Identification

Les temps de la cruauté, Gary Victor

Ecrit par Michel Tagne Foko 09.06.17 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Editions Philippe Rey

Les temps de la cruauté, février 2017, 192 pages, 16 €

Ecrivain(s): Gary Victor Edition: Editions Philippe Rey

Les temps de la cruauté, Gary Victor

 

C’est un vrai bonheur de lire cet excellent auteur.

Dans ce nouveau Gary Victor, le réel, que l’on peut aussi appeler le concret, se mêle à la superstition, surnaturel ou surréalisme. Ça dépendra de chacun. À chacun de comprendre comme il peut.

Le livre s’ouvre avec les mots de Carl Vausier. Il nous livre son histoire du début à la fin. C’est une personne qui a fait des études. Il écrit des livres. Il vit à Port-Au-Prince, capitale politique d’Haïti. Il parle. Il nous parle. Avec ses mots. Oui, avec ses verbes et sa singularité. Il nous parle tout simplement, comme monsieur tout le monde. Il est certes écrivain, mais là, il n’est pas en train d’écrire un livre. Non, du tout. Il parle de ce qu’il a vécu et de ce qu’il vit. Ce qu’il dit est là. Il le dit. Subitement, le lecteur, celui-là qui lit ce qui est écrit, voit. Voit l’image de ces scènes qui sont là. Posé là avec un niveau de compréhension accessible à tous. Il parle tout simplement comme dans la vraie vie. Et c’est beau. Que c’est bon !

Carl Vausier a rencontré Valencia dans un cimetière. C’est une dame galante qui se bat comme elle peut pour survivre dans ce monde où seuls les plus forts ont le plus de chance de s’en sortir. Dans ce cimetière, son lieu de travail ou lieu de survie, les clients viennent rechercher la chance. Eh oui, il se dit que son entrejambe porte chance !

La relation que Carl entretient avec Valencia n’a rien de sexuel et ne contient aucune superstition. Il est en pleine dépression, dégression, pour mieux dire, il est paumé. Très paumé. Il voit dans l’aide qu’il veut donner à Valencia une sorte de rédemption, un nouveau souffle qui lui permettrait de rebondir…

Pour faire court, pour faire simple, on peut dire que ce livre est la grande histoire de deux personnes paumées…

Cette œuvre pourrait même être considérée comme une grande histoire d’Amour, c’est un gros coup de cœur !

La fin laisse un peu sur la faim. À la fermeture de cet ouvrage, on pourrait se dire : « Il me faut aller rencontrer Gary Victor à Port-au-Prince (Haïti) pour qu’il me raconte une autre fin. Pour qu’il me parle davantage de Valencia. Qu’il me promette au moins la suite, un tome 2 ! ».

 

Michel Tagne Foko

 


  • Vu : 896

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Gary Victor

 

Né à Port-au-Prince, Gary Victor est plébiscité par les lecteurs en Haïti. Après des études d’agronomie, il exerce le métier de journaliste durant de nombreuses années et a occupé des postes importants dans la fonction publique haïtienne. Fils de René Victor, qui est peut-être le sociologue le plus important de son pays, l’écrivain en a hérité un regard lucide sur sa société. Ses créations explorent sans complaisance aucune le mal-être haïtien pour tenter de trouver le moyen de sortir du cycle de la misère et de la violence. Son roman, À l’angle des rues parallèles, a obtenu le Prix de fiction du livre insulaire à Ouessant 2003. Il a fait également l’objet d’une adaptation au théâtre. Outre son travail d’écriture, Gary Victor est scénariste pour la radio, le cinéma et la télévision. Esprit rebelle, indépendant, ses réflexions sur la société haïtienne ont quotidiennement fait des vagues sur les ondes de l’une des stations de radio de Port-au-Prince, et son feuilleton télévisé sur les mœurs de la petite bourgeoisie haïtienne a été adapté au cinéma.

Il s’est vu décerner le Prix RFO 2004 pour son titre Je sais quand Dieu vient se promener dans mon jardin, en 2008 le Prix Caraïbes pour Les cloches de La Brésilienne, et en 2012 le Prix Casa de Las Américas.

