Identification

On ne part pas, Arnaud Le Vac

Ecrit par Philippe Chauché 22.09.17 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Poésie, Editions du Cygne

On ne part pas, juillet 2017, 56 pages, 10 €

Ecrivain(s): Arnaud Le Vac Edition: Editions du Cygne

On ne part pas, Arnaud Le Vac

« Une page d’Homère et de Lucrèce, de David et de Dante, de Shakespeare et de Góngora, de Hölderlin et de Rimbaud. Le jour est autre, la nuit aussi. La singularité fait la différence, l’exception se vérifie.

Tout cela se passe sous nos yeux : vous êtes disponible à vous-même plus que jamais, à l’autre par-delà vous-même. Une page déroule et enroule votre voix comme une plage de musique et un chant le temps sous vos yeux ».

On ne part pas pourrait aussi s’appeler on ne meurt pas, tant ce jeune écrivain, éditeur et poète* s’impose par sa singularité, sa différence, son art brillant de rendre une phrase lumineuse, simplement lumineuse et musicale, comme si la main de Rimbaud s’était posée sur la sienne. On ne part pas est un chant du temps qui épouse chacun de nos mouvements, la main tourne les pages, l’œil fixe les lignes, l’oreille attentive écoute, et on peut aussi tenter l’expérience inverse : l’oreille tourne les pages, la main fixe les lignes, l’œil écoute et la beauté jaillit. C’est ce que l’on appelle l’expérience poétique dans ce qu’elle a de plus nécessaire, de plus vital, et ce tout petit livre déploie ses éclats luxuriants en toute sagesse. L’écriture d’Arnaud Le Vac est d’une grande limpidité, tout y est net et précis, presque transparent, c’est la ligne claire qui l’occupe.

« Comment ne pas s’apercevoir que le temps se renverse sans cesse sur lui-même ? Là et là, et encore là ?

C’est toute la question, la grande question, du goût, du style, de la liberté même ».

 

Arnaud Le Vac attentif aux peintres, Picasso à Lascaux, ça prouve qu’on n’a rien inventé, aux poètes, Rimbaud croisant les bras à l’ombre d’un jardin de bananiers, aux musiciens, la voix d’Alfred Deller donnant à entendre comme jamais Purcell, Couperin et Haendel à Londres, à la force harmonique des phrases et donc au style, c’est un autre nom de la présence au Temps, c’est-à-dire à la liberté libre.

« Vous vous attendez à tout : l’essentiel vous parle. Rien de plus étonnant ».

 

Philippe Chauché

 

http://www.lacauselitteraire.fr/rencontre-avec-l-ecrivain-editeur-arnaud-le-vac-par-philippe-chauche

 

 

  • Vu : 574

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Arnaud Le Vac

 

Arnaud Le Vac a publié dans des revues poétiques Ce qui reste, Paysages écrits, Passage d’encres III, Résonnance générale, et fondé la revue numérique Le sac du semeur.

 

A propos du rédacteur

Philippe Chauché

 

Lire tous les articles de Philippe Chauché

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, espagnole, du Liban et d'Israël

Genres : romans, romans noirs, cahiers dessinés, revues littéraires, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Minuit, Seuil, Grasset, Louise Bottu, Quidam, L'Atelier contemporain, Tinbad, Rivages

 

Philippe Chauché est né en Gascogne, il vit, travaille et écrit à Avignon. Journaliste à  Radio France, il suit notamment le Festival d’Avignon. Il a collaboré à « Pourquoi ils vont voir des corridas » publié par les Editions Atlantica et publie quelques petites choses sur son blog : http://chauchecrit.blogspot.com