Identification

Le secret du clan, Gilles Baum, Thierry Dedieu (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi 26.06.20 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Jeunesse

Le secret du clan, Gilles Baum, Thierry Dedieu, HongFei éditions, mars 2020, 44 pages, 13,90 €

Le secret du clan, Gilles Baum, Thierry Dedieu (par Yasmina Mahdi)

 

Le crabe-araignée

Les deux auteurs, Gilles Baum, écrivant le texte, et Thierry Dedieu, l’illustrateur, collaborant ensemble pour la dixième fois, ont créé le tout nouvel album de jeunesse, Le secret du clan. La couverture cartonnée, au format 19,5x27 cm, offre des gros plans énigmatiques qui invitent à rentrer dans le récit. L’histoire, simple, relate les vacances d’été d’une petite fille japonaise dans une île préservée – ce qui n’est pas sans rappeler l’endroit secret du Tumulte des flots de Mishima. Une lente initiation au regard, à l’observation, à l’écoute et à la patience, va permettre à la fillette d’aborder doucement le mystère d’un tatouage. Il s’agit également du retour aux sources du sacré d’un Japon ancestral et de ses valeurs spirituelles, loin de l’avidité des habitants des grandes villes.

Des couleurs nuancées, légèrement assourdies, accompagnent des formes architecturées, reconnaissables, à hauteur d’yeux. Ainsi, les jeunes lectrices et lecteurs seront en communion avec la fillette à la recherche de l’énigme de son grand-père et du village de pêcheurs. Les lanternes, les chats, la lune, l’eau, les montagnes, la nuit, sont chargés des symboles nippons. Le noir est présent, ce qui permet d’échapper au préjugé commun chez les enfants de le qualifier de couleur « qui fait peur », « triste », etc. La coiffure brune de la petite japonaise fait écho au tatouage noir, aux ombres nocturnes. Notons que le tatouage au Japon est généralement associé à l’image de la mafia japonaise, appelée Yakuza. Ses membres ont en effet l’habitude d’arborer de larges tatouages comme signe de leur appartenance à la mafia locale.

La gamme chromatique est riche de vert d’eau, de bleu-mauve, de jaune-orange, vif – au Japon, la couleur impériale, de la spiritualité bouddhiste. Le blanc, comme une respiration et un halo, délimite les contours des collages des papiers déchirés-collés, la technique employée pour ce livre-jeunesse.

Dans Le secret du clan, la transmission de l’ancien, du grand-père, est un apprentissage initiatique. L’image du crabe à la carnation orangée, aux proportions impressionnantes, fait office d’emblème. Ce crustacé de mer, qui se déplace de côté, est aussi un signe astrologique. En Asie, sur sa carapace, l’on distingue un visage humain, et les légendes veulent qu’il renferme l’âme de guerriers défunts. Au Japon, le crabe, symbole lunaire, est le premier démiurge dépêché par le soleil afin de ramener la terre du fond de l’océan. L’on y trouve le crabe-araignée géant, le plus grand arthropode vivant.

L’album de jeunesse reste un objet précieux, à conserver durablement et à consulter souvent, autant qu’un livre éducatif dont le contenu plastique et littéraire va peupler poétiquement l’imaginaire.

Le texte du Secret du clan est abordable dès l’âge de six ans.

 

Yasmina Mahdi


  • Vu : 506

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Yasmina Mahdi

 

Lire tous les articles de Yasmina Mahdi

 

rédactrice

domaines : français, maghrébin, africain et asiatique

genres : littérature et arts, histoire de l'art, roman, cinéma, bd

maison d'édition : toutes sont bienvenues

période : contemporaine

 

Yasmina Mahdi, née à Paris 16ème, de mère française et de père algérien.

DNSAP Beaux-Arts de Paris (atelier Férit Iscan/Boltanski). Master d'Etudes Féminines de Paris 8 (Esthétique et Cinéma) : sujet de thèse La représentation du féminin dans le cinéma de Duras, Marker, Varda et Eustache.

Co-directrice de la revue L'Hôte.

Diverses expositions en centres d'art, institutions et espaces privés.

Rédactrice d'articles critiques pour des revues en ligne.