Identification

Loin de Douala, Max Lobe (par Grégoire Meschia)

Ecrit par Grégoire Meschia 07.11.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Afrique, Roman, Zoe

Loin de Douala, mars 2018, 176 pages, 16 €

Ecrivain(s): Max Lobe Edition: Zoe

Loin de Douala, Max Lobe (par Grégoire Meschia)

Avec sa gouaille si particulière, Loin de Douala traite d’un phénomène de société. Il s’intéresse au cas des jeunes footballeurs qui rêvent de faire carrière dans un club européen et qui empruntent pour cela de dangereuses routes migratoires. Ils jouent gros et deviennent la plupart du temps les proies d’un système de traite bien ordonné. Cette situation est si répandue que les Camerounais lui ont donné un nom : faire « boza ».

Le thème choisi par Max Lobe est celui de la fugue d’un adolescent, qui rappelle le personnage d’Antoine Doinel dans Les Quatre Cents coups de Truffaut, mais plongé au cœur de l’actualité camerounaise.

Comme dans Confidences, son précédent roman, Max Lobe choisit la première personne du singulier pour faire ressentir l’intimité d’un pays, vécu de l’intérieur, avec ses réalités propres, ses manières de s’exprimer aussi. Jean, le narrateur, est le bon élève de la famille et le « choupi » de sa maman, adepte fanatique de l’église du Vrai Evangile. Son frère Roger a perdu avec la mort de son père son seul soutien dans la famille. Sa mère l’a toujours dénigré et roué de coups. La passion de Roger, c’est le football. Mais sa mère a toujours refusé qu’il emprunte cette voie. Il est donc réduit à fuguer et à chercher un chemin clandestin pour quitter un pays où rêver n’est pas possible.

Jean et Simon, ses frères de cœur, partent alors à ses trousses pour tenter de le convaincre de rester. S’engage un parcours du combattant qui les fait quitter Douala, la ville de leur enfance, vers Yaoundé, puis Garoua et Maroua, c’est-à-dire la zone où sévissent les boko-harameurs. Cette traversée du Cameroun permet à l’auteur de dénoncer un système où tout part à vau-l’eau : les forces de l’ordre, la prise en charge de la pauvreté, les ressources alimentaires. Pendant ce voyage initiatique, le jeune Jean prend surtout conscience du traitement que sa mère a toujours réservé à son frère et se demande à quoi sont dues ces différences. Son attirance envers son frère de cœur lui fait aussi prendre conscience pas à pas qu’il pourrait être homosexuel.

Dans Confidences, Max Lobe recherchait dans la voix de Ma Maliga le récit de ses origines, l’histoire de son pays. Loin de Douala est un roman qui s’intéresse plutôt à l’avenir du Cameroun, un futur qui semble miné par l’impossibilité de réussir et qui ne peut se réaliser que par la fuite, aussi dangereuse soit-elle. La conversion finale de Roger en Hazim Mouzzafar témoigne d’une jeunesse en plein désarroi, condamnée à errer sans but, loin de Douala.

 

Grégoire Meschia

 


  • Vu : 211

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Max Lobe

 

Max Lobe, né en 1986 à Douala au Cameroun, vit en Suisse depuis 8 ans, où il a fait des études en communication et de management. Il travaille à Genève

 

 

A propos du rédacteur

Grégoire Meschia

 

Grégoire Meschia est un Jeune professeur de français dans le 93 qui prend encore le temps de lire et d'écrire.