Identification

Le tigre blanc, Aravind Adiga

Ecrit par Patryck Froissart 16.10.13 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Asie, Roman, 10/18

Le tigre blanc (The White Tiger), traduit de l’anglais par Annick le Goyat, 318 pages, 8,40 €

Ecrivain(s): Aravind Adiga Edition: 10/18

Le tigre blanc, Aravind Adiga

 

Balram, comme des millions de ses congénères, est né dans les Ténèbres, où règne la loi de la jungle, celle du plus fort.

Le plus fort, dans ces mondes obscurs, est le fils du plus fort, et son fils sera un jour, à son tour, le plus fort.

Parce que dans les Ténèbres, on est seigneur ou esclave, de naissance, de père en fils, depuis toujours, et pour toujours.

Balram est condamné, car telle est sa destinée, à vivre en esclave, à laver les pieds de ses maîtres, à accourir, l’échine courbée, à chacun de leurs impérieux appels, à ramper devant eux, et à les remercier d’avoir la bonté de les maltraiter…

Il peut arriver, exception confirmant la règle, que dans cet appareil fatal, dans ce broyeur infernal, s’introduise un humble grain de sable qui en perturbe le cours.

Durant la brève période au cours de laquelle Balram est autorisé à fréquenter l’école, un inspecteur remarque l’étoile d’intelligence qui scintille dans les yeux de l’enfant.

 

« Dans la jungle, quel est l’animal le plus rare ? Celui qui ne se présente qu’une fois par génération ? »

Je réfléchis un instant avant de répondre :

« Le tigre blanc.

– C’est ce que tu es, dans cette jungle-ci ».


Le tigre blanc est une autre espèce de seigneur (de saigneur), un solitaire, qui surgit là où personne ne l’attend puis qui se fond dans les fourrés et disparaît après avoir eu son content de sang.

Balram Halwai en est-il une incarnation ?

Balram est le narrateur, le tigre blanc, le héros et la victime de ce roman acide, acerbe, acéré, par lequel l’auteur dénonce dans ses détails les plus sordides la corruption généralisée qui encrasse les moindres rouages de la « plus grande démocratie du monde », tant dans la vie des plus misérables habitants du plus déshérité des hameaux les plus perdus dans le monde ténébreux de l’Inde rurale que dans celle des plus riches et des plus puissants personnages du monde lumineux des cités les plus indécemment rutilantes de l’autre Inde, l’Inde moderne, riche et prospère.

Mêlant confession et accusation, le réquisitoire est accablant, le jugement est sans appel : le pessimisme amer, fataliste, souvent rageur, de l’auteur quant à l’avenir de son pays donne au roman la tonalité du désespoir.

Du point de vue du narrateur, le pays n’a de démocratique que le nom. Les élections sont une joyeuse farce. Derrière les décors, sous les combles du théâtre, dans ses catacombes ténébreuses, des millions de figurants fantômes vivent une tragédie sans fin.

Il existe trois maladies majeures dans ce pays, monsieur : la typhoïde, le choléra et la fièvre électorale…

La réalité quotidienne, sociale, économique, politique, est fondée sur une relation généralisée, institutionnalisée, de domination-soumission, porteuse d’hypocrisie, de sournoiserie et d’ambiguïté, à laquelle nul ne semble pouvoir se soustraire.

Haïssons-nous nos maîtres derrière une façade d’amour, ou les aimons-nous derrière une façade de haine ?

Dans ce contexte, le seul moyen pour le zombie né, de sortir des Ténèbres, est le meurtre du maître. Paradoxalement, l’unique acte qui peut permettre à Balram d’exister en tant que personne l’oblige aussitôt, pour s’assurer l’impunité, à se défaire de son identité et à ne plus exister pour aucun de ceux qui l’ont connu.

Ce nouveau personnage, ayant de son passé fait table rase, se ménage une place de maître, incognito, en ayant recours, fatalement, à son tour, à la concussion et à la prévarication.

Car en ce cercle vicieux, ce n’est qu’ainsi que la boucle se boucle…

 

Patryck Froissart

 


  • Vu : 5362

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Aravind Adiga

 

Aravind Adiga est un journaliste et écrivain indien. Né à Chennaï en 1974, il grandit à Mangalore. Il émigre en 1991 avec sa famille à Sydney en Australie et s’inscrit dans une école d’agriculture à Carlington, Nouvelle-Galles du Sud. Puis il étudie la littérature anglaise à l’université Columbia, à New-York, et au Magdalen College à Oxford. Adiga commence sa carrière professionnelle comme journaliste financier. Ses papiers paraissent dans le Financial Times, The Independent, Money, le Sunday Times et le Wall Street Journal. Il est embauché par le TIME, dont il est l’un des correspondants pendant trois ans. Il devient ensuite journaliste indépendant. Il réside et travaille alors à Mumbai. Le Tigre blanc est son premier roman, qui lui vaut le Booker Prize en 2008.

 

A propos du rédacteur

Patryck Froissart

 

Tous les articles et textes de Patryck Froissart


Patryck Froissart, originaire du Borinage, a enseigné les Lettres dans le Nord de la France, dans le Cantal, dans l’Aude, au Maroc, à La Réunion, à Mayotte, avant de devenir Inspecteur, puis proviseur, et de diriger divers établissements à La Réunion et à Maurice. Longtemps membre du Cercle Jehan Froissart de Recherches Poétiques de Valenciennes, il a collaboré à plusieurs revues de poésie et a reçu en 1971 le prix des Poètes au service de la Paix. Il est membre de la SGDL, de la SPAF, de la SAPF.

Il a publié : en 2011 La Mise à Nu, un roman (Mon Petit Editeur); en août 2013, Les bienheureux, un recueil de nouvelles (Ipagination Editions), Prix Spécial Fondcombe 2014 ; en janvier 2015, La divine mascarade, un recueil de poèmes (Editions iPagination); en septembre 2016, Le feu d'Orphée, un conte poétique (Editions iPagination), troisième Prix Wilfrid Lucas 2017 de poésie décerné par la SPAF; en février 2018, La More dans l'âme, un roman (Ipagination Editions); en mars 2018, Frères sans le savoir, Bracia bez wiedzy, Brothers without knowing it, un récit trilingue (Editions CIPP); en avril 2019, Sans interdit (Ipagination Editions), recueil de poésie finaliste du Grand Prix de Poésie Max-Firmin Leclerc.