Identification

Histoire de moi-même, Henry David Thoreau (par Philippe Leuckx)

Ecrit par Philippe Leuckx 26.03.19 dans La Une Livres, Critiques, Cette semaine, Les Livres, Essais, USA, Le Passeur

Histoire de moi-même, trad. américain Thierry Gillybœuf, 216 pages, 18 €

Ecrivain(s): Henry David Thoreau Edition: Le Passeur

Histoire de moi-même, Henry David Thoreau (par Philippe Leuckx)

 

Le texte inédit de l’auteur du célèbre Walden, préfacé par un expert de son œuvre, qui a presque tout édité, History of Myself, « tout sauf un brouillon de Walden » selon Gillybœuf, nous plonge dans les années 1845-1847, quand Thoreau, la trentaine sonnant, poète, philosophe, pense, dès l’automne 1844, s’installer dans une cabane au fin fond des bois de Walden Pond. Vertu de ce genre d’ouvrage où la nature et l’homme recueillent de conserve des dons d’émerveillement, distiller au lecteur une dose suffisante d’éveil lucide sur soi et le monde.

Le texte propose tout à la fois un essai sur les valeurs nouvelles promises par le poète et décrites au plus près de la réalité entreprise, un témoignage de premier ordre sur l’analyse des rapports de soi au monde, aux autres, à la culture au sens le plus fondateur, celui qui aime « cultiver l’instant présent » avec son âme de « reporter » du réel, relate son ordinaire – leçon de nature et de solitude éprouvée, volontaire, à l’abri des assauts du monde extérieur, de son  village, Concord.

Produire ses légumes, travailler, compter par le menu les moindres frais d’une installation au bout des bois : l’entreprise de Thoreau tient du livre de comptes, du journalier, du récit de vie, à vertu édificatrice voire édifiante, du tableau de société : imaginez un peu, vous êtes avec ces lignes revenu au milieu du XIXe siècle, c’est-à-dire dans un lointain pour beaucoup inimaginable. Quoique… on y pense rails et chemin de fer ; on y cause liberté et droits ; on y développe une sorte d’économie autarcique, élémentaire, au plus proche des éléments – terre, vent, espace, bois.

Le mot est lâché : Thoreau parle d’expérience. Comme on expérimente le « soi », « la vie », « les autres », « le monde », entre poésie et philosophie. Au-delà de soi, c’est à un retour à de neuves valeurs que Thoreau nous invite : labeur à la fois intellectuel et manuel, manière de rompre avec les poncifs de la civilisation (ces passages obligés, ces courbettes, ces choses imposées…).

Thoreau est mort dans la fleur de l’âge : 45 ans. Avec la postérité, pieds devant, bien ancrés, comme le socle de la cabane qui lui donna des ailes.

Le sens de la description, aiguë, vive, donne à ces textes valeur de tableau, de temps arrêté au milieu des vicissitudes du monde, à l’ombre du travail des hommes :

« Tôt le matin, alors que les choses craquent encore sous le gel, des hommes arrivent avec leurs gaules à moulinet et un repas frugal – des hommes à la foi indéboulonnable – et ils laissent leurs fines lignes descendre à travers l’étendue enneigée pour prendre brochetons et perches », p.194.

 

Philippe Leuckx

 


  • Vu : 738

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Henry David Thoreau

Henry David Thoreau, né David Henry Thoreau le 12 juillet 1817 à Concord (Massachusetts) où il est mort le 6 mai 1862, est un essayiste, enseignant, philosophe, naturaliste amateur et poète américain.
Son œuvre majeure, Walden ou la vie dans les bois, publiée en 1854, délivre ses réflexions sur une vie simple menée loin de la société, dans les bois et suite à sa « révolte solitaire ». Le livre La Désobéissance civile (1849), dans lequel il avance l'idée d'une résistance individuelle à un gouvernement jugé injuste, est considéré comme à l'origine du concept contemporain de « non-violence ».
Opposé à l'esclavagisme toute sa vie, faisant des conférences et militant contre les lois sur les esclaves évadés et capturés, louant le travail des abolitionnistes et surtout de John Brown, Thoreau propose une philosophie de résistance non violente qui influence des figures politiques, spirituelles ou littéraires telles que Léon Tolstoï, Gandhi et Martin Luther King.
Les livres, articles, essais, journaux et poésies de Thoreau remplissent vingt volumes. Surnommé le « poète-naturaliste » par son ami William Ellery Channing (1780 - 1842), Thoreau se veut un observateur attentif de la nature et ce surtout dans ses dernières années durant lesquelles il étudie des phénomènes aussi variés que les saisons, la dispersion des essences d'arbres ou encore la botanique. Les différents mouvements écologistes ou les tenants de la décroissance actuels le considèrent comme l'un des pionniers de l'écologie car il ne cesse de replacer l'homme dans son milieu naturel et appelle à un respect de l'environnement.

 

(source : Wikipédia)

A propos du rédacteur

Philippe Leuckx

 

Lire tous les articles de Philippe Leuckx

 

Philippe Leuckx est un écrivain et critique belge né à Havay (Hainaut) le 22 décembre 1955.

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, italienne, portugaise, japonaise

Genres : romans, poésie, essai

Editeurs : La Table Ronde, Gallimard, Actes sud, Albin Michel, Seuil, Cherche midi, ...