Identification

Traverses, Carnets 2010-2011, Jean-Claude Pirotte

Ecrit par Philippe Leuckx 26.01.17 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Essais, Poésie, Le Cherche-Midi

Traverses, Carnets 2010-2011, janvier 2017, 96 pages, 14 €

Ecrivain(s): Jean-Claude Pirotte Edition: Le Cherche-Midi

Traverses, Carnets 2010-2011, Jean-Claude Pirotte

 

Traces d’une « dépressive période », ces Carnets, tenus entre le mois de juin 2010 et celui de 2011, montrent à l’envi l’intérêt de l’écrivain belge, disparu trois ans plus tard, pour tout ce qui touche la France, ses régions, ses gouvernants. À l’ombre de ses lectures favorites du moment, et au plus haut point celle de Déposition de Léon Werth, journal de guerre, Pirotte se met à réfléchir en termes politiques au destin de la France qui l’a accueilli : la critique acerbe et justifiée des comportements d’un Sarkozy le renvoie à celle des pires déviances de la politique française depuis Vichy. Il n’y a pas de mots assez durs pour conspuer un « homme politique » vil, corrompu, prêt à toutes les bassesses, qui massacre la langue française et joue à l’enfant gâté. Ce sont des pages virulentes d’un petit livre qui fait aussi le point sur ses déménagements entre la Suisse et La Panne (sur la côte belge), qui révèle ses périodes de tarissement en écriture, sa fatigue existentielle, ses difficultés déambulatoires. À cette période triste et dépressive répondront quelques années de fertile activité (une dizaine de livres, sans compter les posthumes).

L’écriture de Pirotte, condensée, imagée, fait des merveilles, et l’on aime le voir citer ses pairs, ses amis poètes ou la grande figure de Bachelard (à propos de Roupnel). Les fragments de ces Carnets mettent en lumière son appétit de lectures, sa ferveur pour le passé, les paysages et la langue soignée.

« Le jour se lève et la lumière semble couler d’un ciel dont le bleu s’avive encore de l’immobilité verte des grands arbres » (p.31).

« J’ai dormi presque tout le jour, tentant de prolonger la nuit tutélaire, et d’oublier que je me sens étranger à moi-même. Me résigner à n’être qu’une ombre » (p.80).

La mélancolie de Traverses tient à un ton reconnaissable entre tous, fidèle à la notation libre, dans le droit fil de Dhôtel qui voulait construire l’œuvre « de proche en proche », et Pirotte nous assure du plus beau cadeau qu’est la littérature quand elle trace au plus juste le parcours d’un cœur, d’un corps, au fil d’un quotidien que l’écriture – le style – ramasse et transcende.

 

Philippe Leuckx

 


  • Vu : 1750

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jean-Claude Pirotte

 

Jean-Claude Pirotte (1939-2014) était poète, romancier et peintre. Il a entre autres publié Brouillard en 2013, Place des Savanes en 2011, Hollande, poèmes et peintures en 2003 au Cherche Midi.

 

A propos du rédacteur

Philippe Leuckx

 

Lire tous les articles de Philippe Leuckx

 

Philippe Leuckx est un écrivain et critique belge né à Havay (Hainaut) le 22 décembre 1955.

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, italienne, portugaise, japonaise

Genres : romans, poésie, essai

Editeurs : La Table Ronde, Gallimard, Actes sud, Albin Michel, Seuil, Cherche midi, ...