Identification

La douleur des bêtes, la polémique sur la vivisection au XIXe siècle en France, Jean-Yves Bory

Ecrit par Matthieu Gosztola 16.05.14 dans La Une CED, Bonnes feuilles

La douleur des bêtes, la polémique sur la vivisection au XIXe siècle en France, Jean-Yves Bory

 

« La vivisection, résume Jean-Yves Bory, s’est constituée au XIXe siècle en pratique professionnelle. Suscitant un véritable engouement, elle n’a cessé de se développer jusqu’à devenir un paradigme institutionnalisé en 1880 ».

 

En quoi consistait la vivisection au XIXe siècle ?

 

Gluge

Professeur à Bruxelles

Enfonçait des aiguilles

Dans la tête de

Lapins

Bichat injectait du

Gaz hydrogène

À des chiens

Par un robinet

Installé sur la

Trachée-artère

 

Pratiquait une

Saignée et

Vérifiait la présence

Du gaz dans le

Sang écumeux

En l’enflammant

 

Legallois enfonçait

Un stylet dans la

Colonne vertébrale

Pour étudier

L’action du cerveau

Et de la moelle

Épinière

Sur le cœur

 

Il avait remarqué que

« Si l’on arrache

Le cœur d’un animal

Vivant et

Qu’on le pose

Sur une table […] ses

Mouvements

De diastole et de

Systole n’en continuent

Pas moins »

 

Magendie étudiait

Les effets de la

Décomposition

En faisant vivre

Des chiens

Au-dessus de matières

Organiques

En train de se

Décomposer

 

Collard de Martigny faisait

Mourir de faim

Ses cobayes

Pour voir les effets

De l’inanition

Sur les organes

 

Fourcault soustrayait

La peau

À l’action de

L’air en enduisant

Ses animaux

« D’une couche de goudron

De vernis

De colle-forte

Etc. »

 

Jean-Louis Brachet

Était médecin

Des hôpitaux

À Lyon

 

Pour étudier

L’influence du

Cerveau sur le cœur

Il enlevait

L’organe

À des lapins

Des cabiais

Des salamandres

Des petits chats

 

Les bébés animaux

Étaient ses cobayes

Préférés

Car les plus

Résistants

 

Pendant le « travail »

D’une lapine

Jean-Louis Brachet introduisit

Un stylet

Dans sa moelle

Interrompant

La mise à bas

 

Il fit reprendre

Celle-ci

En excitant l’animal

Électriquement

 

Brachet avait

Découvert le

« Travail […] artificiel »

 

La lapine mourut

Avant la fin de

L’opération

 

Pour étudier les « sympathies »

C’est-à-dire les actes

Qui se produisent

Entre des organes

Éloignés

Les uns des autres

Jean-Louis Brachet chatouilla

La luette d’un chien

Avec une plume

Pour le faire vomir

 

Le chien ayant le

Cou

Ouvert

Et l’œsophage

Sectionné

Le vomissement s’accomplit

Par la plaie

 

De même

Il étudiait

L’éternuement

Sur des chats

À la moelle

Et la trachée-artère

Coupées

 

Matthieu Gosztola

 

La douleur des bêtes, la polémique sur la vivisection au XIXe siècle en France, Jean-Yves Bory, Presses universitaires de Rennes, collection Histoire, 2013, 309 pages, 23 €

  • Vu : 1991

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com