Identification

Le Livre de Liane, Agathe Lemaitre (par Patrick Devaux)

Ecrit par Patrick Devaux 06.09.23 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman

Le Livre de Liane, Agathe Lemaitre, éditions Harper Collins Traversée, mars 2023, 290 pages, 19 €

Le Livre de Liane, Agathe Lemaitre (par Patrick Devaux)

 

Liane rêvait de devenir écrivaine. Sa sœur Louise apprend son suicide alors qu’elle s’apprête à fêter son anniversaire. Louise opère alors une démarche à deux voix rendant vie aux évènements qui ont mené sa sœur au drame, les faits étant rendus compréhensibles, notamment, à partir d’archives policières, courriels et journal intime de la défunte. Harcelée à l’école, la tragédie se révèle au grand jour tandis que les tentatives d’interventions, gardées secrètes à ses proches, ne s’avèrent d’aucune aide. Les traces laissées révèlent la forte personnalité de la personne meurtrie :

« Laissez-moi vous dire que je comprends votre point de vue. Je peux entendre que vous trouviez que la situation est au point mort. C’est vrai, j’ai déchiré plusieurs options que vous auriez pensé bénéfiques. J’ai rejeté la possibilité d’hospitalisation, ne pensant pas que cela aurait pu m’aider. J’ai refusé les traitements médicamenteux, et ce même si je suis à ce jour incapable de justifier pourquoi. Je mets en doute l’idée de contacter mes parents, car je ne ressens pas l’envie de m’expliquer avec eux, j’ai juste besoin d’être protégée d’eux ».

Louise ne va-t-elle pas, à son tour, sombrer, alors que son fiancé, James, tente de la soutenir ?

Les faits sont tristement réels.

La romancière accentue l’intrigue à l’appui d’un « homme en noir » vu lors de l’enterrement et que Louise croit voir à d’autres reprises.

Agathe Lemaitre laisse, tour à tour, à plusieurs reprises, s’exprimer les élèves témoins des faits :

Raphaël : « Et puis il y avait cette fille, Célia… Toujours un détail croustillant à raconter à l’interclasse… J’ai mis longtemps à prendre la mesure de ce qu’elle avait fait à Liane. Après tout elle était sympa. Elle était jolie aussi. Quand j’ai réalisé ce qu’il se passait, c’était trop tard, le mal était fait/…/Et surtout j’avais honte aussi je crois ».

Un roman humain, vrai, presque nécessaire et à mettre entre de jeunes mains pour éviter d’autres drames.

Une étrange partie « fiction » ressuscite en quelque sorte la défunte tandis que la postface, hélas, confirme bien sa disparition.

Le livre s’achève par la « lettre d’adieu à la famille, retrouvée près du corps par les sapeurs-pompiers de Toulouse ». Très poignante, en voici un extrait :

« J’ai tout fait pour arrêter cela, ce long processus qui m’amènera à mon acte prochain. Croyez-moi, j’ai fait tout ce que j’étais capable de faire. Je n’ai jamais voulu mourir. Jamais. J’ai cherché à arrêter de souffrir, justement parce que j’avais tellement envie de vivre ».

 

Patrick Devaux

 

Diplômée de l’ESSEC, Agathe Lemaitre partage dans ce roman l’histoire de sa famille et s’engage contre un fléau qui touche chaque année plus de 700.000 jeunes.

  • Vu : 651

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Patrick Devaux

 

Lire tous les articles de Patrick Devaux

 

Patrick Devaux est né en Belgique sur la frontière avec la France, habite Rixensart, auteur d’une trentaine d’ouvrages auprès d’éditeurs divers en poésie, quelques prix d’édition, 3 romans parus dont 2 aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune; 2 recueils de poésie récents (2016 et 2017) parus aux éditions Le Coudrier ; membre de l’AEB (association des écrivains Belges) et de l’AREAW (association royale des écrivains et artistes de Wallonie), il a aussi de nombreux contacts en France ; il anime une rubrique « mes lectures » sur le site de la revue Vocatif www.moniqueannemarta.fr de Nice depuis 2013 et fréquente de près ou de loin les écrivains du groupe de l’Ecritoire d’Estieugues de Cours la Ville  et de l’association LITTERALES de Brest ; publie aussi dans diverses revues de poésie. Fréquente aussi les réseaux sociaux, faisant ainsi connaitre la poésie d’auteurs moins connus ou disparus.