Identification

Totalement dépassés, Gérald Sibleyras

Ecrit par Fabrice del Dingo 18.08.17 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Récits, Editions de Fallois

Totalement dépassés, janvier 2017, 136 pages, 17 €

Ecrivain(s): Gérald Sibleyras Edition: Editions de Fallois

Totalement dépassés, Gérald Sibleyras

 

Totalement dépassés est une succession de petites tranches de vie saisies sur le vif, que Gérald Sibleyras, auteur dramatique à succès, nous livre en précisant qu’il s’agit de témoignages. Témoignages qu’il a entièrement inventés, cela va sans dire. Certains sont drôles, d’autres étranges ou émouvants. Petite revue de détail.

Jean-Patrick, infographiste, a une liaison idéale depuis six mois avec Delphine qui est « sympathique, rieuse, équilibrée ». Ils se voient en cachette de ses deux garçons de 7 et 9 ans qu’elle appelle mes p’tits bouts. Elle décide de les présenter à Jean-Patrick. Les p’tits bouts sont deux monstres qui ressemblent à des vikings, désobéissants et grossiers. « A la place de Delphine j’aurais envoyé un bataillon de gendarmerie ». C’était il y a dix jours, Jean-Patrick n’a pas rappelé Delphine.

Franck a connu Marine, qui est bretonne depuis toujours. Marine vote socialiste et son prénom lepenien la désole, mais elle ne peut se résoudre à lui substituer son deuxième prénom, Aouregwenn. Franck et Marine se marient, elle travaille un peu puis décide d’être bretonne au foyer. Ils essaient vainement de procréer et, en désespoir de cause, adoptent la solution écœurante de prendre un chat qu’ils baptisent Traoumad.

Alain, webdesigner, a rencontré Stocotine, qui fait un numéro de clown de rue avec Alexandre Lagodasse. Elle a une petite poire sur laquelle elle appuie pour arroser le public et elle n’a arrosé qu’Alain qui est aussitôt tombé amoureux d’elle. Mais, Stocotine doit repartir à la fin de la semaine… Le dernier jour, elle s’est aspergé le visage avec sa poire, et l’eau a ruisselé comme des larmes qui coulent.

Renée, auto-entrepreneuse de 36 ans, a été invitée à dîner avec son mari chez des amis d’amis, Catherine et Simon. Ils ont apporté une bonne bouteille. Bougies sur les tables, lumière tamisée… Renée en déduit qu’ils ont été conviés à une séance de spiritisme. Quand elle sent une main se glisser entre ses cuisses, elle pense qu’on va faire tourner la table. Mais il s’agit plutôt d’une partouze, Simon s’est d’ailleurs dessapé. Heureusement un des invités profite de l’obscurité pour se prendre une porte en pleine poire. Cris et saignements, nez cassé. Renée décide de s’éclipser sans attendre l’arrivée de l’ambulance tandis que son mari profite de la pénombre pour récupérer sa bouteille de Côte Rôtie. « Ça ne se fait pas, je sais, mais dans le noir personne n’a rien vu ».

Après 25 ans de mariage, Joseph, ingénieur de recherche produit chez Nestlé, et sa femme, ont constaté l’érosion de leurs désirs réciproques. Après quelques expériences d’infidélité et d’amour à plusieurs qui ne les satisfont guère, Joseph trouve la solution pour sortir son couple de la monotonie. Il propose à son épouse de la payer chaque fois qu’il voudra faire l’amour. Il se déshabille pendant que sa femme compte les billets et là, ils s’éclatent !

Il y a même un témoignage récurrent, celui de Bertrand, expert-comptable de 50 ans qui vient à cinq reprises baragouiner en anglais. En effet, afin de se préparer à l’inexorable mondialisation, il ne s’exprime plus qu’in english, et il impose à sa femme et à ses enfants de faire de même. Hélas « my wife, Corinne, does not work. She is a house wife. She works in the house. She does not speak English». L’anglais de Bertrand est réjouissant, il nous donne l’agréable sensation d’être bilingue. Tout se complique quand Bertrand emmène sa famille voir Hamlet :

« To be or not to be, we understood but after… lost !

To be or not to be, that is the question… Facile ! Simple ! But the suite…

Wether it is nobler in the mind to suffer

The slings and arrows of outrageous fortune

Goodbye everybody ».

Le plus drôle reste sans doute celui de Jérémy, jeune animateur en tourisme rural, qui vient à Paris ou à Nice sur les lieux des attentats pour mettre des bougies en hommage aux victimes. Jérémy pourrait être émouvant mais il est juste ridicule. On ne peut cependant évoquer son témoignage sans en révéler la chute et franchement ce serait dommage !

 

Fabrice del Dingo

 


  • Vu : 564

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Gérald Sibleyras

 

Gérald Sibleyras est auteur dramatique et scénariste. On lui doit notamment la pièce Un petit jeu sans conséquence et l’adaptation théâtrale des 39 marches d’après le film d’Alfred Hitchcock.

 

A propos du rédacteur

Fabrice del Dingo

Lire tous les articles et textes de Fabrice del Dingo

 

A publié quatre livres dont des pastiches sous le titre global de « Rentrée littéraire ». Y figuraient notamment l’inénarrable Premier roman de Margarine Peugeot, la fille cadette de Dieu, et les testicules alimentaires de Michel Ouelleburne (éditions J-C Lattès).

 

Prix concours en 2010 pour « La tarte et le suppositoire » signé Michel Ouellebeurre (éditions de Fallois 2011).

A publié « Mein lieber Sarko » d’Angela M (éditions de Fallois 2012).

A également prêté sa plume à quelques ouvrages d’auteurs à la dérive

A concocté de nombreux pastiches en prose ou en vers : http://dominikdevillepai.e-monsite.com/

A collaboré à la revue Critic@.

A publié un roman, "Barcarolle" en Février 2014 aux Editions de Fallois sous la signature de Fabrice Amchin.