Identification

L'armoire des robes oubliées, Riikka Pulkkinen

Ecrit par Yann Suty 03.02.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Albin Michel, Pays nordiques, Roman

RiikaL’armoire des robes oubliées. 400 p. 20,90 € (2010) Traduit du finnois par Claire Saint-Germain

Ecrivain(s): Riikka Pulkkinen Edition: Albin Michel

L'armoire des robes oubliées, Riikka Pulkkinen

« Je suis en train de pourrir. […] Ne me laisse pas putréfier, je veux rentrer à la maison », dit Elsa à son mari, Martti.

Elsa est atteinte d’une tumeur. Ses derniers jours, elle veut les passer auprès de ses proches et pas dans une chambre d’hôpital. C’est difficile pour elle d’adopter le rôle de malade. La psychologue qu’elle est avait en effet plutôt l’habitude de se consacrer à autrui.

Chaque membre de la famille avait un rôle dans les soins prodigués à Elsa.

Mattri, son mari, était peintre. Il a arrêté de peindre depuis des années, mais soudain il veut s’y remettre et réaliser un portrait de sa femme.

Eleanoora, leur fille, maigrit à l’annonce de la maladie de sa mère.

Le deux petites-filles, Anna et Maria, complètent le tableau familial.

« Quand il reste peu de temps, on se dit tout. »

On se dit tout. On se dit des secrets. Des secrets qui reviennent à la surface un jour, presque par hasard.

Alors qu’elle veut mettre de l’ordre dans ses affaires avec l’aide de sa petite fille, Anna, Elsa retrouve des vieilles robes, accrochées à des cintres sans avoir servi à personne depuis des décennies. L’une d’elles fut celle d’Eeva, la baby-sitter d’Eleanorra, la mère d’Anna.

Elsa lui révèle qu’Eeva avait eu une liaison avec Martti, qui a duré plusieurs années.

« Je suis celle qui dessinera le chagrin sur le visage de la petite », avait pressentit la baby-sitter.

Liaison que la petite fille en question n’a jamais su…

C’est avec une plume subtile que Riika Pulkkinen dresse les portraits de trois générations de femmes - une grand-mère, une mère, une petite fille -, auxquels s’ajoute le parcours d’Eeva, la maîtresse du grand-père, à travers une sorte de journal intime.

L’auteur alterne les points de vue, multiplie les allers-retours entre les années 60 et aujourd’hui.

L’ambiance reste toujours très feutrée. Le drame ne se transforme pas en règlements de compte, où l’on lâche tout ce qu’on a sur le cœur à grands renforts de larmes et d’hystérie. Riika Pulkkinen évite aussi toute tentation morbide que pouvait laisser craindre le début du livre quand une femme annonce son intention de retourner chez elle pour mourir. Même si la santé d’Elsa vacille au fil des pages, elle ne s’en sert pas comme un tire-larmes facile.

C’est un mélo posé, maître de lui, qui garde la raison plutôt que de céder à l’émotion. Même si celle-ci est là, à rôder, mais sans sa grosse boîtes de Kleenex. Ce qui ne la rend que plus redoutable…


Yann Suty


  • Vu : 3962

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Riikka Pulkkinen

Née en Finlande en 1980, Rikka Pulkkinen étudie la littérature et la philosophie à l'université d'Helsinki. En 2006, elle publie son premier roman, Raja (La Frontière), qui l'impose d'emblée comme un des jeunes écrivains les plus doués de sa génération. Son second roman, « L'armoire des robes oubliées », publié en 2010, confirme son talent. Sélectionné pour le plus grand prix littéraire finlandais, le «Finlandia Prize », encensé par la critique, « L'armoire des robes oubliées », l'une des sensations de la Foire de Francfort 2010, a déjà été vendu dans douze pays. Les droits cinématographiques pour ce deuxième roman ont été vendus à Vertigo Production (Finlande), et une pièce inspirée du roman sera jouée pour la première fois en novembre 2011 au KOM Théâtre d'Helsinki.

A propos du rédacteur

Yann Suty

Tous les articles de Yann Suty

 

Membre fondateur


Yann Suty est écrivain, il a publié Cubes (2009) et Les Champs de Paris (2011), chez Stock