Identification

Rimbaud et la Rédemption, Fabienne Bader, par Didier Ayres

Ecrit par Didier Ayres le 04.09.18 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

Rimbaud et la Rédemption, Fabienne Bader, éditions Polyglotte, 2018, 10 €

Rimbaud et la Rédemption, Fabienne Bader, par Didier Ayres

 

Mort et rédemption

J’ai connu les éditions Polyglotte à travers les réseaux sociaux, et j’ai été attiré d’abord par le titre du livre de Fabienne Bader, sans rien connaître de l’auteure. Je cherchais Rimbaud. Quel était ce Rimbaud ? le mien ? celui des amours violentes avec Verlaine ? celui d’Aden ? le Rimbaud voyant ? le Rimbaud escorté par un appareil critique, comme l’est le Rimbaud de Bonnefoy ? Toujours est-il que j’étais prêt à suivre la démarche d’une quête, notamment celle du poète de Charleville. Ce recueil très sobrement présenté, prend donc Rimbaud pour compagnon d’écriture. Et avec le langage, la grave question de la mort et de la rédemption. Cette poésie, que l’éditeur Nasser-Edine Boucheqif publie dans sa collection Féminin Pluriel, cache une femme complexe et douloureuse. Hantée par l’insomnie, et travaillée par la pratique de la poésie, l’auteure questionne la banalité de notre séjour ici-bas, avec en vue la fin de toutes choses et la vie d’un au-delà.

Je te parle

Quelle est

La divine Parole

Que dans la nuit d’hécatombes

J’entends

C’est « La Saison en enfer » d’Arthur Rimbaud

Et dans le Silence de la mer

J’entends cette voix d’outre-tombe

 

Et cela conduit l’écrivaine à se mettre à jour et à se découvrir au milieu de la banalité de la vie, et encore aussi à s’adosser aux grandes questions qui prêtent souvent au silence. Il me reste à moi, lecteur, à suivre la tension intérieure, l’arc-boutage des mots de Fabienne Bader et de son Rimbaud, poète où puise la poétesse qui tente de se prémunir – s’il était possible ! – de la mort et de la disparition.

 

La nuit je ris

la lumière éclaire la chambre

un jaguar s’étale

à l’horizon

Les chacals s’enfuient

et le rempart de pierre

S’effondre

 

La poésie est bonne compagne, elle permet différentes expressions et thèmes. Là, c’est le questionnement de la banalité parfois, qui laisse entrer ici de la réalité dans le poème, et peut sans doute rendre chacun plus fort devant l’échéance mortelle qui est notre condition. Concluons avec un poème :

 

0h20

Entre chiens et loups.

Quand la nuit descend,

Cet hiver est si long,

Mon estomac se tord d’angoisse

Je sors dans mon quartier,

Dans les rues,

Au hasard des rues que je connais si bien et

rentre à la maison dans l’attente de la

rédemption de l’Aube…

 

Didier Ayres

 


  • Vu: 1323

A propos du rédacteur

Didier Ayres

 

Lire tous les textes et articles de Didier Ayres


Rédacteur

domaines : littérature française et étrangère

genres : poésie, théâtre, arts

période : XXème, XXIème

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il a trouvé une assiette dans l'activité de poète. Il a publié essentiellement chez Arfuyen.  Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire.