Identification

Pensées en désuétude, Fanny Cosi

Ecrit par Arnaud Genon 06.10.11 dans Les Livres, Recensions, Biographie

Pensées en désuétude, éditions Edilivre A Paris, 2010, 172 pages.

Ecrivain(s): Fanny Cosi

Pensées en désuétude, Fanny Cosi

La quatrième de couverture de Pensées en désuétude inscrit le projet de Fanny Cosi dans la lignée de Nathalie Sarraute, plus précisément dans ce que l’auteur d’Enfance appelait  « tropismes » à savoir ces « mouvements indéfinissables qui glissent très rapidement aux limites de la conscience [, qui] sont à l'origine de nos gestes, de nos paroles, des sentiments que nous manifestons, que nous croyons éprouver et qu'il est possible de définir [et qui] paraissent encore constituer la source secrète de notre existence. » (Le langage dans l'art du roman, 1970).

Ces « pensées » fragmentaires tentent donc de saisir des instants, des sensations, des sentiments, des ressentis, les états d’âme d’un « moi » éclaté, parcellaire, qui cherche à rassembler ou à perdre – on ne sait pas, on hésite –, les parcelles éparses de ce qui constitue une identité, de ce qui enracine le « je », le détermine. Fanny Cosi y expose, comme pour s’en défaire, les déchirures, les fractures d’une vie. Les drames, les pertes. Pour s’en sauver. « J’écris sans doute pour me raccrocher à la vie… Me rapprocher de moi. M’aime. Je. » On y trouve aussi l’évocation du « sentiment amoureux », du désir, des fantasmes…

Ici, la troisième personne supplante la première qui n’est cependant pas absente. Avec « Elle », Fanny Cosi impose une distance à soi, comme pour saisir le « moi », le faire autre, chercher l’ego dans l’alter. Le regarder de loin pour mieux le cerner, se cerner. D’ailleurs, cette stratégie d’en passer par l’autre pour dire le « moi » est présente dès le choix du pseudonyme. Disons-le, puisque ce n’est plus un secret, l’auteure ayant elle-même révélé sa véritable identité, Fanny Cosi n’est autre que Stéphanie Michineau, spécialiste de l’autofiction chez Colette. Des photos viennent attester de cet ancrage autobiographique, celles notamment de sa mère, décédée en août 1997 et de son compagnon, en août 2009.

Dans Pensées en désuétude, il s’agit donc de dire par l’intermédiaire d’une identité scindée, ce qui césure la vie, ce qui la blesse, l’inceste par exemple : «  Elle en avait assez. De se débattre. Battre contre une petite enfance. En défaillance. En conséquence. Passée. Mal. Dans un lointain sans fin ». L’écriture devient alors un moyen de se sauver du réel, de se sauver de ce que le réel fait souffrir : « Réel qui détruit s’il n’est pas sublimé ». Ecrire pour transformer la réalité, pour la réparer, se réparer, panser les plaies : « Ecriture. Maladive. Qui fait du bien. Transforme le mal. En bien. Lorsque c’est dit ». S’apaiser, offrir cette délivrance au lecteur « POUR RETROUVER SON ETRE. PLUS VIVANT QUE MORT ».


Arnaud Genon


  • Vu : 3060

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Fanny Cosi

Fanny Cosi est le pseudonyme de Stéphanie Michineau.

Originaire de la ville de Mayenne en Mayenne (53), elle vit actuellement à La Roche-sur-Yon en Vendée. Orpheline de mère (en 1997) puis de père (en 2001) à l'âge de 29 ans, elle est auteure depuis au sens large puisque, tout en rédigeant de nombreux articles pour diverses revues (La Faute à Rousseau entre autres), elle a élaboré un Triptyque sur Colette où apparaissent en filigrane les liens qui unissent la critique à la création...

De là résulte tout naturellement la sortie de sa première création littéraire, Pensées en désuétude, publié  en 2010 sous le nom d’emprunt de Fanny Cosi. Elle s’en explique dans une interview récente accordée au Salon du livre de La Rochelle et actuellement accessible en ligne à la rubrique lien de son blog :

http://stephanie-michineau.publibook.com/

A propos du rédacteur

Arnaud Genon

Lire tous les articles d'Arnaud Genon

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : Littérature française et francophone

Genres : Littérature du "je" (autofiction, autobiographie, journaux intimes...), romans contemporains, critique littéraire, essais

Maisons d´édition : Gallimard, Stock, Flammarion, Grasset


Arnaud Genon est docteur en littérature française, professeur certifié en Lettres Modernes. Il enseigne actuellement les lettres et la philosophie en Allemagne, à l’Ecole Européenne de Karlsruhe. Visiting Scholar de ReFrance (Nottingham Trent University), il est l´auteur de Hervé Guibert, vers une esthétique postmoderne (L’Harmattan, 2007), de L’Aventure singulière d’Hervé Guibert (Mon petit éditeur, 2012), Autofiction : pratiques et théories (Mon petit éditeur, 2013), Roman, journal, autofiction : Hervé Guibert en ses genres (Mon petit éditeur, 2013). Il vient de publier avec Jean-Pierre Boulé,  Hervé Guibert : L'écriture photographique ou le miroir de soi (Presses universitaires de Lyon, coll. Autofictions etc, 2015). Ses travaux portent sur l’écriture de soi dans la littérature contemporaine.

Il a cofondé les sites herveguibert.net et autofiction.org