Identification

Sunset Park, Paul Auster

Ecrit par Yann Suty 25.09.11 dans Actes Sud, La Une Livres, La rentrée littéraire, Les Livres, Recensions, Roman, USA

Sunset Park, septembre 2011, 320 pages, 22,80 €

Ecrivain(s): Paul Auster Edition: Actes Sud

Sunset Park, Paul Auster

Il paraît bien loin le temps des livres majeurs. De ces œuvres qui marquent durablement, comme Paul Auster en a publié entre la fin des années 80 et le début des années 90. Un âge d’or, une période de grâce, avec des livres comme Cité de verre, La Chambre dérobée, Leviathan ou La Musique du hasard. Et puis, il y a ensuite comme une cassure, qu’on pourrait dater de l’époque de Smoke, le film (d’ailleurs fort charmant et habile) dont Paul Auster signa le scénario pour Wayne Wang. Est-ce que le cinéma a dynamité la verve créatrice de l’écrivain new-yorkais ? Car après cette première incursion avec lendemain, Paul Auster ne nous livra plus d’œuvres aussi mémorables. Il baissa d’un cran. Il alterna les ouvrages de bonne facture, mais qui n’atteignirent pas des sommets (La Nuit de l’oracle, Le livre des illusions), avec d’autres moyens, voire franchement médiocres (Tombouctou, Seul dans le noir).

Et Sunset Park, dans quelle catégorie est-il à ranger ?

Ça commence bien, même très bien, comme du bon Paul Auster. Le livre raconte l’histoire d’un homme, Miles Heller qui, rongé par la culpabilité après avoir provoqué la mort de son demi-frère, Bobby, a tout claqué. Il a abandonné ses études, quitté le domicile new-yorkais parental pour errer de petits boulots en petits boulots. Sept ans plus tard, il se retrouve à Miami, en Floride, à vider les maisons  abandonnées en hâte par leurs habitants victimes de la crise des subprimes.

Miles est tombé amoureux d’une jeune fille d’origine cubaine. Mais parce qu’elle est encore mineure, elle n’a que dix-sept ans, il se retrouve victime d’un chantage et décide de rentrer sur New-York. Il trouve alors refuge dans une maison que squattent son ami Bing Nathan et deux femmes, dans le quartier de Sunset Park…

La première partie est du Paul Auster « tout craché ». Pour ceux qui aiment, on est en terrain familier. Tous les grands thèmes austériens sont convoqués : le doute, le passé, les hasards et coïncidences, New York, le base-ball…

C’est un bon cru qui s’annonce.

Mais… au bout d’une centaine de pages – la première partie – la mécanique se dérègle.

Paul Auster a toujours été brillant pour croquer ses personnages. C’est à une véritable biographie qu’il se livre à chaque fois. Il prend son temps, décrit des trajectoires, des systèmes de pensée, qui nous font comprendre pourquoi untel ou untel en est arrivé là.

Le problème, dans Sunset Park, c’est qu’une fois la situation de base posée, il n’y a presque plus que ça. Ce n’est pas inintéressant, loin de là, mais l’auteur abandonne peu à peu son histoire pour se consacrer uniquement à ses personnages, ou du moins à leur passé. Ils ne vivent plus dans le présent, l’intrigue s’écarte d’eux au fur et à mesure.

Le livre devient une juxtaposition de portraits. On aurait aimé moins de personnages, d’autant que certains se ressemblent un peu trop, vivent les mêmes choses au même moment (et les coïncidences deviennent un peu trop systématiques pour être crédibles).

Quand on a beaucoup lu et beaucoup aimé un auteur, on est sans doute plus sévère avec lui, on a moins de patience. On aimerait qu’il n’écrive que des ouvrages majeurs. Il y a encore des éléments dans ce livre qui permettent de garder espoir pour un prochain cru. Sunset Park a des qualités, certes, mais pour un auteur de la trempe de Paul Auster, on était en droit d’espérer mieux.

 

Yann Suty


  • Vu : 3059

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Paul Auster

 

Paul Auster est un écrivain américain né en 1947 à Newark dans le New Jersey. De 1965 à 1970, il étudie les littératures française, anglaise et italienne à Columbia University où il obtient un Master of Arts. Il publie à cette époque, des articles consacrés essentiellement au cinéma dans la Columbia Review Magazine, et commence l’écriture de poèmes et de scénarios pour films muets. De 1971 à 1975, il s’installe à Paris et, en connaisseur attentif de notre langue, il traduit Dupin, Breton, Jabès, Mallarmé, Michaux et Du Bouchet. Unearth, son premier recueil de poèmes paraît aux Etats-Unis en 1974, puis en France, en 1980, aux éditions Maeght. Sa Trilogie new-yorkaise, constituée deCité de Verre (1987), Revenants (1988) et La Chambre dérobée (1988), paraît aux éditions Actes Sud et connaît un succès immédiat auprès de la presse et du public. Suivront des essais, des recueils de poésie et de nombreux romans, dont Moon Palace (1990) ou encore Léviathan qui obtient en 1993 le Prix Médicis étranger. Paul Auster a aussi écrit des pièces de théâtre dont Laurel et Hardy vont au paradis qui a été joué au Théâtre de La Bastille en 2000. Cité de verre qui a été adapté en bande dessinée par David Mazzucchelli en 1995. En 1993, La Musique du hasard a fait l’objet d’un film réalisé par Philip Haas. Passionné depuis toujours par le cinéma, Paul Auster réalise Smoke et Brooklyn Boogie en collaboration avec Wayne Wang. En 1996, ces deux films sont diffusés sur les écrans internationaux. Smoke obtient le Prix du meilleur film étranger au Danemark et en Allemagne. En 1998, Paul Auster écrit et réalise Lulu on the bridge, avec Harvey Keitel, Mira Sorvino et Willem Dafoe, film sélectionné à Cannes dans la catégorie “un certain regard”. Il poursuit son activité de cinéaste en réalisant La Vie intérieure de Martin Frost d’après un scénario composé à partir de l’une des intrigues de son roman, Le Livre des illusions, en 2007.
En France, toute l’œuvre de Paul Auster, traduite en trente-cinq langues, est publiée chez Actes Sud. Il est membre de The Academy of Arts and Letters et a reçu le Prix du Prince des Asturies en 2006 (entre autres distinctions prestigieuses).Paul Auster vit à Brooklyn avec sa femme, la romancière Siri Hustvedt.
Derniers ouvrages parus : Seul dans le noir (2009 ; Babel n° 1063), Invisible (2010 ; Babel n° 1114), Sunset Park (2011) et Chronique d'hiver (2013).

 

A propos du rédacteur

Yann Suty

Tous les articles de Yann Suty

 

Membre fondateur


Yann Suty est écrivain, il a publié Cubes (2009) et Les Champs de Paris (2011), chez Stock