Identification

Le Rayon vert, Jules Verne (par Didier Smal)

Ecrit par Didier Smal 29.03.23 dans La Une Livres, Cette semaine, Les Livres, Critiques, Folio (Gallimard), Roman

Le Rayon vert, Jules Verne, Folio, février 2023, 160 pages, 3 €

Ecrivain(s): Jules Verne Edition: Folio (Gallimard)

Le Rayon vert, Jules Verne (par Didier Smal)

 

Publié en 1882, Le Rayon vert est un bref roman de Jules Verne inspiré d’un phénomène optique extrêmement rare – et pour lequel ce récit provoquera un engouement relatif à l’époque : dans certaines conditions météorologiques précises difficiles à réunir, le soleil couchant émet un « rayon vert ». C’est ce rayon vert que veut voir la jeune Helena Campbell avant d’accepter de se marier à Aristobulus Ursiclos, scientifique auquel la destinent ses oncles, aussi riches que bienveillants Ecossais, les frères Melvill, soumis au moindre caprice de leur nièce. Bien sûr, la mécanique se grippe et si le rayon vert est bel et bien émis, il a un sens autre qu’optique – sauf à considérer qu’il permet d’ouvrir les yeux sur certains phénomènes autres que scientifiques.

Ce roman n’a que peu l’aura des aventures épiques auxquelles Verne a habitué tous les adolescents (et les adultes restés ouverts à leurs goûts d’enfants) francophones depuis un siècle et plus, il est attachant à bien des égards, dont celui-ci, particulier chez cet auteur à la curiosité scientifique insatiable capable de disserter des pages durant sur la façon dont l’oxygène est renouvelé lorsque le Nautilus est en plongée : c’est un roman où l’absence de goût pour la science l’emporte sur l’obsession pour les données chiffrées et le savoir engoncé ;

la première est représentée par Helena Campbell et Olivier Sinclair, peintre (impressionniste ?) de son état, la seconde est représentée par Aristobulus Ursiclos. Ce dernier, statut curieux pour un détenteur du savoir chez Verne, est l’élément de comédie du Rayon vert : son nom et son physique (« S’il avait été un singe, c’eût été un beau singe – peut-être celui qui manque à l’échelle des Darwinistes pour raccorder l’animalité à l’humanité », – tiens, Verne humoriste, en sus) seuls suffisent à le discréditer, mais son pédantisme scientifique et le ridicule avec lequel, calculs à l’appui, il justifie sa défaite au croquet, le rendent pathétiquement antipathique – c’est Verne qui fait taire la science en faveur de la poésie, et cela peut surprendre mais c’est bien le cas, comme dans le passage suivant, extrait du chapitre XIII, Les Magnificences de la mer :

« – Elles [les fureurs de la mer] sont sublimes, en effet, répondit Olivier Sinclair [à Helena Campbell]. Rien n’arrête la violence des bourrasques qui s’y jettent, après un parcours de trois mille miles ! C’est à la côte américaine que fait face la côte écossaise ! Si là, de l’autre côté de l’Atlantique, prennent naissance les grandes tempêtes de l’Océan, ici se déchaînent les premiers assauts des lames et des vents, lancés sur l’Europe occidentale ! Mais que peuvent-elles contre nos Hébrides, plus audacieuses que cet homme dont parle Livingstone, qui ne craignait pas les lions, mais qui avait peur de l’Océan, ces îles solides sur leur base granitique, se riant des violences de l’ouragan et de la mer !…

– La mer !… Une combinaison chimique d’hydrogène et d’oxygène, avec deux et demi pour cent de chlorure de sodium ! Rien de beau, en effet, comme les fureurs du chlorure de sodium !

Miss Campbell et Olivier s’étaient retournés, en entendant ces paroles, évidemment dites à leur intention, et prononcées comme une réponse à leur enthousiasme.

Aristobulus Ursiclos était là, sur la passerelle ».

