Identification

Pourquoi je hais l'indifférence, Antonio Gramsci

Ecrit par Léon-Marc Levy 10.01.13 dans La Une Livres, Recensions, Les Livres, Italie, Rivages poche, Essais

Pourquoi je hais l’indifférence, traduit de l’italien, préfacé et annoté par Martin Rueff, 2012, 205 p. 8,65 €

Ecrivain(s): Antonio Gramsci Edition: Rivages poche

Pourquoi je hais l'indifférence, Antonio Gramsci

 

Lire Gramsci est naturellement un moment important pour la compréhension de l’histoire de la pensée au XXème siècle, de l’histoire du mouvement social et du communisme européen. Et pourtant le bonheur que procure la lecture de ce livre particulier n’a pas grand-chose à voir avec cela. On y trouve rassemblés des textes divers, portant sur les sujets de prédilection d’Antonio Gramsci : les valeurs humaines, la fonction de la culture, les vertus de l’homme privé, la grandeur des humbles. On y trouve surtout une écriture stupéfiante comparée aux grands textes du genre : à la fois très belle et totalement décalée par rapport aux « écrits politiques ». Loin de Lénine, de Mao, du Che, la petite chanson d’Antonio Gramsci fait entendre sa différence radicale.

Point de leçon de socialisme, point de credo révolutionnaire, point de méthode de prise de pouvoir ni de dictature du prolétariat ! Non. Des textes qui parlent de l’amour des hommes et le cœur de Gramsci se confond magnifiquement avec son intelligence. Gramsci aime le genre humain, authentiquement, pas comme « masse » de manœuvre. Il aime les hommes, les femmes du peuple un par un, dans leurs qualités personnelles, leur dévouement, leur labeur, leur humilité. Il aime la morale individuelle, la capacité des humbles à s’entraider, à se soutenir dans la misère, malgré la misère.

L’empathie de Gramsci pour le genre humain prend même parfois des accents pour le moins surprenants venant d’un texte rédigé en 1917, en pleine révolution russe, de la part d’un homme qui sera quelques années plus tard le chef du Parti Communiste Italien. Lisez plutôt :

« Une civilisation nouvelle tire son nom de cet homme. La civilisation nouvelle était une nécessité historique, elle était potentiellement contenue dans la civilisation précédente, mais cet homme a trouvé, il a su exprimer par des mots immortels cette nécessité, il a permis la diffusion de la conscience de cette nécessité et ce faisant il a aidé sa naissance et sa diffusion. Il a lancé dans le monde gréco-romain une idée force : la différence de sang, la différence de race n’est pas source d’inégalité parmi les hommes (…) »

Gramsci, vous l’avez compris, ne fait pas là allusion à Marx ou à Lénine. Il parle de Jésus-Christ en l’inscrivant une fois pour toutes dans la lignée du progrès historique !! Gramsci, socialiste, communiste, et néanmoins chrétien – au moins par sa reconnaissance du Christ.

Cette originalité sans équivalent est probablement à la fois une spécificité gramscienne, sa place unique dans l’histoire de la pensée socialiste, mais c’est aussi une des raisons de la haine farouche qu’Antonio Gramsci a suscitée de son temps de la part de la droite italienne. Avec Gramsci, les fascistes mussoliniens n’avaient pas seulement en face d’eux un idéologue socialiste brillant, ils avaient aussi un homme qui s’inscrivait dans un cadre de référence partagé par le citoyen italien, la culture chrétienne.

La haine de Gramsci est restée fixée pour la postérité dans la phrase du procureur fasciste Isgro qui dit, au moment d’envoyer Gramsci en prison : « nous devons empêcher ce cerveau de fonctionner pendant vingt ans »

Et Gramsci nous tresse son apologie des hommes dans un style éblouissant qui, parfois, n’est pas sans rappeler – mais oui – William Shakespeare. Ecoutez cet hommage aux ouvriers défaits de la Fiat le 8 mai 1921 :

« Ils ont résisté pendant un mois. Ils étaient exténués physiquement parce que cela faisait des semaines et des mois que leurs salaires avaient été réduits et ne suffisaient plus au soutien de la famille, et pourtant ils ont résisté pendant un mois. Ils étaient complètement coupés de la nation, submergés par un poids général de fatigue, d’indifférence, d’hostilité, et pourtant ils ont résisté pendant un mois. (…) ils se savaient condamnés à la défaite et pourtant ils ont résisté pendant un mois. »

Relisez la scène 2 de l’acte III du « Jules César » de Shakespeare et le discours d’Antoine ponctué par son « et Brutus est un homme honorable » répété à la fin de chaque phrase. La parenté est frappante.

Grand Antonio Gramsci, par l’âme, la pensée, l’écriture.

 

Leon-Marc Levy


  • Vu : 5280

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Antonio Gramsci

 

Philosophe et homme politique italien (Ales, Sardaigne, 1891 - Rome 1937).


Originaire d'une famille bourgeoise sarde, il adhère en 1913 au Parti socialiste. En 1919, il fonde avec Terracini et Togliatti le journal Ordine Nuovo. En janvier 1921, il contribue à la fondation du Parti communiste italien. Il est élu député en 1924 ; le congrès de Lyon (janv. 1926) le place au poste de secrétaire général du P. C. I. En 1926, il est arrêté, condamné à la déportation deux ans plus tard. Il ne cessera d'écrire jusqu'en 1937. Malade, il est libéré sous condition et meurt quelques jours après.

L'influence de Gramsci a été considérable dès 1920. Il a approfondi la notion d'État et a substitué la notion de dictature du prolétariat à celle d'hégémonie du prolétariat. Pour Gramsci, l'efficacité du mouvement ouvrier est liée à la qualité intellectuelle et morale de sa direction face au pouvoir d'État, qui est aveugle, bureaucratique par essence.

Les textes de Gramsci n'ont été publiés in extenso qu'en 1975 sous le titre de Cahiers de prison. Les Lettres de prison (1947 et 1965) constituent un des chefs-d'œuvre de la littérature italienne.

 

 

A propos du rédacteur

Léon-Marc Levy

 

Lire tous les articles de Léon-Marc Levy


Directeur du Magazine

Agrégé de Lettres Modernes

Maître en philosophie

Auteur de "USA 1" aux éditions de Londres

Domaines : anglo-saxon, italien, israélien, maghrébin

Genres : romans, nouvelles, essais

Maisons d’édition principales : Rivages, L’Olivier, Joëlle losfeld, Gallimard, Seuil