Identification

Œuvres, tome II, Claude Simon en la Pléiade

Ecrit par Matthieu Gosztola 05.11.13 dans La Une Livres, La Pléiade Gallimard, Les Livres, Critiques, Roman

Œuvres, tome II, édition de Bérénice Bonhomme, Alastair B. Duncan et David Zemmour, février 2013, 1712 pages, 66,50 €

Ecrivain(s): Claude Simon Edition: La Pléiade Gallimard

Œuvres, tome II, Claude Simon en la Pléiade

 

Il faut relire Claude Simon.

Il faut relire Claude Simon.

Il faut relire Claude Simon !

Non le relire distraitement mais se replonger dans chacun de ses textes. Ou du moins dans ses plus éblouissants livres : Les Corps conducteurs (titre impeccable, quant au mouvement et de l’œuvre et de la pensée l’ayant retirée au silence et à la nuit), Leçon de choses, Les Géorgiques, L’Acacia, Le Tramway, et les beaucoup plus méconnus Archipel et Nord (« berceaux de forêt » d’une éblouissante blancheur ; les pas dans la neige des petites bêtes qui cherchent, dans le noir, la mamelle ; senteurs ocres, la mousse des sous-bois, la douce mélopée du silence, l’ouverture sans ouverture du ciel, pour quel au-delà du cri…).

Ce que la Pléiade nous invite à faire aujourd’hui, en publiant le second volume d’Œuvres choisies, dans une édition superbement annotée, tant l’ensemble des notes apporte un éclairage vif, d’une vivacité qui confine à la clarté la moins peuplée d’ombres, fussent-elles l’instrument de la fugacité, sur tout ce qui pose question, « fait problème », dans le texte.

Sans jamais se départir d’une concision de bon aloi, les annotateurs font ainsi en sorte de contextualiser et de préciser toutes les allusions, levant les voiles qui en épousent les courbes, voiles les rendant impropres à être parfaitement saisies par notre entendement et les renvoyant aux labyrinthes – percés de fenêtres devant lesquelles passent des nuées d’oiseaux effacés et de désirs – de notre imaginaire.

En quoi consiste la merveille merveilleuse avec quoi se confond, de la langue de Simon, l’élan ?

En ceci que ses livres ne disent rien, mais font.

Et pour comprendre cette assertion, dans son évidence mêlée de simplicité, il faut se reporter à ce que dit le talentueux traducteur et romancier Claro sur son blog Le Clavier Cannibale, dans un billet intitulé « Quel effet ça fait de faire ce que fait le texte » : « Si, comme l’a dit Henri Meschonnic, la tâche du traducteur ne consiste pas à dire ce que dit le texte, mais à faire ce qu’il fait, on est en droit de se demander ce qu’il fait. Que fait le texte, donc ? De l’effet ? Quelque chose qui fait de l’effet ? On pourrait tout aussi bien dire que certains textes ne font rien, rien sinon singer l’effet, l’effet de manche. Ils s’attachent à leur proie, qu’ils laissent remuer, et de ce remuement tirent le peu d’énergie nécessaire à faire oublier qu’ils sont composés exclusivement d’ombre – une ombre sans épaisseur. Pourquoi ? Parce que, précisément, ils ne font rien mais disent. […] Une fiction, pourtant, ne devrait pas être, sous prétexte d’invention, la pure duplication d’un objet, d’un mouvement, d’une sensation apprêtés par le dire. Par l’écriture, la fiction, qui doit donc faire et ne pas dire, vise la création d’un objet, d’un mouvement, d’une sensation – travaille à la création de leurs conditions d’existence. Par la langue, la fiction crée la fiction d’une langue ».

Ce n’est pas la fiction qui prime dans les livres ici rassemblés de Simon, quand bien même celle-ci accolerait sa nécessité à l’illumination non du romanesque mais de l’autobiographique (comme nous préviennent les éditeurs). C’est la fiction d’une langue qui, accouchée du corps de l’histoire de chaque roman, corps parfois difforme, monstrueux* pour pouvoir accueillir en son sein (et dans le mouvement de ressac et du sang et de la respiration que fait et qui fait la langue) le cheminement d’un monde, c’est la fiction d’une langue qui nous entraîne, nous emporte.

Et si les livres de Simon font autant, c’est parce qu’il parvient, en chacun des opus qui constituent son œuvre hautement musicale, à faire que, par ses modulations, son langage éminemment littéraire (« magma de mots et d’émotions », métaphore employée par l’auteur dans son « Discours de Stockholm » en 1985) prenne dans son ventre le flux palpable de l’inconscient, c’est-à-dire la parole soufflée lors du théâtre de silence et de regards, de non-dit et de mystère de l’analyse, – la parole de l’analysant telle que l’a précisément décrite le médecin-psychiatre et psychanalyste, élève et compagnon de Jacques Lacan, Serge Leclaire, dans On tue un enfant : « […] ce qui est absolument exigible d’un psychanalyste, c’est qu’il ait l’expérience de ce que parler veut dire, de ce que les mots cachent d’ombres décisives, de ce qu’ils présentent du sujet traversant leur trame. En avoir l’expérience c’est, dans la répétition des fantasmes, découvrir leurs toujours nouveaux grains d’origine ; dans notre savoir, dégager ce qu’il enferme ; dans ce qui se passe avec nos analysants, reconnaître sans réserve ce qui touche au vif ; rien d’autre, en somme, que de tenir compte de l’incomptable, de perpétrer la mort du mot-image, et de miner la toute-puissance du représentant inconscient, opérations nécessaires où s’accomplit la (re)naissance du sujet ».

