Identification

Les champs de Bataille, Dan Franck

Ecrit par Léon-Marc Levy 29.02.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, Grasset

Les Champs de bataille. 29 février 2012. 280 p. 18 €

Ecrivain(s): Dan Franck Edition: Grasset

Les champs de Bataille, Dan Franck

Dan Franck signe ici un livre comme on n’en fait plus guère ! Par les temps qui courent, de nivellement de la pensée, d’écrasement des enthousiasmes et d’abandon des idéaux humanistes, ce livre fait figure de pavé dans la mare inerte. Dan Franck tisse une œuvre à la gloire de Jean Moulin (bien sûr !) mais aussi et surtout à la gloire des grands élans qui l’ont porté, de victoire en victoire, au sein de la Résistance Française, jusqu’à la mort. Jusqu’à ce sombre jour, premier de l’été 1943, où des salauds (lequel ? Lesquels ?) l’ont donné au sinistre Barbie. A Caluire, dans la tristement célèbre salle d’attente du Docteur Dugoujon.

René Hardy, grand résistant, responsable du réseau Résistance-Fer, est le suspect N°1, le coupable le plus probable de la trahison. Jugé deux fois, deux fois il est acquitté, en 1947 (Albert Camus lui-même, dans Combat, lui apporta son soutien !) et en 1950. Pourtant le dossier était chargé et les preuves presqu’évidentes ! Opacité de l’histoire … L’affaire Jean Moulin restera sans dénouement. De Gaulle et les anciens de la France libre préfèreront lui offrir le Panthéon plutôt que la vérité !

Dan Franck ne se résout pas à ce choix lâche. Son roman (car ç’en est bien un !) est le roman du troisième procès de René Hardy, le roman du procès qui n’a jamais eu lieu. Un juge, à la retraite, noir sénégalais, rouvre le dossier et « convoque » René Hardy devant son tribunal, très exactement dans sa cuisine !

Ecoutons Dan Franck dans son avant-propos :


« Si cette instruction avait eu lieu, elle aurait certainement fait apparaître une réalité historique et politique passée sous silence lors des audiences précédentes : ceux qui contribuèrent à l’arrestation de Jean Moulin, connu avant la guerre pour son engagement à gauche, étaient liés à l’extrême-droite. Cette vérité renforce une conviction qui nous est commune, au juge et à moi-même : la droite et la gauche dessinent des horizons incomparables. »


Partie d’échecs impitoyable, serrée, indécise. Le juge et l’accusé jouent gros. En fait ils jouent tout : les valeurs morales de leur vie, valeurs que chacun des deux a choisies radicalement différentes. Au juge de gauche, universaliste et généreux, s’oppose l’homme de droite, Résistant héroïque néanmoins, mais ancien « cagoulard », fasciste, colonialiste, raciste et dissimulant avec peine sa haine de Jean Moulin. Le Jean Moulin chanté par André Malraux, héros français et héros de gauche !

De la réalité quotidienne (Nous sommes dans les années présentes) aux séances fictionnelles du « procès », notre juge (dont nous ne saurons jamais le nom) oscille comme hagard, fasciné par son obsession de trouver enfin la piste de lumière dans la nuit de Caluire et enragé contre les abandons de la gauche d’aujourd’hui, discours Ô combien dans l’actualité !


« Ils ont oublié les deux Pierre, Goldman et Overney. Ils applaudissent 1936 et la semaine de 40 heures mais estiment que les 35 heures, soixante ans après, sont une aberration économique. C’est ainsi qu’ils jugent, selon ce critère unique : l’économie. Les conquêtes sociales ne les intéressent plus. »


Haletant, écrit dans un souffle qui ressemble à celui de l’urgence-à-dire, dans une parfaite élégance cependant, le suspense nous tient jusqu’à un dénouement inattendu et sombre. « Les Champs de Bataille » est de cette part de la littérature de toujours qui plonge ses sources dans la réalité sociale, dans l’histoire, dans l’événement, et nous permet de « vivre » ce que nous n’avons pas vécu. Et nous laisse pantelants devant un moment énorme de notre histoire récente et qui, même pour les plus informés d’entre nous, prend ici un relief saisissant !

Avec, en basse continue, deux figures, deux camps, deux conceptions du monde qui, pour Dan Franck, restent inconciliables.

Ecoutons le juge cette fois :


«  Lorsque les interrogatoires furent terminés, on nous fourra sans autre forme de procès dans un cachot où se trouvaient des Arabes pouilleux.

Il repose le livre de Bénouville et ouvre celui de Jean Moulin. Puis il lit :

«  Les soldats, sur injonction de leurs officiers qui continuent à rire bruyamment, me saisissent à bras-le-corps et me jettent violemment sur le malheureux tirailleur qui recule effrayé. » (…)

« Ces deux phrases racontent la même histoire : celle de deux individus qu’on jette en prison. Le premier est un homme de droite. Le second est un homme de gauche.

-       A quoi le voyez-vous ?

-       A la façon dont ils qualifient leurs frères humains »


« Les champs de bataille » est un beau livre et, si la rareté du propos est le critère le plus pertinent du « politiquement incorrect », alors ce livre est le plus politiquement incorrect de ces dernières années. Tant mieux pour nous !

 

Léon-Marc Levy


  • Vu : 5407

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Dan Franck

Après des études de sociologie à l'université de la Sorbonne, et quelques petits boulots, Dan Franck se consacre, depuis plus de vingt-cinq ans, à l'écriture. Prix du premier roman en 1980, avec 'Les Calendes grecques', il est aussi l'auteur de 'Le Petit Livre de l'orchestre et de ses instruments' ou 'Les Têtes de l'art'. Dan Franck écrit aussi à quatre mains, notamment avecJean Vautrin (' Les Aventures de Boro reporter') ou Enki Bilal (' Un siècle d'amour'). Son plus célèbre roman reste à ce jour 'La Séparation', sur la rupture amoureuse, traduit en dix-sept langues et adapté au cinéma parChristian Vincent. Outre son activité d'écrivain, Dan Franck est aussi scénariste pour le cinéma et la télévision (' Jean Moulin', réalisé parYves Boisset, prix du Meilleur scénario de film de télévision au FIPA 2002).


(Source evenement.fr)

A propos du rédacteur

Léon-Marc Levy

 

Lire tous les articles de Léon-Marc Levy


Directeur du Magazine

Agrégé de Lettres Modernes

Maître en philosophie

Auteur de "USA 1" aux éditions de Londres

Domaines : anglo-saxon, italien, israélien, maghrébin

Genres : romans, nouvelles, essais

Maisons d’édition principales : Rivages, L’Olivier, Joëlle losfeld, Gallimard, Seuil