Identification

Femmes, Nizar Kabbani (par Didier Ayres)

Ecrit par Didier Ayres le 27.01.21 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres, Poésie, Pays arabes

Femmes, Nizar Kabbani, Arfuyen, novembre 2020, trad. arabe, Mohammed Oudaimah, 68 pages, 12 €

Femmes, Nizar Kabbani (par Didier Ayres)

 

Mais pour elle, – de moi vers elle, – oserai-je dire et observer ! Elle, qui retint plus que tout ami en moi ; que j’appelle sœur aînée délicieuse ; que je sers comme Princesse, – ô mère de tous les élans de mon âme […]

Victor Segalen

 

Du féminin

Nous savons que le poète, qu’il soit oriental ou occidental, taille le monde pour le rendre à lui-même, augmenté de la parole imagée. Ainsi, ce sont les grands sujets qui hantent souvent l’enfant d’Apollon. Il est près du beau, de la jouissance esthétique. Ce recueil de 25 poèmes de Nizar Kabbani illustre très bien cette situation donnée au créateur. Là, il peut ouvrir le vaste chant, le vaste champ d’investigation du féminin, à la fois grâce au désir, au souffrir, au pleurer, à toute formes de liens, liens plus forts que le désir lui-même, peut-être. Femmes est de cette espèce.

Et comme la poésie n’est pas littérale, ou si elle l’est, elle dédouble parfaitement le calque du réel et ainsi décrit un monde, l’univers du dedans de l’écrivain, on voit que ces femmes sont ensemble l’épouse, la défunte, la sœur, la compagne, l’amante, la mère, mais aussi l’idée du féminin, forme spirituelle attrayante et presque détachée des contingences de la chair, femmes de papier qui emblématisent complètement les filles d’Ève. L’épouse de Nizar est l’objet d’une épiphanie.

Aurais-je dû intituler ces lignes : de l’amour ? Car les poèmes glissent vers plus haut, exhaussent cette fête du corps, corps perdu mais retrouvé par le texte, ripailles du verbe et des attributs féminins, conçus comme combustion. Béatitude, en un sens, mais surtout étrange question des déesses : Gaïa, laquelle n’aurait pas enfanté les Titans mais un nombre de demoiselles radieuses, profondes et aussi morbides, douloureuses ; Gaïa ou Myriam, apparition mariale, femme inscrite quoi qu’il en soit dans le « cahier du poème », toutes figures dépassant la mort, l’angoisse.

Poème inachevé

pour définir l’amour

Quand j’ai fait route sur tes mers, ma reine

je ne regardais pas les cartes

je ne portais de canot ni de bouée

mais j’ai vogué vers ton feu comme un bouddha

et j’ai choisi mon destin

Mon bonheur était d’écrire à la craie

mon adresse sur le soleil

et sur tes seins de construire les ponts

 

Cette édition se présente dans un format bilingue, calligraphié, ainsi que d’une postface très éclairante de Vénus Khoury-Ghata. J’en citerai une dernière chose parmi ces quelques poèmes très denses du livre, qui indique un chemin de beauté pour le lecteur que je fus :

Dialogue

Lorsqu’ils me demandent qui est mon amour

je leur réponds : Ah, si je pouvais le dessiner

Depuis vingt siècles je l’aime

et je ne connais toujours pas son nom

 

Didier Ayres


  • Vu: 440

A propos du rédacteur

Didier Ayres

 

Lire tous les textes et articles de Didier Ayres


Rédacteur

domaines : littérature française et étrangère

genres : poésie, théâtre, arts

période : XXème, XXIème

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il a trouvé une assiette dans l'activité de poète. Il a publié essentiellement chez Arfuyen.  Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire.