Identification

L’Histoire d’un roman, Thomas Wolfe (par Jean-François Mézil)

Ecrit par Jean-François Mézil 02.05.19 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Récits, USA

L’Histoire d’un roman, éditions Sillage, 2016, 80 pages, 7,50 €

Ecrivain(s): Thomas Wolfe

L’Histoire d’un roman, Thomas Wolfe (par Jean-François Mézil)

Ce petit livre de Thomas Wolfe est un condensé d’écriture. Petit livre de Thomas Wolfe, ai-je dit… un oxymore ! tant on est habitué, chez lui, à des roman-fleuve. Mais petit, il ne l’est que par la taille (une soixantaine de pages). De la taille des livres, il va justement en être question, mais commençons par le début.

Le propos de Thomas Wolfe est de nous parler de son travail d’écriture : « Cela n’a rien de très littéraire ; c’est une histoire de sueur, de douleur, de désespoir et d’aboutissement partiel ».

Nous parler de sa vocation : « Je ne sais pas de quelle manière je suis devenu écrivain, mais je crois que c’était à cause d’une certaine force que j’avais en moi et qui avait besoin d’écrire, qui éclata finalement au grand jour et se fraya un chemin ».

Il revient d’abord sur la publication de son premier roman, Look Homeward Angel : « Il reçut quelques critiques favorables, dans certains endroits ; des critiques défavorables, dans d’autres ; mais il fut incontestablement bien reçu pour un premier livre, et surtout il continua au fil du temps à trouver des lecteurs ».

Autant l’accueil de la critique l’établit en tant qu’écrivain, autant on le voit souffrir des réactions hostiles des habitants de Asheville, sa ville natale : « Pendant des mois, la ville fulmina, habitée par un ressentiment furieux que je n’aurais jamais cru possible ».

S’en suit une réflexion sur les « façons convenables » de « se servir de la matière et de l’expérience de sa propre vie », sachant que « toute œuvre de création sérieuse est nécessairement autobiographique ».

Thomas Wolfe note aussi, non sans humour, que « certains habitants de sa ville natale […] se souvenaient […] d’événements » qu’il avait inventés, comme celui de « l’ange en marbre […] ayant donné son titre à son livre ». La fiction surclasse parfois le réel : c’est bien là le génie de l’écrivain.

Un génie qui vire à la folie tant sa fièvre d’écrire touche au délire. Le moindre souvenir qui affleure, le moindre événement auquel il assiste, tout est prétexte à écriture et vient s’agglomérer à l’ensemble (sans plan, sans structure) qui ne fait qu’enfler de jour en jour et devient tentaculaire :

« J’eus réellement l’impression d’avoir en moi un grand fleuve dont la pression demandait à être libérée, et de devoir trouver un canal dans lequel sa puissance diluvienne pourrait se déverser. Je savais que si je ne le trouvais pas, je serais détruit par le déluge de ma propre création… ».

Comment maîtriser un tel flux ? Comment l’ordonner et produire un nouveau roman : « Les critiques avaient commencé à se poser des questions concernant mon deuxième livre, et par conséquent je devais commencer à y penser aussi ».

Thomas Wolfe ne nous cache rien de sa difficulté, de son angoisse aussi, devant tant de pages noircies (antithèse de la page blanche) dépourvues de fil conducteur : « Je ne suis qu’un écrivain en plein apprentissage de son métier et en pleine découverte de la trame, de la structure et de l’articulation du langage qu’il me faut découvrir pour faire le travail que je veux faire ».

On le suit alors dans ses rapports avec son éditeur pour tailler, dans la masse des milliers et milliers de pages (ces millions de mètres cubes déversés par le fleuve), un bloc de la taille d’un roman : ce sera Of Time and the River, après « un énorme travail de révision, de raccommodage, de mise en forme et, par-dessus tout de coupe ».

Publié en 1936 (deux ans avant sa mort), The Story of a Novel devrait être le livre de chevet de tout écrivain.

 

Jean-François Mézil

 


  • Vu : 667

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Thomas Wolfe

 

Thomas Clayton Wolfe, né le 3 octobre 1900 à Asheville en Caroline du Nord et mort le 15 septembre 1938 à Baltimore dans le Maryland, est un écrivain américain.

Auteur de quatre longs romans ainsi que de nombreuses nouvelles et pièces de théâtre, Wolfe est connu pour ses écrits d'inspiration autobiographique portés par une prose très riche et une volonté acharnée de découvrir et d'explorer l'essence de la vie américaine de son époque. L'écrivain américain William Faulkner l'a qualifié de meilleur talent de sa génération et a loué le désir qu'avait Wolfe de « faire rentrer la totalité de l'expérience humaine en littérature ».

Son premier roman Look Homeward, Angel a établi sa notoriété en 1929 et a notamment fait scandale à Asheville, d'où Wolfe était originaire et où la majorité de l'action du roman prend place1.

 

 

A propos du rédacteur

Jean-François Mézil

Lire tous les articles de Jean-François Mézil

 

Jean-François Mézil est né à Cannes. Il vit et écrit à Lautrec. Il a publié, à ce jour, trois romans.