Et courez voir l’expo Claude Simon l’inépuisable chaos du monde à la Bpi, expo qui s’achève le 14 janvier.

(Cf. http://www.bpi.fr/fr/agenda/expositions/claude_simon.html.)

 

* Par exemple, Les Géorgiques « enchevêtre la vie de L.S.M., conventionnel et général d’Empire […] à des épisodes vécus par un volontaire étranger dans l’Espagne de 1936 et par un cavalier français de 1940 ».

 

Matthieu Gosztola

 


  • Vu : 3518

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Claude Simon

 

Nul ne nous éclairera mieux sur Claude Simon que Claude Simon lui-même. Ces quelques phrases prononcées à Stockholm lors de la remise du prix Nobel, nous renseignent en effet à la fois sur sa vie et son œuvre :

« Je suis maintenant un vieil homme, et, comme beaucoup d'habitants de notre vieille Europe, la première partie de ma vie a été assez mouvementée : j'ai été témoin d'une révolution, j'ai fait la guerre dans des conditions particulièrement meurtrières (j'appartenais à l'un de ces régiments que les états-majors sacrifient froidement à l'avance et dont, en huit jours, il n'est pratiquement rien resté), j'ai été fait prisonnier, j'ai connu la faim, le travail physique jusqu'à l'épuisement, je me suis évadé, j'ai été gravement malade, plusieurs fois au bord de la mort, violente ou naturelle, j'ai côtoyé les gens les plus divers, aussi bien des prêtres que des incendiaires d'églises, de paisibles bourgeois que des anarchistes, des philosophes que des illettrés, j'ai partagé mon pain avec des truands, enfin j'ai voyagé un peu partout dans le monde ... et cependant, je n'ai jamais encore, à soixante-douze ans, découvert aucun sens à tout cela, si ce n'est comme l'a dit, je crois, Barthes après Shakespeare, que " si le monde signifie quelque chose, c'est qu'il ne signifie rien " — sauf qu'il est. »

Sa vie :


Né à Madagascar le 10 octobre 1913, Claude Simon, après la mort de son père en 1914, est élevé par sa mère à Perpignan qui décède elle aussi en 1925. Son éducation est alors prise en charge par sa grand-mère maternelle et son oncle, sous la tutelle d'un cousin germain. Sa vie était, comme il le souligne lui-même, très mouvementée : il participe à la Guerre d’Espagne et combat du côté des républicains entre 1934 et 1935. Au début de la seconde Guerre mondiale, il a été mobilisé et s’est fait prisonnier par les allemands en Juin 1940. Il s’évade ensuite et revient à Perpignan. Après la guerre, il devient viticulteur à Rossignon et se consacre essentiellement à son œuvre.


Son œuvre :


Au début de sa vie, en 1931, il a suivi des cours de peinture à l’académie d’André Lhote. Cet amour de l’art visuel marquera son œuvre future.  Il écrit son premier roman, Le tricheur en 1937. Il reprend l’écriture, après la guerre, avec La Corde raide en 1947. Avec La Route des Flandres, il obtient le prix de l'Express, puis le prix Médicis avec son roman Histoire, en 1967. Il s’est vu discerné le prix Nobel de la littérature en 1985. Son œuvre incontestablement iconoclaste a été classé dans la mouvance du Nouveau Roman.


Son écriture :


Les thèmes récurrents de ses romans portent l’emprunte de sa propre vie : la mort de la mère, la guerre, l’embuscade, le chevauchement etc. À l’image de sa vie, son écriture n’est pas moins « mouvementée ». En bon élève de Marcel Proust, il lui emprunte l’importance de la Mémoire à laquelle il confie l’agencement des évènements et de son écriture en renonçant définitivement à la logique chronologique et linéaire. Dans cet effort de transcrire tout ce que la mémoire lui dicte, il en résulte une écriture digressive et en apparence incohérente, puisque sa seule logique est interne et propre à son écrivain. Les phrases incomplètes, les parenthèses, les trois points de suspension témoignent ainsi de la volonté de synchroniser la remémoration avec l’écriture. La successivité classique des évènements fait place à la simultanéité entre le présent de l’écriture et le présent de la remémoration. S’explique dès lors l’abondance des participes présents que Claude Simon admire dans l’ « ing » anglais chez un autre maître : Faulkner.

 


A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com