Identification

Nuit marine, Alain Crozier (par Murielle Compère-Demarcy)

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) 16.09.20 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Poésie

Nuit marine, Alain Crozier, Jacques André éditeur, coll. Poésie XXI, 2019, Préface de Jean-Paul Gavard-Perret, 82 pages, 12 €

Nuit marine, Alain Crozier (par Murielle Compère-Demarcy)

 

Cette nuit marine de l’éditeur-poète Alain Crozier se lit comme une histoire d’amour, sur l’air du Tourbillon de la vie de Serge Rezvani interprété par Jeanne Moreau dans Jules et Jim de Truffaut. Toute une ambiance… Une histoire d’amour avec ses aléas, son début (partie I : « Histoires corporelles » / « Elle avait des bagues à chaque doigt… »), avec ses séparations, ses retrouvailles (partie II : « La main passe » / « Au son des banjos je l’ai reconnue… »), ses « Éclats » (partie III / « Quand on s’est retrouvé… »), sa fin (partie IV « Nuit noire » / « Puis on s’est séparé… »). Une ritournelle poétique où les mots tournent autour de l’amour, sans badinage ni sentimentalisme, entre grâce et dérision.

Le poète Alain Crozier fait glisser ses mots sur les vagues d’une nuit marine où l’ambiguïté file sous l’eau et fixe quelques escales au bord de la crique d’amour, « d’une nuit à l’autre », entre rêves et réel, là où les corps se réchauffent, transcendés par une « vision d’Éden » ; fait glisser ses mots sur le laps confus, la ligne de crête, où la confusion des sentiments amoureux (« Mélange de plusieurs sentiments, / Parfois opposés ») le rend marin amateur de ces hauts-fonds qui compliquent la navigation

Je traverse une zone

Trouble.

Plusieurs vents,

Plusieurs directions.

Feux et / ou

Signaux.

J’étais perdu avant,

Je suis perdu,

Encore.

Mais je ne suis pas

Pressé de sortir

De ces eaux troubles.

 

Écrire la nuit marine de l’amour lui fait ressortir la tête de l’eau : « Déjà,ÉcrireCe sentiment dans la têteQui occupe trop de place », lui donne le temps d’émerger « dans le vague ». Si l’amour n’est pas « une épreuve » facile, Crozier ne se résigne pas à ne plus l’aborder, il garde le désir de le vivre en plein large, d’en affronter les risques, les zones troubles et troublantes, les remous. Ni l’ivresse éprouvante des profondeurs ni les naufrages ne l’empêchent de poursuivre son chemin de navigation. Le poète amoureux avance et réitère les expériences, recevant chaque vague en pleine face, accueillant les gourmandises quoi qu’elles lui en coûtent. « Le mal de mer » peut bien le déstabiliser et durer toute une journée, il s’accroche au bastingage des mots et poursuit sa route. Ce que le lecteur fait à ses côtés, lui qui connaît aussi les morsures de l’amour, ses « tempêtes », la « faim » d’aimer, une « pure utopie », « peut-être, peut-être… », « peut-être pas »… l’amour que l’on aime, comme Crozier « M marine », dans la nuit du temps… l’amour, aube de plus ou crépuscule, chanson ou « poème à la noix » ou histoire sérieuse, espace-temps poétique… l’amour, tourbillon, drogue (« M comme…Morphine. / Elle est ma drogue,Fine »), « océan » ou traversée initiatique, irréversible, durable ou « fatal »… l’amour

Point de retour

Ou point de retour ?

 

Murielle Compère-Demarcy

 

Né en 1973 à Roanne, Alain Crozier vit dans le Sud de la Bourgogne. Plasticien, écrivain, il écrit des nouvelles, des récits, des poésies dans de nombreuses revues. Il dirige lui-même la revue de création littéraire Cabaret ainsi que les Éditions du Petit rameur et est responsable du Salon du Livre de la Clayette, Voyage en Livres.

  • Vu : 876

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

MCDEM (Murielle Compère-Demarcy)


Lire toutes les publications de Murielle Compère-Demarcy dans la Cause Littéraire


Murielle Compère-Demarcy - publiant aussi sous le nom de MCDem. - est une poétesse, nouvelliste et auteure de chroniques littéraires et d'articles critiques.

Poésie

Atout-cœur, éditions Flammes vives, 2009

Eau-vive des falaises éditions Encres vives, collection Encres Blanches, 2014

Je marche..., poème marché/compté à lire à voix haute, dédié à Jacques Darras, éditions Encres vives, collection encres Blanches, 2014

Coupure d'électricité, éditions du Port d'Attache, 2015

La Falaise effritée du Dire, éditions du Petit Véhicule, Cahier d'art et de littérature, Chiendants, n°78, 2015

Trash fragilité, illustrations de Didier Mélique, éditions Le Citron gare, 2015

Un cri dans le ciel, éditions La Porte, 2015

Je tu mon alterégoïste, couverture de Didier Mélique, préface d'Alain Marc, 2016

Signaux d'existence suivi de La Petite Fille et la Pluie, éditions du Petit Véhicule, 2016

Le Poème en marche, suivi de Le Poème en résistance, éditions du Port d'Attache, 2016

Dans la course, hors circuit, éd. du Tarmac, 2017

Poème-Passeport pour l'Exil, co-écrit avec le photographe-poète Khaled Youssef, éd. Corps Puce, coll. Parole en liberté, 2017

Réédition Dans la course, hors circuit, éd. Tarmac, 2018

... dans la danse de Hurle-Lyre & de Hurlevent..., éd. Encres Vives, coll. Encres Blanches, n°718, 2018

L'Oiseau invisible du Temps, éd. Henry, coll. La Main aux poètes, 2018

Alchimiste du soleil pulvérisé, Z4 Éditions, 2019

Fenêtre ouverte sur la poésie de Luc Vidal, éditions du Petit Véhicule, coll. L'Or du Temps, 2019

Dans les landes de Hurle-Lyre, Z4 Éditions, 2019

L'écorce rouge suivi de Prière pour Notre-Dame de Paris & Hurlement, préface de Jacques Darras, Z4 Editions, coll. Les 4 saisons, 2020

Voyage Grand-Tournesol, avec Khaled Youssef et la participation de Basia Miller, Z4 Éditions, Préface de Chiara de Luca, 2020 [262 p.]

Werner Lambersy, Editions les Vanneaux, 2020

Confinés dans le noir, Éditions du Port d'Attache, illustr. de couverture Jacques Cauda ; 2021

Le soleil n'est pas terminé, Editions Douro, avec photographies de Laurent Boisselier. Préface de Jean-Louis Rambour. Notes sur la poésie de MCDem. de Jean-Yves Guigot. Illustr. de couverture Laurent Boisselier, 2021