Identification

Souffles - Pourquoi les salafistes algériens ont marché sur Alger ?

Ecrit par Amin Zaoui le 25.03.15 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques, Côté actualité

Souffles - Pourquoi les salafistes algériens ont marché sur Alger ?

 

Parce que l’islam d’aujourd’hui a été vidé de toutes cultures universelles, le musulman, le bon croyant, à son tour, s’est trouvé conditionné, automate. C’est triste mais c’est la réalité amère. Pourquoi est-ce que les salafistes algériens sont-ils sortis coléreux et en force, cette semaine, dans les rues d’Alger ?

Serait-ce pour dénoncer les injustices sociales ? Non.

Pour réclamer l’augmentation des salaires ? Mais non !

Pour dire non à l’exploitation du gaz de schiste ? Pas du tout.

Pour dénoncer la mauvaise et louche distribution des logements sociaux ? Ceci n’est pas important à leurs yeux.

Pour dénoncer la corruption qui gangrène l’économie algérienne ? Ceci, à leurs yeux, relève d’el-mektoub, du Ciel.

Pour demander plus de liberté ? Non, la liberté est contre la morale, surtout pour la gent féminine !

Pour demander plus de passeports pour la saison prochaine du pèlerinage ? Non, même pas à cause de cela.

Pour demander le droit à la constitution d’un parti fasciste ? Non, l’idée du parti est un mensonge occidental blasphématoire. El-Oumma !

Pour demander l’amélioration de l’enseignement secondaire et universitaire ? Non, le Prophète (QSSSL) fut analphabète, oummi.

Pour demander plus de maisons de culture ou plus de théâtres ? Non, ces lieux sont réservés aux égarés. Pour el-kofr/l’apostasie.

Pour dénoncer le chômage qui ronge les jeunes et les moins jeunes ? Non, chacun est né avec son destin inscrit, dessiné d’avance sur son front.

Pour contrer la cherté de la vie et l’augmentation du prix de la pomme de terre ? Non, c’est le bon Dieu qui distribue le pain et la pomme de terre sur ses créatures !

Mais pourquoi est-ce que les salutistes algériens sont-ils sortis coléreux et en force, cette semaine, dans les rues d’Alger ?

Les salafistes algériens sont sortis dans les rues d’Alger, tout simplement pour défendre leur droit divin de « frapper » les femmes. Le droit de frapper la sœur. La mère. La fille. La nièce. La grand-mère. L’épouse. La tante. La voisine. La collègue de travail. La médecin. La pilote. La policière. La générale dans l’Armée nationale populaire. Leur droit divin d’exercer les violences sur les femmes. Toutes les femmes, celles dans les foyers, celles dans le travail et celles dans les rues ! Ils sont sortis, ces salafistes, pour réclamer leur droit divin de faire des femmes, toutes les femmes sans exception aucune, une « propriété » privée. Le musulman, le bon croyant, encerclé par une telle religion vidée de toutes cultures universelles, s’est métamorphosé en créature conditionnée, formatée, automate.

Une théorie psycho-physique nous confirme : dès qu’un membre dans le corps humain est inerte, sans fonction aucune et pour longtemps, il est automatiquement condamné à disparaître. À mourir. Et depuis le cinquième siècle de l’hégire, le onzième selon le calendrier grégorien, un membre corporel n’a pas travaillé, n’a pas bougé, dans le corps du musulman : le cerveau !! En contrepartie ce qui abouté, pendant cette période, depuis le cinquième siècle de l’hégire, le onzième selon le calendrier grégorien, c’est le membre génital !! Ce membre est omniprésent dans le conscient et dans l’inconscient ! Obsession musulmane !

Et cette manifestation des salafistes algériens, dans les rues d’Alger, confirme que seul ce membre génital est encore actif dans le corps du musulman. Cela explique aussi l’appel lancé, il y a quelques semaines, par des parlementaires, dans lequel ils ont demandé aux femmes de s’habiller « correctement » ! Se vêtir selon leur goût idéologique, plutôt pathologique.

Maintenant, je sais pourquoi les salafistes algériens sont sortis dans les rues d’Alger ! Et je suis écœuré et triste !

 

Amin Zaoui

 

Chroniques "Souffles". "Liberté", Alger

 


  • Vu: 1862

A propos du rédacteur

Amin Zaoui

Lire Tous les textes d'Amin Zaoui

 

Rédacteur


Amin Zaoui est un écrivain algérien né le 25 novembre 1956 à Bab el Assa (Algérie). il écrit chaque jeudi deux articles un en arabe dans le quotidien arabophone echorouk et en français dans le quotidien francophone liberté

 

1984-1995 : enseignant à l’université d'Oran (département des langues étrangères)

1988 : Doctorat d'État en littératures maghrébines comparées

1991-1994 : directeur général du Palais des Arts et de la Culture d’Oran

2000-2002 : enseignant à l’université d’Oran (département de la traduction)

2002-2008 : directeur général de la Bibliothèque nationale d'Algérie

2009 : membre du conseil de direction du Fonds arabe pour la culture et les arts (AFAC)

Conférencier auprès de plusieurs universités : Tunis, Jordanie, France, Grande-Bretagne.

 

Publications en français

Les romans d’Amin Zaoui ont été traduits dans une douzaine de langues : anglais, espagnol, italien, tchèque, serbe, chinois, persan, turque, arabe, suédois, grec…

 

Sommeil du mimosa suivi de Sonate des loups (roman), éditions le Serpent à plumes, Paris, 1997

Fatwa pour Schéhérazade et autres récits de la censure ordinaire (essai collectif), éditions L'Art des livres, Jean-Pierre Huguet éditeur, 1997

La Soumission (roman), édition le Serpent à Plumes, Paris, 1998 ; 2e édition Marsa, Alger. Prix Fnac Attention talent + Prix des lycéens France

La Razzia (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 1999

Histoire de lecture (essai collectif), éditions Ministère de la Culture, Paris, 1999

L’Empire de la peur (essai), éditions Jean-Pierre Huguet, 2000

Haras de femmes (roman), éditions le Serpent à Plumes, 2001

Les Gens du parfum (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

La Culture du sang (essai), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

Festin de mensonges (roman), éditions Fayard, Paris, 2007

La Chambre de la vierge impure (roman), éditions Fayard, Paris, 2009

Irruption d’une chair dormante (nouvelle), éditions El Beyt, Alger, 2009

 

En arabe

 

Le Hennissement du corps (roman), éditions Al Wathba, 1985

Introduction théorique à l’histoire de la culture et des intellectuels au Maghreb, éditions OPU, 1994

Le Frisson (roman), éditions Kounouz Adabiya, Beyrouth, 1999

L'Odeur de la femelle (roman), éditions Dar Kanaân, 2002

Se réveille la soie (roman), éditions Dar-El-Gharb, Alger, 2002

Le Retour de l'intelligentsia, éditions Naya Damas, Syrie, 2007

Le Huitième Ciel (roman), éditions Madbouli, Égypte, 2008

La Voie de Satan (roman), éditions Dar Arabiyya Lil Ouloume, Beyrouth ; éditions El Ikhtilaf, Alger, 2009

L'Intellectuel maghrébin : pouvoir - femme et l’autre, éditions Radjai, Alger, 2009