Identification

Nouvelles du New Yorker, Ann Beattie

Ecrit par Léon-Marc Levy 28.05.13 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Nouvelles, USA, Christian Bourgois

Nouvelles du New Yorker, trad. (USA) par Anne Rabinovitch avril 2013, 379 p. 20 €

Ecrivain(s): Ann Beattie Edition: Christian Bourgois

Nouvelles du New Yorker, Ann Beattie

 

 

Pour certains d’entre nous, Ann Beattie a accompagné nos années d’adolescence post soixantehuitarde. Elle est de ces plumes qui ont su capter une époque, un style, un mode de vie, des silhouettes, des mots : ceux de la « libération » des langues et des esprits. Du moins de la pseudo libération car elle cachait bien sûr d’autres enfermements, d’autres illusions, d’autres croyances imbéciles. Et ça aussi, Ann Beattie l’a saisi.

Vous l’avez compris, les nouvelles réunies ici, pour une large part d’entre elles, datent des années 70 et ont été publiées, dès leur naissance, par le célèbre New Yorker, magazine littéraire et culturel de Big Apple. Et on y retrouve tout cet univers d’alors : babas cool, chipoteurs psychologisants, fumeurs de joints, révolutionnaires de salon, nanas « libérées », gratouilleurs de guitares et de rimes approximatives, théoriciens nuls de l’avenir du monde, artistes dans un devenir qui ne viendra jamais.

Ann Beattie en fait des scènes choisies de la vie à New-York. Car il ne faut pas s’y tromper, New-York est évidemment le personnage central de toutes ces histoires, fascinante et insupportable, au point que chacun des personnages est incapable d’imaginer une vie ailleurs, un peu comme les personnages de Woody Allen, scotchés dans le macadam de La Ville, shootés à son gigantisme, à son dynamisme, à ses délires. Le tout, bien sûr, en râlant à tout propos sur ses défauts :

 

«  - Qu’y a-t-il de si attirant dans l’ambiance survoltée de New York ? s’exclama-t-il. Tu te réveilles en nage la nuit. Tu ne traverses même plus Washington Square Park. »

 

On écoute Dylan, Lennon et McCartney, et Billie Holyday, sur vinyles bien sûr, religieusement :

 

« Deux chansons en particulier se gravèrent dans la mémoire de Sharon. L’une était « Solitude », et la première fois qu’elle entendit Billie Holiday chanter les trois premiers mots, « in my solitude », elle éprouva une sensation physique, comme si quelqu’un éraflait son cœur avec un objet pointu. L’autre chanson à laquelle elle songeait sans cesse était « Gloomy Sunday ». Jack lui apprit qu’elle avait été interdite de diffusion à la radio à l’époque, parce que, disait-on, elle provoquait des suicides. »

 

L’engagement écologique, antiraciste, le coming out des gays, Ann Beattie se fait l’écho de la naissance des grands débats qui nourrissent encore notre époque. On se laisse séduire par la nostalgie, par les personnages –presque toujours des femmes en figures centrales – fragiles, naïfs, pétris d’idéalisme et blessés par les déceptions de la réalité.

Ann Beattie nous décline les symptômes d’une génération, avec empathie et talent. Et on s’y plonge avec plaisir.

 

Leon-Marc Levy

  • Vu : 2558

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Ann Beattie

 

Ann Beattie est née en 1947 à Washington D.C. Elle a fait son entrée sur la scène littéraire dans les années 1970 en publiant certaines de ses nouvelles dans The Western Humanities Review, Ninth Letter, The Atlantic Monthly et The New Yorker. Distortions, son premier recueil de nouvelles, et Chilly Scenes of Winter, son premier roman, son édités en 1976. Sept romans et huit recueils de nouvelles sont parus depuis. Certains de ses textes ont également été inclus dans un recueil édité par John Updike intitulé « Meilleures nouvelles américaines du siècle ». En 2000, elle a reçu le prix PEN/Malamud, pour sa maîtrise du genre de la nouvelle, et le Rea Award for the Short Story en 2005. Elle vit entre Key West en Floride, et Charlottesville en Virginie, où elle est titulaire de la chaire Edgar Allan Poe de littérature et de creative writing à l'Université de Virginie.

 

 

A propos du rédacteur

Léon-Marc Levy

 

Lire tous les articles de Léon-Marc Levy


Directeur du Magazine

Agrégé de Lettres Modernes

Maître en philosophie

Auteur de "USA 1" aux éditions de Londres

Domaines : anglo-saxon, italien, israélien, maghrébin

Genres : romans, nouvelles, essais

Maisons d’édition principales : Rivages, L’Olivier, Joëlle losfeld, Gallimard, Seuil