C’est lui, l’anti-poète, qui est l’importun dont le propos est hilarant d’incongruité, et Jules Verne semble s’en donner à cœur-joie, tout en ne pouvant s’empêcher lui-même de procéder à l’une ou l’autre dérive explicative inopportune ; ainsi, alors qu’une chaloupe est en situation dangereuse sur la mer, il écrit qu’elle est « saisie par les courants concentriques du gouffre, dont la vitesse s’accroissait proportionnellement à leur rayon », ce qui enlève quasi toute tension dramatique au moment. Nonobstant, tel semble être le sujet véritable du Rayon vert : l’opposition entre l’art et la science, et un choix à poser par Helena Campbell entre Sinclair et Ursiclos : « L’un courait le ciel pour y décrocher les étoiles, l’autre pour en calculer les éléments ; l’un, artiste, ne cherchait point à poser sur le piédestal de l’art ; l’autre, savant, se faisait de la science un piédestal, sur lequel il prenait des attitudes ». Serait-ce gâcher la lecture que d’indiquer l’évidence du choix pour la demoiselle ?

Car au fond, on peut se demander, sans rien savoir de la biographie de Jules Verne, si ce bref roman terriblement anglais d’esprit (mention de Dickens dès le premier chapitre, puis Scott, Wordsworth, Shakespeare ou encore Les Poèmes d’Ossian récités à tout-va par les oncles de la charmante Helena) et avant tout histoire d’amour, n’est pas une œuvre gentiment ironique de la part de celui qui avait déjà publié l’essentiel de ce que l’histoire littéraire (mais aussi les goûts adolescents… et adultes, insistons !) retiendra de son œuvre, un clin d’œil disant : au fond, c’est bien beau, toutes ces considérations scientifiques, toutes ces histoires fiables, étayées de notions précises et documentées auxquelles on peut croire, mais ça ne vaut pas un instant d’amour et de poésie. Comme un rayon vert qui illuminerait l’essentiel, en somme.

 

Didier Smal


  • Vu : 539

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jules Verne

 

Jules Verne, ou Jules-Gabriel Verne sous son nom de naissance, né le 8 février 1828 à Nantes et mort le 24 mars 1905 à Amiens, est unécrivain français dont l'œuvre est, pour la plus grande partie, constituée de romans d'aventures et de science-fiction (ou d'anticipation).

En 1863 paraît chez l'éditeur Pierre-Jules Hetzel (1814-1886) son premier roman Cinq semaines en ballon, qui connaît un très grand succès y compris à l'étranger. Lié à l'éditeur par un contrat de vingt ans, Jules Verne travaillera en fait pendant quarante ans à sesVoyages extraordinaires, qui compteront 62 romans et 18 nouvelles et paraîtront pour une partie d'entre eux dans la revue destinée à la jeunesse le Magasin d'éducation et de récréation. Les intrigues des romans de Jules Verne — toujours richement documentés — se déroulent généralement au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, prenant en compte les technologies disponibles à l'époque (Les Enfants du capitaine Grant (1868), Le Tour du monde en quatre-vingts jours (1873), Michel Strogoff (1876), L'Étoile du sud (1884), etc.) mais aussi d'autres non encore maîtrisées, ou plus fantaisistes (De la Terre à la Lune (1865), Vingt mille lieues sous les mers (1870),Robur le conquérant (1886), etc.).

L’œuvre de Jules Verne est populaire dans le monde entier et, selon l’Index Translationum, avec un total de 4 702 traductions, il vient au deuxième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère après Agatha Christie1. Il est ainsi en 2011 l'auteur de langue française le plus traduit dans le monde. L'année 2005 a été déclarée « année Jules Verne », à l'occasion du centenaire de la mort de l'auteur2.

 

(Wikipédia)

 

A propos du rédacteur

Didier Smal

Lire tous les articles de Didier Smal

 

Didier Smal, né le même jour que Billie Holiday, cinquante-huit ans plus tard. Professeur de français par mégarde, transmetteur de jouissances littéraires, et existentielles, par choix. Journaliste musical dans une autre vie, papa de trois enfants, persuadé que Le Rendez-vous des héros n'est pas une fiction, parce qu'autrement la littérature, le mot, le verbe n'aurait aucun sens. Un dernier détail : porte tatoués sur l'avant-bras droit les deux premiers mots de L'Iiade.