Identification

Libre livre, Jean Pérol

Ecrit par Patryck Froissart 21.03.13 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Poésie, Gallimard

Libre livre, 2012, 157 pages, 18 €

Ecrivain(s): Jean Pérol Edition: Gallimard

Libre livre, Jean Pérol

 

Le titre dit : Liber ! Livre ! Liberté !

Tout livre délivre, on le sait, et l’étymologie est là, si besoin est, pour le confirmer.

Ce livre est, entre tant d’autres, œuvre de liberté.

Ecrire que toute poésie est liberté, que tout poète est homme libre, relève du sens commun.

Mais Jean Pérol s’affranchit de tout.

Il transgresse les règles prosodiques traditionnelles. Oui, c’est vrai, bien d’autres, depuis longtemps, l’ont fait. Lui n’est pas de parti pris : régulièrement il y revient, quand ça lui chante, et ses vers sont alors dignes des grands classiques, et ils nous chantent, tout autant que ceux qu’il ne vêt pas du costume académique.

« plus rien dans l’ombre un peu qui tente

rien dans les yeux qui ne te mente

la Seine joue de ses traîtrises

où la mort frappe par surprise »


Jean Pérol se joue de la typographie linéaire. D’accord, Apollinaire a ouvert, il y a un siècle, ce champ-là ! Mais Pérol ajoute, au milieu de ses lignes, de l’espace, du blanc, de la respiration. Et ces brefs silences font sens, et ces vides sont denses.

 

« tout la soupire cette fin

lents soleils blancs   neiges qui tombent

et grises et rousses sur les monts

les feuilles mortes   les colombes »


Jean Pérol contrevient avec, on le sent, une profonde jouissance, à l’unicité conventionnelle du registre de langue. Evidemment, les surréalistes, et, en son genre, notre Brassens, ont brisé ces barrières avec bonheur.

 

« à chacun son morceau

son bout de vie et salut

à chacun son cadeau

puis de l’avoir dans le cul »


Rien d’étonnant, dans ce contexte, à ce que le titre de chaque poème se trouve, subversivement, au-dessous du texte, constitué par les deux ou trois derniers mots de la dernière ligne. Mais, quand même… renversant !

Ainsi Jean Pérol passe les bornes, celles de la composition, celles du langage, et celles de la vie, aussi !

On l’aura immédiatement remarqué dans les strophes citées : la mort est partout. C’est que Jean Pérol est déjà au-delà d’ici, au-delà de ça !

Des chaînes de l’être il s’est déjà désentravé.

Finalement, ce qui enchante (au sens ancien du terme), dans son écriture, c’est son désenchantement, permanent, à propos de tout, y compris de ce qui a été sa raison de vivre, la poésie :

 

« je pense pourtant de plus en plus avec un autre

que toute l’écriture est de la cochonnerie »


Quelle belle désespérance !

Des textes plus formellement prosaïques mais non moins essentiellement poétiques forment le dernier tiers du livre, et cristallisent, dans un discours fluide, les obsessions du poète.

 

« Plus d’un l’affirme : j’ai un petit quelque-chose à dire, j’ai. Les dieux s’occupent de moi, ils m’ont repéré. Bien sûr, orgueil venu des cellules obscures. Mais tout de même, pourquoi tant d’assurance et de mauvaise foi ? Et puis un jour devant soi, une bonne fois, on perçoit tous ses mots en poussière, et l’on n’a plus le même air ».


Qui osera dire que la poésie est moribonde, et qu’elle ne se lit plus ?

 

Patryck Froissart, Flic en Flac, 9 mars 2013

  • Vu : 3798

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jean Pérol

 

Né en 1932, Jean Pérol passe son enfance et son adolescence dans le Sud-Est de la France. Il suit des études supérieures à Lyon. Poète, il fréquente notamment Roger Vailland. En 1961, il part pour le Japon où il séjournera, à diverses reprises, pendant plus de vingt ans. Entre autres fonctions, il y dirigera l’Institut français de Tokyo  de 1984 à 1989. Nommé à différents postes, Jean Pérol a vécu aussi en Louisiane, puis à Kaboul en Afghanistan, avant de retourner au Japon. De retour en France en 1989, il partage sa vie entre Paris et l’Ardèche, hormis un séjour de deux ans à New-York de 1992 à 1994. Il a publié de nombreux ouvrages (recueils de poèmes, essais, roman), parus en majorité chez Gallimard et à La Différence, parmi lesquels : Ruptures. Histoire contemporaine. Asile exil. A part et passager. Un été mémorable. Il a reçu les prix Mallarmé, Max Jacob et AU.TR.ES (meilleur roman 1998). Il a collaboré à La Nouvelle Revue française, aux Lettres françaises et au Magazine littéraire.

 

A propos du rédacteur

Patryck Froissart

 

Tous les articles et textes de Patryck Froissart


Patryck Froissart, originaire du Borinage, a enseigné les Lettres dans le Nord de la France, dans le Cantal, dans l’Aude, au Maroc, à La Réunion, à Mayotte, avant de devenir Inspecteur, puis proviseur, et de diriger divers établissements à La Réunion et à Maurice. Longtemps membre du Cercle Jehan Froissart de Recherches Poétiques de Valenciennes, il a collaboré à plusieurs revues de poésie et a reçu en 1971 le prix des Poètes au service de la Paix. Il est membre de la SGDL, de la SPAF, de la SAPF.

Il a publié : en 2011 La Mise à Nu, un roman (Mon Petit Editeur); en août 2013, Les bienheureux, un recueil de nouvelles (Ipagination Editions), Prix Spécial Fondcombe 2014 ; en janvier 2015, La divine mascarade, un recueil de poèmes (Editions iPagination); en septembre 2016, Le feu d'Orphée, un conte poétique (Editions iPagination), troisième Prix Wilfrid Lucas 2017 de poésie décerné par la SPAF; en février 2018, La More dans l'âme, un roman (Ipagination Editions); en mars 2018, Frères sans le savoir, Bracia bez wiedzy, Brothers without knowing it, un récit trilingue (Editions CIPP); en avril 2019, Sans interdit (Ipagination Editions), recueil de poésie finaliste du Grand Prix de Poésie Max-Firmin Leclerc.