Étonnants voyageurs).

Nicolas Idier

 

Agrégé d'histoire, chargé de cours en histoire de l'art et archéologie de la Chine à l'université Paris-IV Sorbonne, chercheur associé au Centre de recherche sur l'Extrême-Orient de Paris-Sorbonne (CREOPS), chargé de cours en langue et civilisation de la Chine à l'université de Picardie, chargé d'études au Haut Conseil de l'éducation artistique et culturelle, auteur de nombreux articles sur la culture chinoise, contributeur de plusieurs ouvrages collectifs, membre du comité de rédaction de la revue Nunc, Nicolas Idier termine une thèse de doctorat sur Simon Leys et se rend régulièrement à Shanghai et à Pékin. Actuellement, il collabore à une exposition internationale sur la calligraphie chinoise contemporaine qui aura lieu à Francfort, en Allemagne. Autour de lui, Nicolas Idier a rassemblé une équipe d'une quarantaine d'auteurs confirmés : les meilleurs spécialistes français de la Chine, mais aussi des spécialistes anglo-saxons et chinois.

 

A propos du rédacteur

Philippe Chauché

 

Lire tous les articles de Philippe Chauché

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, espagnole, du Liban et d'Israël

Genres : romans, romans noirs, cahiers dessinés, revues littéraires, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Minuit, Seuil, Grasset, Louise Bottu, Quidam, L'Atelier contemporain, Tinbad, Rivages

 

Philippe Chauché est né en Gascogne, il vit, travaille et écrit à Avignon. Journaliste à  Radio France, il suit notamment le Festival d’Avignon. Il a collaboré à « Pourquoi ils vont voir des corridas » publié par les Editions Atlantica et publie quelques petites choses sur son blog : http://chauchecrit.blogspot.com