Identification

L'expérience Oregon, Keith Scribner

Ecrit par Léon-Marc Levy 05.10.12 dans La Une Livres, Recensions, Les Livres, La rentrée littéraire, Roman, USA, Christian Bourgois

L'expérience Oregon (The Oregon Experiment), septembre 2012, trad. USA Michel Marny, 526 p. 21 €

Ecrivain(s): Keith Scribner Edition: Christian Bourgois

L'expérience Oregon, Keith Scribner

 

A quoi tient le malaise, agaçant, qui s’installe et persiste à la lecture de ce livre ? Probablement à une question qui reste sans réponse. Quel en est l’objet ?

Un couple new-yorkais vient s’installer loin, très loin de la grande Cité : dans l’Oregon. Il est professeur d’université, spécialisé dans l’histoire des mouvements politiques, en particulier sécessionnistes. Elle, était un « nez » ! Oui un nez, une spécialiste de l’olfaction, employée avec un succès considérable dans la fabrication des parfums. Mais voilà : à la suite d’un choc à la tête elle a perdu tout sens olfactif. Elle souffre de ce que la médecine appelle « anosmie ». Elle en est fortement déprimée et la décision de l’exil rural en est une conséquence.

On se prend à penser que le sujet du roman est justement l’exil rural pour des citadins shootés au CO2.

« New-York manquait à Naomi. Elle appelait trop souvent ses vieux amis. Elle lisait les pages Arts du Times avec trop d’attention. Elle se retrouve à attendre au coin des rues du centre-ville que passe un bus dont elle pourrait humer une bouffée brûlante de gaz d’échappement. Un marteau piqueur, un klaxon, même le plus petit bouchon l’apaisaient comme une odeur de son enfance. »

Scanlon, le mari, lui, adhère très vite à sa nouvelle vie. Il rencontre une bande de babas sécessionnistes, menés par une superbe femme sauvage et « libérée », Séquoia. Il y trouve sujet à « recherche universitaire » et très vite, sujet à échanges torrides avec Séquoia !

On se dit alors que c’est là le sujet du livre : un mouvement de sécession de l’Oregon, « l’expérience Oregon ». Terme qui se mêle à un troisième : Naomi a ainsi appelé l’explosion de senteurs qu’elle vient de retrouver grâce à une rémission soudaine de son anosmie ! Alors on se dit que c’est ça le sujet (cette répétition est scandée comme la lecture du livre) : le nez de Naomi et une expérience olfactive.

Enfin on rencontre un personnage détonant : Clay, grand gars dégingandé et anarchiste jusqu’au bout des doigts. Alors on se dit …

Bon Mieux vaut arrêter là.

Et à partir de ces quatre personnages, Scanlon, Naomi, Séquoia, Clay, le livre tourne en rond, ne choisissant à aucun moment un fil narratif. Des amours furtives de Scanlon et Séquoia aux amours furtives de Clay et Naomi. Du mouvement sécessionniste aux odeurs de la campagne Oregon.

Restent quatre portraits de personnages. Tous aussi antipathiques et veules les uns que les autres.

Scanlon, petit prof sans envergure, incapable de publier la moindre étude digne de ce nom. Il finit carrément odieux en dénonçant Clay et le mouvement sécessionniste à la police fédérale.

Naomi, mère hystérique, fascinée par son corps et l’allaitement du bébé qui vient de naître. Egoïste et mesquine.

Séquoia, grande bringue baba cool, irresponsable et sotte, passionnée par la sécession et les … cookies.

Clay enfin, qui pourrait être le personnage le plus attachant, mais qui, peu à peu, s’avère imbécile et incapable, jusqu’à se faire sauter à la dynamite dans un « attentat » contre un barrage qui ne subit même pas le moindre dégât.

Pourquoi pas pourrions-nous dire ? Pourquoi pas ces quatre portraits comme objets de ce livre ? Ce serait un peu léger mais bon, on peut l’imaginer. Mais c’est là que vient le défaut majeur : à aucun moment on ne sent que l’auteur se rend compte que ses personnages sont inintéressants et assez odieux, son histoire ténue et maussade.  Au fond Scribner est comme nous lecteurs : il semble s’ennuyer dans une histoire dont il cherche le sens.

Scribner paraît s’être enlisé dans un récit imprégné de pathos local.

 

Léon-Marc Levy


  • Vu : 2525

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Keith Scribner

 

Keith Scribner a grandi dans le Nord Est des États-Unis. Il a voyagé à travers le monde et a notamment vécu au Japon, en Turquie et en France où il a exercé divers métiers. Il a ensuite étudié l'Économie à Vassar University, suivi un « Master of Fine Arts » à l'Université du Montana, puis des cours à Stanford, avant d'y dispenser lui-même des cours de creative writing, aux côtés de Tobias Wolff et de Z.Z. Packer.
Il est l'auteur de trois romans : The Goodlife (1999), Miracle Girl(2004) et The Oregon Experiment (2011). The Goodlife a été retenu par Barnes & Noble dans sa collection Discover Great New Writers et a figuré sur la liste des Notable books of the year du New York Times. Ses œuvres de fiction et de non-fiction ont été publiées dans de nombreuses revues. Il vit actuellement dans l'Oregon avec sa femme, la poète Jennifer Richter, et leurs enfants. Il enseigne la littérature et la creative writing à l'Université d'Etat de l'Oregon.

 

A propos du rédacteur

Léon-Marc Levy

 

Lire tous les articles de Léon-Marc Levy


Directeur du Magazine

Agrégé de Lettres Modernes

Maître en philosophie

Auteur de "USA 1" aux éditions de Londres

Domaines : anglo-saxon, italien, israélien, maghrébin

Genres : romans, nouvelles, essais

Maisons d’édition principales : Rivages, L’Olivier, Joëlle losfeld, Gallimard, Seuil