 

Bibliographie :

Aux éditions Vents d’ailleurs :

La Piste des sortilèges, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2013, Réédition en poche

Quand le jour cède à la nuit, Vents d’ailleurs, 2012

Le sang et la mer, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2010

Banal oubli, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2008

Clair de manbo, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2007

Les cloches de La Brésilienne, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2006, Prix Caraïbes

Dernières nouvelles du colonialisme, recueil de nouvelles, collectif, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2006

Le Diable dans un thé à la citronnelle, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2005

Je sais quand Dieu vient dans mon jardin, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2004. PRIX RFO

À l’angle des rues parallèles, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2003, Prix du livre Insulaire

La Piste des sortilèges, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2002

 

Chez d’autres éditeurs, Romans :

Collier de débris, Montréal, Mémoire d’encrier, 2013

Maudite éducation, Paris, Philippe Rey, 2012 ; Montréal, Mémoire d’encrier, 2012

Soro, Port-au-Prince, Imprimeur II, 2011 ; Montréal, Mémoire d’encrier, 2011

Saison de porcs, Montréal, Mémoire d’encrier, 2009

Le Revenant, Tome 2, La Pierre de Damballah, Port-au-Prince, L’Imprimeur II, 2009

Nuit albinos, Port-au-Prince, Deschamps, 2008

Le Revenant, Tome 1, Port-au-Prince, L’Imprimeur II, 2007

Le Cercle des époux fidèles, Port-au-Prince, Imprimeur II, 2002

Un octobre d’Élyaniz, Port-au-Prince, Imprimeur II, 1996.

Nouvelles :

Dossiers interdits, Tome 2, Port-au-Prince, L’Imprimeur II, 2013

Histoires entendues ou vécues dans un tap-tap, Pétion-Ville, C3 Éditions, 2013

Dossiers interdits, Tome 1, Port-au-Prince : L’Imprimeur II, 2012

Treize nouvelles vaudou, Préface d’Alain Mabanckou, Montréal, Mémoire d’encrier, 2007

Chroniques d’un leader haïtien comme il faut (les meilleures d’Albert Buron), Montréal, Mémoire d’encrier, 2006

La Chorale de sang, Port-au-Prince, Éditions Mémoire, 2001

Albert Buron, ou Profil d’une élite, Tome 2, Port-au-Prince, Imprimeur II, 1999

Le Sorcier qui n’aimait pas la neige, Montréal, Cidihca, 1995

Symphonie pour demain, Port-au-Prince, Fardin, 1981

Sonson Pipirit, ou profil d’un homme du peuple, Port-au-Prince, Deschamps, 1989

Nouvelles interdites, Tomes 1 et 2, Port-au-Prince, Deschamps, 1989

Albert Buron, ou Profil d’une élite, Tome 1, Port-au-Prince, Imprimeur II, 1988 ; Port-au-Prince, Deschamps, 1989

 

Théâtre :

Le Douzième Étage, monologue joué et mis en scène par Albert Moléon au Festival Quatre Chemins, Haïti, 2007

La Reine des Masques, monologue joué et mis en scène par Natacha Jeune Saintil, Haiti, France, Guinée, Burkina, 2006-2007

Défilé, mis en scène par Ralf Civil, KTK, Haïti 2005

Nuit publique, jouée par le Petit Conservatoire dans une mise en scène de Daniel Marcelin à Port-au-Prince, Haïti, janvier et février 2003

Le Jour où l’on vola ma femme, pièce jouée à Port-au-Prince, Haïti, en 2001

Anastaste, adaptation du roman À l’angle des rues parallèles, jouée par le Petit Conservatoire dans une mise en scène de Daniel Marcelin en 2001 à Port-au-Prince, Haïti.

 

Traduction :

Ti Prens lan, par Antoine de Saint-Exupéry, Port-au-Prince, La Direction Nationale du Livre, 2010

 

A propos du rédacteur

Michel Tagne Foko

 

Chroniqueur, écrivain, éditeur. Membre de la société des auteurs du Poitou-Charentes.