Identification

Le lys de Brooklyn, Betty Smith

Ecrit par Léon-Marc Levy 27.03.14 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman, USA, Belfond

Le Lys de Brooklyn (A tree grows in Brooklyn) Traduction (USA) Maurice Beerbrock 1946. mars 2014. 709 p. 19 €

Ecrivain(s): Betty Smith Edition: Belfond

Le lys de Brooklyn, Betty Smith

Les éditions Belfond continuent avec leur collection Vintage à nous dénicher des bijoux qui ont eu leur heure de gloire et – on ne sait pour quelle étrange raison – ont un peu disparu des mémoires de lecteurs. Ce fut il y a peu le superbe « Edisto » de Padgett Powell (lien). Voici « le lys de Brooklyn » de Betty Smith, non moins superbe !

Ce livre a vraiment connu son heure de gloire. Jugez-en. Publié en 1943,  il connut un succès immédiat et phénoménal, plus d’un million d’exemplaires vendus la première année. Mieux encore, Elia Kazan s’en saisit aussitôt pour réaliser le film éponyme de 1945 qui fut également un grand succès populaire. Traduit en français en 1946 par Maurice Beerblock et depuis, plus d’édition ! Voici donc un beau présent dans nos mains !

Elle s’appelle Francie. C’est la petite héroïne du roman. Francie, presque Frankie ; Il est impossible de ne pas penser à la « Frankie Addams » de la grande Carson McCullers tant ces deux très jeunes filles ont de traits communs : La vivacité, l’intelligence immédiate des situations et des personnes, la drôlerie, la droiture morale, la bonté. Les deux livres sont parfaitement contemporains, ce qui ajoute à la nécessité du rapprochement. Mais avec Betty Smith, la période de la narration est plus étendue, quelques années et la démarche initiatique plus évidente.

Francie vit avec ses parents et son petit frère Neeley. Ils sont très pauvres, comme la plupart des pauvres blancs de Brooklyn. On est en 1912. Le grondement de la déflagration mondiale commence à se faire entendre, mais encore lointain. C’est là que Francie – la part autobiographique de Betty Smith est évidente – va « fleurir », entre les pierres, la poussière, les palissades. Comme cet arbre qu’on appelle « le monte-au-ciel » et qui, sans eau, sans soleil, sans terre, parvient néanmoins à pousser, s’élever, mieux encore, être beau !

Brooklyn n’est pas encore tout à fait un quartier de New York, c’est une bourgade à part entière. Et les pauvres, cahin-caha, y trouvent les petits et grands bonheurs des pauvres : les jeux d’enfants, les amitiés, les week-ends :

« Oh ! Le beau jour que le samedi, à Brooklyn ! Le beau jour que c’était, là et, d’ailleurs, partout ! Le samedi, les gens touchent leur paie. Un jour déjà de congé, et qui n’a pas la raideur du dimanche . On a un peu d’argent, on peut sortir acheter des choses. Pour une fois, on mange bien ; on peut se soûler, se donner rendez-vous, se conter fleurette, rester levé jusqu’à Dieu sait quelle heure, chanter, faire de la musique ; »

Et Francie a deux grandes amours : son père et les livres. On devine chez Betty Smith la volonté de faire entendre son propre projet d’enfance : la littérature.

« La bibliothèque se trouvait dans un petit bâtiment ancien et sordide ; mais Francie le trouvait magnifique. Ce qu’elle éprouvait pour la bibliothèque ressemblait un peu à ce qu’elle éprouvait à l’église. Elle poussa la porte et entra. Oh ! qu’elle aimait l’odeur du lieu, mélange de vieilles reliures, de cuir, de colle et de tampons encreurs ! Elle la préférait peut-être à celle de l’encens que l’on brûlait à la grand-messe. »

Grands et petits malheurs vont scander ces quelques années de la famille Nolan. Francie comme mûrit, apprend la vie. Betty Smith est une formidable raconteuse de vies. Elle aime ses personnages et nous les fait aimer. Son écriture, ses champs lexicaux, épousent parfaitement le ton, le cœur, l’esprit de Francie : tendresse, pétillement, humour. La séduction est le maître mot du plaisir du lecteur : on est séduit de la première à le dernière page, sans temps faibles, dans une dynamique d’écriture exceptionnelle. La formidable traduction de Beerblock y est pour beaucoup !

Et pour finir, sans cesse présente, peut-être le personnage central du roman : Brooklyn ! :

« … Tout au bout de la rue, le grand pont s’élançait, pareil à un soupir, par-dessus l’East River, et se perdait, se fondait là-bas, sur l’autre rive. Sous le pont, la rivière noire, et, très loin, très loin, le profil brumeux de New York, comme une ville de théâtre découpée dans du carton. »

Un grand livre !

 

Leon-Marc Levy

 


  • Vu : 4218

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Betty Smith

 

Betty Smith (15 décembre 1896 – 17 janvier 1972) est un écrivain américain, principalement connue pour son best-seller : Le Lys de Brooklyn (A Tree Grows in Brooklyn), écrit en 1943, paru en France pour la première fois en 1946.

Née Elisabeth Wehner, de parents allemands récemment immigrés aux États-Unis, Betty Smith grandit dans la pauvreté dans le quartier de Brooklyn, à New York.

 

A propos du rédacteur

Léon-Marc Levy

 

Lire tous les articles de Léon-Marc Levy


Directeur du Magazine

Agrégé de Lettres Modernes

Maître en philosophie

Auteur de "USA 1" aux éditions de Londres

Domaines : anglo-saxon, italien, israélien, maghrébin

Genres : romans, nouvelles, essais

Maisons d’édition principales : Rivages, L’Olivier, Joëlle losfeld, Gallimard, Seuil