Identification

Le tour de l’oie, Erri De Luca (par Philippe Leuckx)

Ecrit par Philippe Leuckx 07.05.19 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Italie, Roman, Gallimard

Le tour de l’oie, février 2019, trad. italien Danièle Valin, 176 pages, 16 €

Ecrivain(s): Erri de Luca Edition: Gallimard

Le tour de l’oie, Erri De Luca (par Philippe Leuckx)

 

Renonçant à la fiction mais la nourrissant par un autre tour – comme un jeu inventif –, celui de se donner un fils interlocuteur, le romancier Erri De Luca signe un dialogue étrange, au creux de sa maison, entamant avec un enfant inventé une conversation à bâtons rompus sur le tout, le rien, le passé qui revient lancinant, ses propres parents, son aventure d’homme, travailleur, rebelle, contestataire, écrivain, apprenti de la vie.

L’auteur, Napolitain né en 1950, a été ouvrier, est devenu alpiniste, romancier, a failli terminer en prison pour la défense de la nature contre un projet d’autoroute, vit aujourd’hui pour l’écriture. L’un des derniers a suscité un enthousiasme certain : La nature exposée (dont j’ai évoqué la teneur ici même).

Ici, le romancier se dévoile, recourt à ses parents morts, revitalise cette période de l’enfance – souvent tombée en cendres chez d’autres –, ici, nourrie d’anecdotes et du grain de réalisme qui fait sa patine.

Extrait de ce beau livre – un dialogue imaginaire entre père et fils – ces passages qui forcent la réflexion et nous enjoignent à recoudre l’humanité effilochée par tant de soucis :

 

Face à la réalité, je reste un apprenti

...

je suis attaché à cette sacrée espèce humaine

...

j’habite rue de la langue italienne

...

l’exil serait pour moi d’écrire dans une autre langue

...

je vieillis en perdant des dents et des labiales

 

Arrivé peut-être, après une vingtaine de livres, à l’heure des bilans, De Luca réussit à communiquer une expérience vraie, alors que ce qui la fait naître est pure invention. Ce fils qui reprend le père, ajuste sa pensée, l’infléchit, le critique – effet de génération – est bien sûr une cheville romanesque mais, grâce à lui, pure invention, la réalité trouve à tracer son chemin, riche d’expériences diverses.

De Luca, l’homme, l’humaniste, le Diogène qui se contente de peu, vit de peu, et mène sa vie en accord avec une nature fruste, économe, se révèle amplement : il évoque son dialecte napolitain, l’usage de l’italien ; il sait que Naples a nourri durablement son parcours ; que ses parents, redevables de la période d’après-guerre ont infléchi sa vie ; il souligne ce que le sens du toucher a été pour lui une grande découverte : peu de contacts avec ses proches, et puis la maladie (il a failli mourir) a revisité ses sens. De toute expérience, De Luca tire un parti d’analyse et de justesse, une leçon de vie, de liberté et de savoir réel. L’ouvrier, au contact du labeur et de la matière à traiter physiquement, transpire dans l’écrivain, qui soigne ses descriptions, réalistes, quotidiennes, toujours en prise avec le présent vécu.

Soudeur, il se protégeait les yeux à l’aide d’un masque. Il est, en tant qu’écrivain, sensible à toutes les lumières, et le livre s’ouvre et se ferme entre paupières « brusquement sur les yeux » et « il n’y a plus que les yeux » à fermer, puisque l’histoire contée compte ses derniers mots.

De livre en livre, De Luca affine ses rapports au monde et aux autres. On sent tout simplement ici comme l’ébauche testamentaire d’un récit qui voudrait creuser encore plus loin, dans la texture de la vie, dont il est si difficile, si âpre de parler.

Un livre qui surprend, apprend, fonde le lecteur.

 

Philippe Leuckx

 


  • Vu : 304

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Erri de Luca

Erri de Luca, né à Naples en 1950, est l’un des écrivains italiens les plus lus dans le monde. Il vit à la campagne, près de Rome.

 


A propos du rédacteur

Philippe Leuckx

 

Lire tous les articles de Philippe Leuckx

 

Philippe Leuckx est un écrivain et critique belge né à Havay (Hainaut) le 22 décembre 1955.

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, italienne, portugaise, japonaise

Genres : romans, poésie, essai

Editeurs : La Table Ronde, Gallimard, Actes sud, Albin Michel, Seuil, Cherche midi, ...