Identification

Stendhal, Dominique Fernandez

Ecrit par Philippe Leuckx 21.06.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Biographie, Buchet-Chastel

Stendhal, Dominique Fernandez, avril 2018, 240 pages, 14 €

Ecrivain(s): Dominique Fernandez Edition: Buchet-Chastel

Stendhal, Dominique Fernandez

Ces pages choisies du grand auteur amoureux de l’Italie sont présentées à point nommé par Dominique Fernandez qui a consacré tant d’ouvrages à son amour pour la péninsule, ses auteurs, ses lieux.

Stendhal se donne là à (re)lire au travers de longs extraits de Lettres à Pauline ; Vie de Henry Brulard ; Rome, Naples et Florence ; Promenades dans Rome ; San Francesco a Ripa ; Le Rouge et le Noir ; La Chartreuse de Parme.

La préface à ces pages sobrement intitulée Le courage d’être singulier dévoile combien l’auteur, dont la chasse au bonheur a été souvent source d’aléas, a réussi à donner des œuvres bien éloignées de sa vie malheureuse ou décevante, des œuvres toniques, enjouées, pleines d’exaltations et de réjouissances. Le plaisir d’écrire saute à chaque phrase et Fernandez met en balance le travail d’un Flaubert, toujours à récrire dans l’épuisement, et celui d’un Stendhal, léger, libre, spontané. Il n’a rien du « corset de l’artiste ». « Grand critique », le romancier a une carrière remplie, mais la solitude foncière d’Henry Beyle lui a donné l’occasion et le soulagement de répondre à l’insuffisance par des romans qui sont à rebours. Rien de son parcours n’est directement exploité, il est à mille lieues de la littérature de soi. Il ne fait pas de la littérature pour elle-même, il compose des histoires où les personnages hauts en couleurs peuvent transformer une vie médiocre (« navrante fut sa vie érotique ») en un roman qui emballe.

Une grande liberté préside aux lettres adressées à sa sœur Pauline : grande lucidité aussi pour lui servir de guide détaché. « Il faut, lui dit-il en date de fin juillet 1804, dans le monde, dire tout avec simplicité, bien se dire à soi-même et ne jamais dire à d’autres qu’on se réunit pour se donner du plaisir, et supprimer tout ce qui diminue celui que vous pouvez donner » (p.53).

La ferveur de Stendhal pour tout ce qui est Italie trouve dans les pages de Promenades dans Romematière à s’exprimer : les onze collines qu’il énumère mettent en relief ce qu’il s’agit de voir ; sa passion pour l’histoire et l’esthétique du Panthéon (qu’il met au-dessus des fresques de Michel-Ange et des « statues du Capitole ») ; son rejet – rencontrant dans Rome un riche Américain – de l’argent…

La prose délicieuse de San Francesco a Ripa propose :

Le jeune Français, qui n’était pas bien habile dans l’art de pénétrer les sentiments cachés d’un cœur italien, trouva un air de tranquillité et de raison qui le mit à son aise. Du reste, en ce moment il avait un chagrin : en traversant les caves et les souterrains qui, d’une maison voisine du palais Campobasso, le conduisaient dans cette salle basse, la broderie toute fraîche d’un habit charmant et arrivé de Paris la veille s’était chargée de plusieurs toiles d’araignée (p.157).

Fernandez dit tout le bien à penser d’un auteur dont il partagerait volontiers la compagnie, à la terrasse d’un café.

La lecture de ce petit volume est tout à fait à l’image allègre de ce commentaire.

 

Philippe Leuckx

 


  • Vu : 838

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Dominique Fernandez

Dominique Fernandez est membre de l’Académie française, romancier et essayiste. On lui doit, sur des sujets russes, le Dictionnaire amoureux de la Russie, mais aussi des livres sur Venise ou sur la Méditerranée.

 


A propos du rédacteur

Philippe Leuckx

Lire tous les articles de Philippe Leuckx

 

Philippe Leuckx est un écrivain et critique belge né à Havay (Hainaut) le 22 décembre 1955.

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, italienne, portugaise, japonaise

Genres : romans, poésie, essai

Editeurs : La Table Ronde, Gallimard, Actes sud, Albin Michel, Seuil, Cherche midi, ...