Identification

Le vide notre demeure, Brigitte Gyr (par Didier Ayres)

Ecrit par Didier Ayres le 11.04.22 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres, Poésie

Le vide notre demeure, Brigitte Gyr, éditions La Rumeur libre, 2017, 77 pages, 15 €

Le vide notre demeure, Brigitte Gyr (par Didier Ayres)

Un éclairage sur la maison d’éditions La Rumeur libre

 

Signes

Les signes ne pullulent pas dans ce petit recueil. Au contraire ils sont rares et denses, comme le vide en général qui procure un effet d’absorption, de dilatation, comme dirait Michaux, une espèce d’être à envahir. Signes humbles qui ouvrent l’huis de l’intériorité. Ils signalent le vide physique dans lequel se débat la parole poétique. Ils sont en relation avec la maison du néant chère à Heidegger.

La poésie de Brigitte Gyr agit en désignant ce qui manque. En pointant du doigt les bords de la nuit, du jour, des passages, des retenues. On oscille donc très bien dans certains travaux plastiques de Christian Boltanski, où sans doute la lutte la plus âpre reste celle de la mémoire, de la mort qu’il est impossible d’assumer. Et que cela soit une accumulation de paletots ou de drap dans les combles d’un château, le signe ne peut se produire que comme souffle intérieur, voix, nomination des morts.

Il y a donc de l’inconnaissable qui fleurit sur cette réalité, sur cette incertitude fondamentale de l’apparition (et de la disparition).

ils ont dit

ça manque…

ça manque de chiens

ça manque de femmes

les barbelés sont à terre

le monde est un lit triste

un corps gonflé de sang

repose dans la boue

une goutte bleue

sur les fronts

 

L’Emprise de l’aubeJean-Pierre Crespel, éditions La Rumeur libre, 2019, 96 pages, 16 €

Pensée exilée

Pensée sans maison

Contrainte à aller

Par les brèches

 

Dans cette lecture, on voit comment le poète, avant de s’éloigner de son texte, regarde en arrière en recherchant une cohérence ; il faut donc scrupuleusement lire le recueil d’un seul trait comme on le ferait d’un verre d’hydromel. Et si je parle une nouvelle fois de signes, je dirai qu’ici, c’est le silence. C’est l’image blanche. C’est le cri étouffé. C’est l’emprise anxieuse de l’aube. C’est le murmure. Monde silencieux, parole poétique qui s’éteint graduellement mais sans fin. C’est le lien complexe de l’homme à lui-même. Vers une forme de raréfaction.

Qu’est-ce que l’alphabet des foudres ? sinon un alphabet de pierre, du palimpseste du feu ? La langue en tout cas se fabrique avec la foudre, même si parfois le papier reste sous l’emprise d’une angoisse, c’est la foudre dès lors qui ouvre un passage, un chemin vers le poème.

Je cherche l’arbre de Josué

La frontière du désert

Les rivières souterraines et les puits

 

Cette poésie pauvre en images devient riche justement parce qu’elle s’interdit l’image et fait confiance dans le seul langage. Tout cela n’empêche nullement le poète de chanter, d’œuvrer avec un lyrisme sobre. Cela jugule sans doute la force motrice de la foudre, de l’aube et de la lumière.

 

J’étais dans la parole

Qui brillait sur mes membres

Palpitait de lumière égarée

 

Didier Ayres


  • Vu: 503

A propos du rédacteur

Didier Ayres

 

Lire tous les textes et articles de Didier Ayres


Rédacteur

domaines : littérature française et étrangère

genres : poésie, théâtre, arts

période : XXème, XXIème

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il a trouvé une assiette dans l'activité de poète. Il a publié essentiellement chez Arfuyen.  Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire.