Identification

L’Epreuve et le baptême, Jacques Demaude

Ecrit par Patrick Devaux 30.05.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Poésie

L’Epreuve et le baptême, Le Taillis Pré, Poésie, mars 2018, frontispice Jeanne-Marie Zele, 122 pages, 14 €

Ecrivain(s): Jacques Demaude

L’Epreuve et le baptême, Jacques Demaude

 

Comment définir autrement Jacques Demaude que par « marteleur d’éternité », lui-même étant cet écrin d’absolu qu’on ne prête qu’aux grandes références, l’auteur se ressourçant depuis longtemps auprès d’autres grandes voix telles celles de Marcel Hennart, Michel Defgnée ou Max Elskamp.

Cet auteur éponge la nuit pour en transcender la lumière, celle qui nous continue, la « mort » n’étant qu’un vain mot : « charmer la lumière incréée ».

Sensible à l’élan du moindre mouvement poétique mais avec une prudence de Sioux car si « les branches surabondent, les fruits nous sont mesurés ».

Enfant littéraire de ce « Créateur » où « ratures sous les ratures, nous irons peut-être graver la lumière perpétuelle ».

On peut, croyant ou non, admirer cette persistance à croire à l’élan qui, s’il ne nous a créé, selon certains, nous submerge selon d’autres…

Jacques a cette faculté très respectée de nous remettre dans le droit chemin à la moindre épreuve nous suggérant, sur celui-ci, l’approche de l’ombre sans se laisser envahir par elle. Enrichi d’efficace ascèse, le texte suggère davantage qu’il ne dit, une force supplémentaire à ne pas imposer de choix personnel.

Un des rares auteurs où on reconnaît, dans les mots écrits, les paroles qu’il tente de partager avec cette empathie caractéristique du respect d’autrui. Tout ceci avec une observation de proximité s’ouvrant sur l’universel, l’objet de contemplation inanimé (une œuvre d’art, par exemple) s’activant jusqu’à susciter soit une naissance, soit une résurrection : « Bientôt nous verrons si le flux des goélands-noroîts de la prégnance frôleront nos empreintes pour jamais ».

Sans doute un des meilleurs livres de ce poète de la foi, notamment en l’homme, jamais démentie : « Espère. Il nous créa dans ses faveurs poignantes : ample tu sauveras le baiser de ton Dieu ».

Les textes longs, en alternance avec le texte court, suggèrent la force mentale équilibrée d’un poète comme Gérard Prévot pour la longueur et Guillevic ou Anise Koltz pour certaines brièvetés, se complétant admirablement, avec l’ingéniosité de son ton très particulier qu’on lui connaît.

C’est là toute la vérité de son talent.

 

Patrick Devaux

 


  • Vu : 727

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jacques Demaude

 

Né à Quaregnon (Borinage) le 22 avril 1937, dans une famille calviniste nourrie de textes bibliques. A vécu et grandi parmi les mineurs. Ancien objecteur de conscience. Ancien travailleur manuel devenu journaliste. Vivant en poésie depuis plus de trente ans. Nombreux recueils personnels publiés ou inédits. Traductions de Hölderlin, Schiller, Nietzsche, Stadler, Trakl, Löerke, Hölderlin, Ausländer et Ingeborg Bachman. Son recueil Réveiller l’aurore a reçu le grand prix de Poésie quinquennal Albert Mockel de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

 

A propos du rédacteur

Patrick Devaux

 

Lire tous les articles de Patrick Devaux

 

Patrick Devaux est né en Belgique sur la frontière avec la France, habite Rixensart, auteur d’une trentaine d’ouvrages auprès d’éditeurs divers en poésie, quelques prix d’édition, 3 romans parus dont 2 aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune; 2 recueils de poésie récents (2016 et 2017) parus aux éditions Le Coudrier ; membre de l’AEB (association des écrivains Belges) et de l’AREAW (association royale des écrivains et artistes de Wallonie), il a aussi de nombreux contacts en France ; il anime une rubrique « mes lectures » sur le site de la revue Vocatif www.moniqueannemarta.fr de Nice depuis 2013 et fréquente de près ou de loin les écrivains du groupe de l’Ecritoire d’Estieugues de Cours la Ville  et de l’association LITTERALES de Brest ; publie aussi dans diverses revues de poésie. Fréquente aussi les réseaux sociaux, faisant ainsi connaitre la poésie d’auteurs moins connus ou disparus.