Identification

Héros ordinaires, Six destins hors du commun, Anne Terral, Sébastien Vassant (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi le 04.12.20 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres, Jeunesse

Héros ordinaires, Six destins hors du commun, Anne Terral, Sébastien Vassant, La Martinière Jeunesse, octobre 2020, 48 pages, 16 €

Héros ordinaires, Six destins hors du commun, Anne Terral, Sébastien Vassant (par Yasmina Mahdi)

 

Démiurges anonymes

Sébastien Vassant, auteur français de bande dessinée, illustrateur, né à Thiais en 1980, diplômé de l’École Supérieure des Arts St-Luc de Liège, a créé avec Thomas Cadène « le plus petit et plus informel festival de bande dessinée du monde (PPPIFBDM) ». S. Vassant a par ailleurs obtenu avec Benjamin Stora le Prix BD du livre politique pour Histoire dessinée de la guerre d’Algérie. Anne Terral, née à Toulouse en 1970, vivant à Paris, est titulaire d’un DEA de Lettres Modernes de l’Université Toulouse-Le Mirail, d’un DUT Métiers du Livre de l’Université Michel-de-Montaigne, Bordeaux III, et auteure de romans, de fictions radiophoniques et de livres jeunesse. En 2009 elle a pris le statut d’éditrice indépendante.

Sébastien Vassant rehausse de sa calligraphie personnelle le tout récent ouvrage pour la jeunesse intitulé Héros ordinaires, au format imposant de 28 cm par 34,5 cm, en binôme avec Anne Terral qui en a écrit le texte. Le résultat se situe à la croisée de plusieurs arts, entre le roman graphique, la bande dessinée et l’album jeunesse. Le texte occupe une grande partie de ces fictions documentaires, relatant la trajectoire d’hommes inconnus, voire de démiurges anonymes. Six histoires se succèdent, six destins pathétiques de personnalités courageuses. Elles dévoilent certains épisodes survenus dans plusieurs endroits du monde, et à diverses époques historiques. L’enfant appréhendera six destins peu banals à travers des héros humbles mais intelligents et inventifs. Le texte et l’image mettent en scène une réalité difficile, par exemple, celle de villageois en butte à des contingences âpres. Que ce soit en temps de paix ou en temps de guerre, il leur est nécessaire de lutter en permanence pour survivre, de combattre même si la réalisation de leur idéal s’avère impossible ou différée.

Le temps est également un des sujets de cet album remarquable, auquel l’on pourrait rapporter l’adage célèbre : « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage ». Les six héros du livre, chacun à leur tour, se complètent pour remédier soit aux exactions commises contre leur peuple, soit à leur solitude, à leur isolement, sans toutefois déroger à l’ambition de leur projet. Ainsi, foi, fidélité et ténacité seront les grandes qualités morales qu’il leur faudra posséder afin d’accomplir leur rêve de grandeur comme leurs désirs les plus fous. Le ton employé par Anne Terral s’apparente au réalisme naturaliste, s’éloignant des comptines édulcorées et du politiquement correct. Dans Héros ordinaires, il est donc question de transcender le quotidien et de s’atteler à l’ouvrage avec une volonté particulière. À l’instar du facteur Cheval, de ses sculptures oniriques, chaque personnage ajoute une pierre à son édifice, à son labeur, jour après jour, avec constance et imperturbabilité. Le thème du livre aborde des destins très différents, certains même, marqués de démesure ou de folie. Cependant, l’altruisme et la non-violence demeurent des valeurs dominantes. L’intérêt réside dans le fait qu’il s’agit des vraies performances de ces anonymes.

Les délinéaments en noir et blanc sont exécutés de manière dynamique à l’aide de traits souples, déliés et assez épais. Le dessinateur rend par ce biais la grandeur de la montagne ainsi que la masse enchevêtrée de la jungle, les vues infinies du désert. Certaines séquences semblent tirées d’un western ou d’un péplum, jointes à des encarts plus réduits, sous forme de rushes, de storyboard. Des teintes pastellisées de rose parme, de jaune pâle, de vert anis, de bleus, de violet, se rapportent aux couleurs locales des paysages d’origine des héros, et augmentent la richesse des planches graphiques. L’apport du blanc sur la page, du vide, engage une lecture abordable pour des jeunes garçons et filles dès l’âge de 8 ans. L’on peut espérer une suite avec le destin hors du commun de femmes, d’héroïnes ordinaires…

 

Yasmina Mahdi


  • Vu: 785

A propos du rédacteur

Yasmina Mahdi

 

Lire tous les articles de Yasmina Mahdi

 

rédactrice

domaines : français, maghrébin, africain et asiatique

genres : littérature et arts, histoire de l'art, roman, cinéma, bd

maison d'édition : toutes sont bienvenues

période : contemporaine

 

Yasmina Mahdi, née à Paris 16ème, de mère française et de père algérien.

DNSAP Beaux-Arts de Paris (atelier Férit Iscan/Boltanski). Master d'Etudes Féminines de Paris 8 (Esthétique et Cinéma) : sujet de thèse La représentation du féminin dans le cinéma de Duras, Marker, Varda et Eustache.

Co-directrice de la revue L'Hôte.

Diverses expositions en centres d'art, institutions et espaces privés.

Rédactrice d'articles critiques pour des revues en ligne.